Société: PARAR, aux origines du village dont on ne prononce pas le nom

Société: PARAR, aux origines du village

Des 37 villages et de 26 hameaux qui composent Ndiayène Sirakh (région de Thiès), il y en a un dont on ne prononce jamais le nom à la tombée de la nuit ou au petit matin. C’est Parar. Pour le nommer, on utilise le sobriquet « Ndeukass Kaw » (la petite bourgade d’en haut, en wolof). Une réputation ancrée dans cette partie du Baol qui fait qu’aucun roi n’y venait. Aujourd’hui, rare sont les autorités locales qui y risquent tout déplacement. Malédiction pour les uns ; bénédiction pour les habitants de ce village pas comme les autres.

Depuis Khombole, c’est au bout d’un peu moins d’une demi-heure de route à l’intérieur des terres que les sommets des cages nichoirs pour oiseaux de toute sorte se dressent face aux visiteurs. Ici tout fait exception. Les pintades, à l’entrée du village, sont immaculées de blanc. Les premières indications font état d’un village scindé en plusieurs parties : la religieuse dirigée par une famille maraboutique et celle des cultivateurs et des éleveurs. Dans cette partie du Baol, comme partout ailleurs, un roi avait besoin des prières de marabouts, de la viande et du lait des éleveurs et des vivres issus de la culture des champs.

Après 11 heures, le village est vidé de sa substance à cette période de la saison où l’espoir est revenu après les craintes d’un hivernage sans pluies abondantes. Hommes, femmes et enfants sont aux champs. Ainsi, la traversée du village donne l’image subliminale et cathodique d’une horde de malfaiteurs précédée de sa réputation entrant dans une ville d’un western américain aux habitants calfeutrés dans leur domicile sur un fond langoureux de Morricone. Pour trouver à qui parler, il faut se frayer un chemin jusqu’à ce qui fait office de place publique du village.

Assis sur le fameux « Tôôthie », un tronc d’arbre installé à même le sol qui sert de chaises, trois hommes, la soixantaine bien entamée, suspendent leur discussion pour nous répondre. « Oui, vous êtes bien à Parar », confirme Moussa Thiaw, natif du village qui se glorifie d’être un fils des lieux. L’objet de la visite présentée, Moussa Thiaw préfère attendre la présence du chef du village parti aux champs. Entre-temps, les présentations se poursuivent. « Je suis maçon. Je fais partie de ceux qui ont construit la mosquée de Daara Mouhty en 1966 », raconte-t-il, avant de digresser sur les financements des moquées dans la zone.

Entre deux anecdotes, une silhouette apparaît au loin. Col relevé, son polo vert est naturellement flashy par l’usure du temps combiné aux rayons du soleil à rendre jaloux la nouvelle tendance des fashion-bio. Sagnamby Dione est un homme d’une soixantaine d’années qui ne souffre pas de surcharge pondérale. Son regard fin et sa coiffe poivre sel lui donnent des faux airs de Sean Connery.


Glorifié par Youssou Ndour


L’histoire qu’il raconte fait de Parar le plus vieux village du Baol devenu célèbre en étant le bastion du Teigne Lat Ndella « Parar » Fall, apparenté à Amary Ngoné Sobel. Et son secret réside dans la légende faite de mythologie païenne, de réalités animistes et de prières musulmanes. Dans la chanson « Serigne Mbacké Sokhna Lô », Youssou Ndour y revient pour évoquer les ancêtres Ceddo et maraboutiques de l’un des plus célèbres petits-fils de Serigne Touba. « C’est un sanctuaire qui a toujours abrité un mélange de Ceddo et de religieux », renseigne Sagnamby Dione, le chef de village. Il convoque aussi la mythologie pour parler de « Rôf-Nane » : une source à la base de la création du village.

« On raconte qu’une vache écornée avait découvert une sortie d’eau cachée sous une couverture en période de sécheresse. Le bœuf qui l’accompagnait l’a révélé aux humains en mettant ses cornes pour mieux dégager la sortie d’eau. Depuis, la source est devenue un lieu de divination pour prédire l’avenir », conte M. Dione. Mais quid des tabous qui accompagnent le patronyme du village ?


