Urgent: Le consulat du Sénégal à Djeddah tente d’étouffer le viol d’une gamine de 10 ans

Urgent: Le consulat

C’est un terrible scandale sexuel qui s’est joué en terre sainte de l’islam. Depuis deux semaines, c’est le viol d’une gamine de 10 ans qui empêche cette mère de famille de dormir. Et le consulat sénégalais qui doit protéger cette mère et ses enfants semble décidé à étouffer cette affaire plus que gênante pour la représentation sénégalaise.

Madame, savez-vous, que avant vous, aucun Sénégalais n’a jamais porté plainte contre un autre Sénégalais dans ce pays? Savez-vous que l’auteur de ce viol risque la peine de mort? En êtes-vous consciente?” Tels sont les premiers propos de Aboubacar Sarr, le consul général du Sénégal à Djeddah. Il réagissait suite à la plainte verbale venue y effectuer une mère de famille dont la fille de 10 ans a été la victime de viols répétés faits par un maître coranique Sénégalais. “C‘est au cours de ce confinement général, suite au covid-19, que la dame a remarqué que sa fille de 10 ans avait changé de comportement. Et le grand frère, âgé de 13 ans, n’arrêtait pas de la charrier et de lui dire que jamais elle n’aurait de mari puisqu’elle est mauvaise.” A raconté la maman au consul général.

Bien que choqué par ses propos de la dame, le consul général est partagé entre son devoir de justice, pour la famille, et celui de protection du violeur présumé. Dans le raisonnement du diplomate, même si le viol d’une gamine de 10 ans est une abomination, la sanction appliquée au violeur dans ce pays des salafistes est la décapitation. Une pratique abolie par la constitution sénégalaise. Et s’il est vrai que Aboubacar Sarr, le consul général, doit aider la famille de la victime dans sa quête de justice, il doit aussi éviter au glaive de tomber sur le cou du présumé violeur. “C’est pourquoi nous avons conseillé à la dame de rentrer au Sénégal et d’y intenter sa procédure pénale.” Souffle-ton du côté du consulat du Sénégal à Djeddah. Une option que la maman de la victime ne veut pas, du tout, entendre. “C’est ici que les faits ont été commis. Et c’est ici que les faits doivent être jugés“, a entonné l’entourage de la maman de la victime.

Mais, avant d’en arriver à un jugement, il faut faire des démarches administratives. Il faut conduire la fillette à l’hôpital, voir une gynécologue et bénéficier d’un certificat médical. “Mais, puisque elle est en situation irrégulière, la maman ne peut rien faire. Elle ne peut même pas se soigner. C’est pourquoi elle a besoin de l’aide du consulat. Mais, au consulat, on veut étouffer l’affaire“. Soutient-on à Djeddah. Le retour vers le Sénégal et le dépôt de la plainte dans leur pays d’origine risque de causer énormément de problème. Si la dame accepte de rentrer au Sénégal et d’y déposer sa plainte, il y a de forte chance qu’elle ne puisse plus revenir en Arabie Saoudite. Et si le présumé violeur ne se présente pas, de lui-même, à la justice sénégalaise, il n’y a aucune possibilité qu’on puisse lui mettre la main dessus.

Les mandats d’arrêt internationaux émis par le Sénégal n’ont jamais été exécutés. Et il y a un fort risque de prescription. “En cas de crime, il y a prescription 10 années après la commission des faits. Et, en matière de viol, les législateurs ont poussé la prescription jusqu’à 10 ans après la majorité de la victime. Aussi, dans certains pays, le délai de prescription a été poussé jusqu’à 20 ans après la majorité de la victime.” Ont fait savoir de nombreux juristes. Face à cette situation, la maman a décidé de porter l’affaire devant la justice saoudienne quitte à ce que la tête du violeur soit coupée. Et, à défaut d’obtenir le soutien de son consulat, elle aimerait compter sur celui de ses nombreux compatriotes à travers le monde. Pour que justice soit rendue à sa fille. Une gamine de 8 ans violée, pendant deux ans, par un pervers sexuel.

1 COMMENTAIRE

  1. C’est absolument dégoûtant. J’ai honte de notre gouvernement, de notre comportment en tant que société. Une preuve de plus que nous n’accordons aucune consideration a la femme et a l’enfant. Mon cœur saigne et j’ai envie de vomir. Si ça avait été 1 étranger contre 1 sénégalais, ils seraient tous en train de faire du boucan pour que justice soit rendue. Comment pouvons nous aider cette famille?

Laisser un commentaire