Entretien: « Nous avons mis en place des comités de vigilance pour éviter que des enfants soient enlevés et tués », Niokhobaye Diouf

Entretien: "Nous avons mis en place

Choqué par la situation des jeunes gens tués un peu partout au Sénégal, le directeur de la protection des droits de l’enfant et des personnes vulnérables, Niokhobaye Diouf, est en colère. Au delà des sentiments tout légitimes qui peuvent animer l’autorité chargée de la protection des droits des enfants, le protecteur des enfants se veut clair: des mécanismes sont mis en place pour lutter la maltraitance et le meurtre des enfants en sacrifice humain.

Loin d’être victime de la psychose collective qui a pris possession des Sénégalais depuis l’annonce du premier meurtre commis sur un enfant, cette année, le directeur de la protection des droits des enfants et des personnes vulnérables a sa manière de montrer sa colère. Une colère saine et plein d’enseignements. Au micro de Kewoulo, le directeur de la protection des droits des enfance a déclaré que « l’Etat a mis en place des mécanismes solides qui permettent de lutter contre la maltraitance des enfants. » Aussi, Niokhobaye Diouf a déclaré que « c’est parce que de nombreux leviers de notre société ont sauté qu’on s’est retrouvé, aujourd’hui, avec ce phénomène de grande vulnérabilité des enfants. »

Loin de ces voix incendiaires qui veulent que la vindicte populaire soit appliquée à ces meurtriers d’enfants, Niokhobaye Diouf invite les Sénégalais à s’abstenir de se faire justice eux mêmes. « Parce que si nous décidons de nous faire justice, on risque de ne pas avoir d’information permettant de remonter aux personnes qui envoient ces gens-là commettre ces meurtres« , a constaté le directeur de la protection des droits de l’enfant. Et, pour éviter de voir des enfants comme des personnes vulnérables se faire enlever et tuer à des fins de sacrifices humains, Niokhobaye Diouf invite les populations à plus de vigilance.

Aussi, après avoir constaté que les parents -qui envoient leurs enfants jouer dans la rue, pour pouvoir être tranquilles à la maison- ont leur part de culpabilité dans ces drames à répétition, Niokhobaye Diouf a reconnu la part de responsabilité de l’Etat. « Les politiques d’urbanisation doivent prendre en compte l’existence de cette couche vulnérable qu’est l’enfance. Et créer des aires de jeux où les enfants pourraient venir jouer sous la surveillance d’agents payés par l’Etat. » A déclaré Niokhobaye Diouf. En attendant l’application de ce voeu, le directeur des droits des enfants a déclaré qu’aux cotés des forces de sécurité, sa direction se bat pour un meilleur cadre de vie des enfants au Sénégal.

 

Laisser un commentaire