Frontières contre l’extérieur


Mbaye Sarr, l’un des sages du village, est appelé à la rescousse pour aller plus en profondeur. Tout de blanc vêtu, lunettes noires, la démarche chancelante est équilibrée par l’appui sur une canne, malgré un bout de pain dans l’autre main. L’un des hommes les plus âgés du village évoque les esprits qui protègent le village. « Mes ancêtres m’ont raconté qu’ils arrivaient que tous les arbres qui délimitent le village s’entrelacent pour former une frontière hermétique quand il y avait une maladie contagieuse ou une menace de razzia venue de l’extérieur », dit-il en replaçant ses lunettes. Cette réputation faisait du nom du village un sujet tabou, car il était lié aux esprits.

C’est un sanctuaire qui protégeait ses habitants contre toute forme de menace extérieure. Pour étayer ces affirmations, Mbaye Sarr relate plusieurs anecdotes qui font que les autorités étatiques ne viennent pas à Parar. « Ici, les sous-préfets n’y mettent jamais les pieds. Il y a l’histoire de Madior Fall dans les années 70, qui était venu chercher un fils de Parar pour défaut de paiement d’impôts. Il savait que c’était interdit par la tradition. Il a été licencié moins d’un mois plus tard et il a fini gardien de champs. La dernière fois que les gendarmes ont tenté de venir à Parar pour arrêter un homme accusé d’avoir bafoué la loi, ils ne sont jamais arrivés. Leur voiture a fait plusieurs tonneaux et l’un d’eux fut grièvement blessé », sourit Mbaye Sarr. Mythe, légende ou vérité ? Les anecdotes se suivent.

« Un autre sous-préfet basé à Altou Ndangalma, dont le nom m’échappe, avait comme dessein de conquérir le cœur d’une jeune fille que Moussa Sarr, entrepreneur et natif de Parar, voulait épouser également. Ce dernier a piégé le sous-préfet en le défiant de venir à Parar pour y prendre une chèvre. Dès qu’il a mis les pieds sur notre terre, il a perdu l’amour de la jeune fille, mais aussi son poste », surenchérit Mbaye Sarr.


Libation et offrandes


Aujourd’hui, ce tabou n’est bravé par aucune autorité. « En dehors des politiciens des alentours lors des campagnes électorales, nous ne voyons ni de sous-préfet ni de préfet encore moins de gouverneur », précise Sagnamby Dione. Le chef du village réfute toute forme de malédiction. « Nous avons nos croyances. Comme dans plusieurs villages, il y a un endroit dédié aux esprits et aux revenants », explique le patriarche en montrant un petit sanctuaire mystérieux composé d’éléments de libations et entouré de cactus où « des malades sont guéris » après des offrandes. A Parar, « est le bienvenu celui qui y cherche la paix. Si c’est le contraire, le village se charge de se défendre tout seul », formule Sagnamby Dione.Le chanteur ivoirien Alpha Blondy disait que la chance et le hasard sont les autres noms de Dieu. Les tabous liés à Parar feraient-ils de la malchance, l’autre appellation de Satan ?


Le mauvais côté de l’absence étatique


A l’apogée de l’Empire du Milieu en Asie du Sud-est, l’autorité centrale du roi s’arrêtait à la haie de bambou de chaque village. Il y avait, de facto, une décentralisation dont les linéaments ont été repris par les Girondins lors de la Révolution française. La singularité de Parar en fait un village précurseur, malgré lui, de la décentralisation bien avant son acte 3 si bien vanté aujourd’hui. Ses accents mythologiques et ses atouts « surnaturels » ne semblent pas avoir été d’un grand apport pour l’entrée du village dans la modernité.

« Les besoins sont criants. Nous n’avons pas d’électricité. Un forage nous ferait du bien pour mettre en place de l’agriculture hors hivernage comme le maraîchage. L’école du village fait partie des rares dans la zone à ne pas disposer d’une clôture. Pour nous soigner, nous allons à Ndiayène Sirakh (la commune d’arrondissement). C’est très dommage surtout pour les femmes enceintes obligées d’être transportées en charrette, souvent la nuit, pour donner naissance à leurs enfants à plusieurs kilomètres », renseigne M. Dione. «Avant, il y avait des matrones formées dans le village pour assurer cette mission. Aujourd’hui, celles-ci sont trop âgées pour le faire et la relève n’est pas assurée. Par ailleurs, l’accès au réseau téléphonique est souvent difficile. Seul le réseau d’un des trois opérateurs de téléphonie est capté dans le village. L’internet, n’en parlons même pas », regrette Sagnamby Dione, le chef du village.

Moussa DIOP

Le Soleil

PARTAGER
Article précédentEducation: 26. Traduction anglais français professionnelle
Article suivantSociété: Il engrosse une gamine de 13 ans et dit être en couple avec elle depuis un an
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

LAISSER UN COMMENTAIRE