Les réseaux sociaux source de dépendance des jeunes aux smartphones

Les réseaux sociaux source de dépendance des jeunes aux smartphones

La dépendance aux smartphones chez les jeunes est liée aux applications de « reliance » par les réseaux sociaux, soit celles qui permettent de connecter ses utilisateurs, selon une étude développée par l’ASBL ReForm et l’Université libre de Bruxelles (ULB) présentée mardi à Namur.

Réalisée dans le cadre du projet Smart.Use auprès de 1.589 jeunes issus de 37 établissements scolaires du secondaire, l’enquête permet d’établir un bilan de l’usage des smartphones par les jeunes. Parallèlement, elle examine les spécificités des usages abusifs et normaux de cette technologie.
L’ASBL ReForm, constatant notamment le manque d’informations dans ce domaine, répond, avec cette enquête, à une série de questions sur la fréquence d’usage, la dépendance, l’utilisation en milieu scolaire, etc., des smartphones par les jeunes Belges francophones. Les conclusions montrent qu’un jeune sur cinq serait réellement dépendant à son smartphone.
Le temps passé sur l’appareil n’est toutefois pas significatif d’une dépendance, souligne l’enquête. Les filles âgées de 14 à 16 ans seraient les plus exposées à un risque d’addiction. Le dépendant consulterait davantage son smartphone pendant la journée avec une consommation très importante dès le matin et dépasserait bien souvent son forfait.
L’intérêt moindre pour l’école et de faibles résultats scolaires font notamment partie des conséquences liées à la dépendance du jeune. L’enquête révèle également un manque « flagrant » d’intégration du smartphone dans le système éducatif ainsi qu’une méconnaissance des côtés obscurs par les jeunes.
En outre, l’état des lieux montre que 95,6% des jeunes âgés entre 12 et 18 ans possèdent un smartphone en Fédération Wallonie-Bruxelles, et que l’âge moyen d’acquisition de celui-ci est de 13,5 ans. Les filles passent plus de temps sur leur téléphone que les garçons mais dépensent moins leur forfait. Les applications « Facebook », « Messenger » et « Youtube » sont les plus utilisées.

Enfin, l’enquête révèle également que le discours varie quant à l’usage des smartphones en milieu scolaire. Ainsi, 40% des jeunes affirment que le smartphone est interdit à l’école alors que 35% estiment qu’il est autorisé partout sauf pendant les cours.

En matière de sanction, là aussi, les résultats ne sont pas homogènes puisque près de 30% disent s’exposer à une simple remarque en cas de non-respect, tandis que 48% à une confiscation.

En décembre, la publication des résultats sera diffusée largement dans les milieux politiques, éducatifs, sociaux et de jeunesse. L’ASBL ReForm souhaite également mener une campagne de communication et de sensibilisation avec les établissements scolaires dès 2017.

Laisser un commentaire