Macky Sall : le puéril président et, le péril étatique (Par Daouda N’DIAYE)

Macky Sall

1. « Plus l’espérance est grande, plus la déception est violente » (Franz-Olivier Giesbert). Cependant, à l’opposé de Sénèque pour qui « la déception est bien moins pénible quand on ne s’est point d’avance promis le succès ». C’est sans doute, parce que notre espoir de succès était énorme, que nous avons plus de répugnance à l’égard du président de la République. Puisque, nous ne pouvions penser qu’une fois aux affaires, ses actes seraient aux antipodes de ses promesses et, discours de campagne de candidat.

2. Macky Sall, élu nous nous attendions à un président souverainiste qui protège notre pays de tout et, qui privilégie l’intérêt général. Car, né après les indépendances, selon l’argument de marketing politique naguère avancé et abandonné depuis, par ses partisans. Il symbolise avec ses reniements, renoncements, et dédits, la désillusion personnifiée pour la majorité de tous ceux qui ont cru en lui, lors des élections présidentielles de l’année 2012. En effet, après ce que nous avions connu, sous les présidences de Senghor, Diouf et Wade, nous pouvions légitimement penser et, espérer que la nouvelle génération de politiciens, dont il est l’archétype, serait plus patriote et plus encline, à la démocratie, à l’équité, à l’éthique, à l’Etat de droit et, au développement du pays.

3. Ainsi, lorsqu’il nous promettait « un gouvernement sobre et vertueux » ou encore « la patrie avant le parti », il faisait implicitement et, quelque fois explicitement référence à la probité et l’exemplarité, relativement, à la situation politique d’alors. Loin de toute raison c’est-à-dire sans réfléchir, beaucoup, d’entre nous, avaient à juste raison, adhéré au discours tenu et véhiculé, par Macky Sall candidat. Las, déçus, et pressés de refermer les pages du magistère du Président Abdoulaye Wade, nous avions été conquis, par de telles paroles de rupture, empreintes d’assurance et de franchise, mais encore, prononcées avec beaucoup de verves.

4. Le Sénégal pays du verbe, Macky Sall nous a pris dans notre propre dialectique du langage. Ainsi, la vertu et la probité souvent prononcées, lorsqu’il était candidat à la présidence de la République et peu après son élection, n’étaient que des éléments de communication, présentement disparues de son lexique politique. Toutefois, sans minimiser ou, minorer, la percussion dont il avait fait l’objet avant les élections présidentielles de l’année 2012, cette situation a décuplé notre empathie pour lui. Au-delà de son discours novateur et porteur, cela a annihilée ou neutralisée notre lucidité et, une partie de notre capacité de discernement, pour avoir trop cru en lui, en lui accordant une confiance immodérée, ceci expliquerait pour beaucoup, la rudesse de notre désespérance.

5. Pour le porter à la tête de l’Etat en 2012, ensemble nous avions vaincu, tant d’anfractuosités, en pensant, que certaines pratiques appartiendraient à jamais à l’histoire, mais encore, notre démocratie allait être consolidée. Mais, entouré et conseillé, par des « diplodocus » de la politique sénégalaise, véritables captateurs de rentes (Moustapha Niass, Ousmane Tanor Dieng, Djibo Leyti Ka…) ; la gestion douteuse de l’Etat, l’affairisme, le clientélisme, et la corruption vont hélas survivre, volant ainsi au peuple son rêve de changement et, de rentrée dans une nouvelle ère démocratique.

Laisser un commentaire