Afghanistan: des dizaines de morts après des explosions dans une mosquée de Kandahar

Les explosions se sont produites à l’heure de la grande prière du vendredi dans une mosquée chiite de la ville de Kandahar, dans le sud de l’Afghanistan. Un attentat-suicide, selon un responsable taliban, qui intervient une semaine jour pour jour après une autre attaque contre une mosquée chiite dans le nord-est du pays, à Kunduz, et qui avait fait des dizaines de victimes.

Les images sont pour l’instant impossibles à authentifier. Mais celles qui circulent sur les réseaux sociaux montrent des corps ensanglantés étendus sur le sol à l’intérieur de la mosquée Fatemieh, également connue sous le nom de mosquée Imam-Bargah.

Dans la mosquée chiite bondée au moment de l’attaque, on peut voir des corps sans vie, ensanglantés, certains recouverts de draps ou de tissus sur les tapis de prière couverts de sang, sur les vidéos insoutenables qui circulent sur les réseaux sociaux, prises par les premiers témoins.

Selon une source médicale, au moins 33 personnes ont été tuées et 74 blessées dans une ou plusieurs explosions survenues vendredi midi dans cette mosquée chiite de la ville de Kandahar, dans le sud de l’Afghanistan. L’explosion a touché le lieu de culte chiite, situé dans le centre de Kandahar, au moment de la grande prière hebdomadaire du vendredi.

Devant l’hôpital Mirwais de Kandahar, où les blessés étaient pris en charge, des dizaines de personnes font la queue pour donner leur sang, car les blessés sont nombreux, rapporte notre correspondante régionale, Sonia Ghezali, depuis le Pakistan.

La population est en colère, lâche un résident joint par téléphone : « On ne peut rien attendre de ce nouveau gouvernement, même pas la sécurité », dit-il.

« Nous sommes attristés d’apprendre qu’une explosion a eu lieu dans une mosquée de la confrérie chiite […] de la ville de Kandahar, dans laquelle un certain nombre de nos compatriotes ont été tués et blessés », a tweeté le porte-parole taliban du ministère de l’Intérieur, Qari Sayed Khosti.

Trois explosions

Un témoin, ayant requis l’anonymat, a raconté à l’Agence France-Presse avoir entendu trois explosions, une à la porte principale de la mosquée, une autre dans sa partie sud et la dernière là où les croyants viennent faire leurs ablutions. Une quinzaine d’ambulances se sont rendues sur place alors que les forces de sécurité talibanes ont été déployées aux abords du site, dont l’accès restait bloqué, a constaté .

Tous les regards se tournent vers la branche afghane du groupe terroriste État islamique (EI), qui a revendiqué l’attaque contre une mosquée chiite à Kunduz vendredi 8 octobre. L’attentat-suicide contre une autre mosquée chiite de Kunduz, dans le nord-est de l’Afghanistan, a fait plusieurs dizaines de victimes.

Depuis l’arrivée au pouvoir des talibans, les attentats attribués au groupe EI se multiplient dans le pays, posant de sérieux défis sécuritaires au régime de Kaboul.

La communauté chiite « terrorisée »

La peur a grimpé d’un cran dans la communauté chiite afghane, explique une journaliste hazara à Kaboul. « Nous sommes terrorisés », confie-t-elle à notre correspondante.

Un jeune étudiant chiite, aussi contacté par téléphone et qui vit à Kaboul, a expliqué avoir limité ses sorties. « En plus des exactions commises contre les chiites par les talibans, nous subissons aussi les attaques de Daech », soit le nom en arabe du groupe terroriste, lâche-t-il confiant son désespoir.

source rfi

Laisser un commentaire