Vélingara : 135 hectares de riz du bassin de l’Anambé pourrissent sous les eaux de pluie, les producteurs sont sous le choc.

Les riziculteurs des secteurs 4 et 5 du bassin de l’Anambé (sud) ont  déploré de nombreuses pertes qui font suite à un non récolte à temps de leurs parcelles de contre- saison.  Faute de moissonneuses adoptées au sol lourd des rizières du bassin, ce sont 135 hectares de riz arrivé à maturité dans cette zone du département de Vélingara qui sont entrain de pourrir sous les eaux des pluies. Les dégâts sont énormes, et ceci malgré l’envoie d’une machine à chenille en début d’hivernage au secteur 5 de l’Etat du Sénégal, après leurs cri de détresse à travers la presse locale et nationale.

La situation est d’autant plus critique qu’elle a motivée la visite du préfet du département de Vélingara, Saïd Dia ce samedi, accompagné d’une forte délégation composée du sous – préfet de Sarre Coly Sallé, Daouda Sarr, du directeur de la sodagri, (société de développement agricole et industriel  du Sénégal), des chefs de service pour constater l’état de désastre agricole et apporter son soutien aux  producteurs sinistrés.

S’adressant aux rizicultures des secteurs concernés par ces dommages, le préfet départemental relativise et ne donne aucune assurance en termes d’indemnisation.

« Je ne vous promets rien, ce que je voulais c’est de constater de visu ce qui m’a été déclaré. Les aléas ont fait qu’on a une saison des pluies qui a démarré un peu tôt. Voilà les conséquences. Heureusement que j’ai trouvé un directeur général qui est informé de la situation et nous sommes au courant de l’état d’avancement des négociations », a affirmé M. Dia.

« Les efforts que le DG est en train de faire sont à saluer et il faut l’encourager dans cet élan. Même si vous ne parvenez pas à recouvrir l’ensemble de votre investissement, il nous faut au moins que vous ayez des choses qui vous permettent de vous encourager à continuer votre travail. Je m’engage tout simplement à faire le nécessaire pour que, je ne dirai pas vous soyez indemnisés mais plutôt encouragés sur ce que vous faites», a-t-il ajouté.

A en croire le directeur de la sodagri, Alpha Bocar Baldé, l’espoir est permis pour ces producteurs des secteurs 4 et 5 du bassin de l’Anambé d’autant plus qu’il est en train de négocier avec les structures financières en vue de les accompagner pour la production hivernale.

Un appel est lancé aux autorités compétentes pour que l’indemnisation  des pertes agricoles déclarées soit possible au grand bonheur des producteurs sinistrés.

Pour Oumar Baldé, président des producteurs du bassin de l’Anambé (Feproba), il urge d’appuyer  les  producteurs des secteurs 4 et 5 qui ont investi sur fonds propres pour cette contre- saison. Ils n’ont pas contracté de crédit à la banque. C’est pourquoi, on en a fait part au préfet pour qu’ils puissent bénéficier d’aide du gouvernement.

 

Laisser un commentaire