Réflexion: Penser l’Afrique post covid-19, le développement à la base comme moteur de l’émergence.

Avec le changement inévitable post covid-19 les pays africains devront définir leur propre concept de développement. Il ne faudra plus dans le souci de l’apparence continuer à emprunter des sommes colossales à des taux énormes pour des projets titanesques et immeubles flamboyants au détriment d’un système de sécurité sanitaire et alimentaire efficace et des écoles d’ingénieurs. La santé, la sécurité alimentaire et la formation sont des domaines d’investissement à long terme mais ils constituent le moteur pour parvenir à une économie solide.

C’est fataliste et triste de voir les choses comme ça mais avec l’état actuel de notre situation il faut que la main divine pour nous sauver. Voilà la situation: La majorité des pays frappés par le covid-19 même avec confinement total décomptent des dizaines de milliers de malades sous traitement et des milliers sous assistance respiratoire. Un confinement total et assurer l’hospitalisation de milliers de malades, deux choses quasi-impossible pour un pays africain de combiner. Et pourtant c’est cette capacité qu’il faut avoir. D’où le fatalisme justifié de certains qui s’en remettent à Dieu ou qui sautent sur n’importe quelle remède magique pour guérir.

Le sous développement favorise deux choses: le fatalisme et l’anarchie. Nous payons aujourd’hui un système très sévère pour l’Afrique et qui est bien pensé pour enfoncer les africains dans la misère. L’argent mis à la disposition du monde il est difficile pour un africain d’en toucher sans payer vingt fois plus cher. Les prêts faits aux africains c’est comme s’acheter un médicament avec des effets secondaires encore plus grave. Pour construire une route on emprunte des milliards mais le drame est que le remboursement de cette dette oblige à manquer des priorités comme la construction d’hôpitaux et des écoles..

Il faut un changement de méthode. IL faut que les pays Africains arrivent à avoir un pouvoir de financement bancaire sans passer par l’Europe. Cela demande la mise en place d’une banque centrale autonome et une monnaie forte. Ne devrions nous pas pouvoir imprimer notre propre monnaie alors que le marché Africain compte au moins 1 milliards 300.000.000 de consommateurs? Devons nous continuer à nourrir le monde pendant que l’on meurt de faim? Il faut du courage aux africains pour se tirer de ce système toxique et mettre la main sur ses ressources et son économie. Le courage il y’a que cela qu’il faut à l’Afrique.

Dr. Moustapha SENE

Maîtres de Conférences Titulaires

Département de Mathématiques

Université Gaston Berger de Saint Louis

Laisser un commentaire