Affaire Aby Ndour-Atépa: Pédre Ndiaye, les relevés téléphoniques comme les témoins démentent la version de l’accusatrice

Affaire Aby Ndour-Atépa: Pédre Ndiaye

C’est est en victime d’un prétendu honteux chantage qu’elle est entrée dans les locaux de la division de la lutte contre la cybercriminalité. Et, c’est en mythomane qu’elle a quitté les policiers au soir du 5 août dernier, après avoir passé de longues et pénibles heures entre les mains des enquêteurs. Désormais, les rôles ont changé. Et celle dont le témoignage avait ému le Sénégal tout entier est aujourd’hui, et depuis les conclusions de l’enquête de police, sous les feux de la rampe. Aby Ndour a tout inventé pour s’offrir la sympathie des Sénégalais. Enquête.

La pitoyable déclaration vidéo d’Aby Ndour, victime présumée d’un chantage sentimental, a connu une suite judiciaire. Comme l’avait promis Pierre Goudiaby Atépa, accusé par la sœur de Youssou Ndour de lui avoir fait des propositions indécentes, l’affaire a atterri sur la table du procureur de la République. Et les services de Sérigne Bassirou Guèye ont envoyé un sois-transmis à la division de la lutte contre la cybercriminalité, la seule unité de police du pays travaillant sur les NTIC. Alors que beaucoup avait commencé à oublier cette scabreuse affaire, c’est le 25 juillet dernier qu’Aby Ndour a reçu sa convocation pour se présenter à l’unité de la Division de la sécurité contre la cybercriminalité. Auparavant, Pierre Goudiaby Atépa avait été entendu par les policiers, qui, avant la première audition, avaient déjà obtenu les factures détaillées de l’architecte. “Au total ce sont 5 livres que les enquêteurs ont consultés, ligne par ligne, pour voir qui il a appelé et quand il l’a fait.” Ont soutenu des sources judiciaires consultées par Kewoulo.

Contrairement aux déclarations de Aby Ndour, “les enquêteurs ont effectivement vu que M. Goudiaby l’a appelé à 3 reprises. Deux fois le 24 septembre 2016, vers 17 heures. Et une fois le 25 septembre, dans la matinée.” Ont soutenu ces mêmes sources judiciaires. Interpellé sur les raisons de ces appels, Pierre Goudiaby a affirmé aux enquêteurs que “après avoir entendu l’interview d’Aby Ndour qui déclarait (le) considérer comme un père, (il avait) appelé les jeunes de Fann Résidence et invité Aby à venir les rencontrer, pour que, ensemble, ils trouvent une solution à son projet de buvette sur la Corniche.” Et, la sœur de Youssou Ndour avait décliné l’invitation au prétexte qu’elle devait se rendre au chevet de son père, à la Médina. Avant ces appels, Pierre Goudiaby Atépa n’avait jamais été de contact avec Aby Ndour et ne connaissait pas son numéro. “C’est moi qui ai donné le numéro de Aby à M. Goudiaby. Et c’est moi qui ai accompagné M. Goudiaby au domicile du père de Aby Ndour“, a témoigné Abdourahmane Baldé qui voulait, par cet acte, que “le père” et “sa fille” puissent se retrouver et discuter sereinement.

Et, en repartant de chez le vieux Elimane Ndour, où les premières discussions se sont déroulées, Pierre Goudiaby Atépa, Abdourahmane Baldé, Antoine le chauffeur et Aby Ndour étaient montés à bord de la Mercedes 350 CDI de l’architecte pour rejoindre la réunion organisée avec les jeunes de Fann Résidence. Personnage important de cette rencontre, Pèdre Ndiaye, le chargé de communication de Aby, cité comme le témoin principal de la chanteuse a déclaré que lui aussi était dans le même véhicule. “C’est faux, il nous a rejoint au siège par un autre moyen.” A soutenu Abdourahmane Baldé aux enquêteurs. Comme lui, Antoine le chauffeur comme Pierre Goudiaby ne se sont jamais souvenus que ce garçon débonnaire chargé des relations publiques ait pu prendre place dans ce véhicule qui ne dispose que de deux sièges assis, en arrière. Parce que, aussi anodin qu’il puisse paraître, ce détail -d’avoir été ou non dans le véhicule d’Atépa- est très important pour l’établissement de la vérité. Parce que, puisque «les appels téléphoniques de jours comme de nuits» annoncés par Aby Ndour n’ont jamais existé, elle est revenue dire que “c’est dans sa voiture et devant des témoins que Pierre Goudiaby lui aurait fait des avances“.

Et comme M. Goudiaby, Antoine le chauffeur comme Abdourahmane Baldé ont réfuté cette thèse, Aby avait besoin d’un témoin qui puisse soutenir sa version. Et qui, mieux que son “conseiller en communication”, qui était là ce fameux jour, pouvait être mieux indiqué pour la soutenir. C’est pourquoi, les enquêteurs -qui étaient décidé à tirer cette affaire au clair- ont fait le déplacement, pour aller constater -de visu- le véhicule qui, à cause d’un accoudoir qui sépare les deux sièges, ne permet pas à une troisième personne de prendre place. Mais, qu’à cela ne tienne. Pèdre Ndiaye est formel: “j’étais dans le véhicule, assis entre Baldé et Aby.” Et, lors de son audition, Pédre Ndiaye que Aby Ndour appelle son “numéro 1” a déclaré avoir entendu M. Goudiaby dire à Aby qui l’appelait “papa”: “Non, Papa, c’est juste pour la journée.” Et alors que Aby avait déclaré que Pierre Goudiaby lui aurait dit de ne l’appeler “papa” que le jour et que la nuit elle devait l’appeler par d’autres noms et entretenir des relations interdites avec lui, Pèdre Ndiaye a refusé de conforter toute la version de Aby Ndour. “Pédre a dit qu’il n’a jamais entendu tout le reste que Aby prétend que Atépa lui aurait dit.” 

Suffisant pour que les enquêteurs en arrivent à douter sérieusement des accusations infondées d’Aby Ndour, comme de la version de Pédre Ndiaye. Parce que, pour une personne avisée comme Aby -qui avait déjà réussi, en 2013, à faire condamner un homme pour harcèlement sexuel-, la sœur de Youssou Ndour n’a jamais donné la moindre preuve de ses graves accusations. “Il n’y a ni trace d’appel nocturne comme elle l’avait soutenu dans sa vidéo. Elle n’a pas d’enregistrement ni audio ni vidéo. Pas de témoin crédible. C’est carrément une calomnie pure et simple, de la diffamation et de l’injure publique. Ces infractions sont aggravées par le fait qu’elles ont été commises par voie des NTIC.” Soutiennent des sources qui ont pris connaissance du dossier 00110/DPJ/DSC du 07/08/2020. Contacté par Kewoulo, Pédre Ndiaye a refusé de se prononcer sur « une affaire pendante devant la justice. » Néanmoins, il aimerait que de bonnes volontés puissent aller voir Pierre Goudiaby Atépa et lui demander pardon. « Que Aby Ndour perde le procès et que Atépa le gagne, qu’est-ce que cela peut rapporter au Sénégal ?» Certainement à dissuader d’autres personnes, hommes ou femmes, à porter de fausses accusations sur des personnes innocentes lorsque leur intérêt est en jeu !

 

Laisser un commentaire