La politique au Sénégal, l’art de se payer la tête de la cité ! (Par Ababacar GAYE)

La politique au Sénégal, l’art de se payer la tête

Même le plus perspicace des scénaristes au monde ne pourrait appréhender les différents scénarios que peut nous offrir la pratique politique sénégalaise. Des tâtonnements aux revirements, de la transhumance à la trahison, les dénouements sont aussi brusques que pitoyables. Les observateurs les plus avertis se perdraient dans les nuées à vouloir décrypter ce labyrinthe que ne peuvent percer des yeux de lynx. Subtile est cette manie de se jouer du peuple !

En réalité, les plus folles histoires d’amour et de fraternité s’effondrent comme un château de cartes et les plus valeureux sentiments de militantisme et d’amitié se dénouent au gré du vent. Sur la scène politique sénégalaise, force est de reconnaitre qu’on ne sait plus qui est qui et qui fait quoi car tout se passe dans un désordre indescriptible qui n’est compris que des acteurs.

Des alliances et contre-alliances se nouent suivant des intérêts individuels et dans un décor qui surpasse « Game of Thrones ». Les actes d’allégeance et serments de fidélité sont sacrifiés à l’autel des intérêts crypto personnels. Sur ce plan la réalité dépasse la fiction car les règles du jeu ne sont pas claires et parfois les acteurs se permettent même de jouer à qui gagne perd. Quelle que puisse être l’issue de ces aventures, tragique ou comique, les spectateurs sont tout simplement « Mdr » : Mort de Rire ou Mort de Regret.

Entre Reniements et Parjures

Les promesses et engagements en politiques doivent être revêtus d’un caractère sacré notamment en temps de campagne. Le dépositaire de la confiance du peuple qui l’aura choisi sur la base de ses engagements doit suer sang et eau pour ne pas décevoir les espoirs en lui placés. En analysant bien ce à quoi nous ont habitués nos politiciens, on est mort de regret de constater que la politique est un art de dédits et de revirements et les artistes s’en acquittent à qui mieux mieux.

Nombreux sont, en effet, les hommes politiques qui, conscients du fait que le peuple ne les suit pas à la loupe, profitent de la moindre occasion pour le duper. Ce peuple électeur ne voit pas ses intérêts posés comme un préalable à toute décision.

Dans le tumulte pré-électoral de 2011, le président Wade, dans le dessein de légitimer ce que beaucoup considéraient comme du « wax-waxeet », avait rappelé cette phrase célèbre qui sonna comme un mea culpa : «  Les promesses n’engagent que ceux qui y croient ». Une mêlée générale s’en était suivie avec son lot de conséquences que personne n’ignore.

Malheureusement dans ce genre de situations, il y a toujours des experts  (juristes et communicants) qui, suivant leurs intérêts et de mauvaise foi tentent de réconforter la position du politique (Pouvoir comme Opposition). Ainsi la science est-elle mise au service de l’homme politique et se ridiculise avec des spécialistes qui, bien qu’ayant appris la même chose, ne s’entendent que sur leur désaccord.

Pour sortir de son engagement à maintes fois répété de faire un mandat de cinq ans, le président Macky Sall a eu recours aux mêmes stratégies et institutions que son prédécesseur : le Conseil constitutionnel agit favorablement et les experts pro-gouvernementaux défendent et explicitent. On est alors mort de regret de constater que ce qui a été fustigé hier, à travers des manifestations violentes, est  aujourd’hui défendu becs et ongles. La légalité apparaît ainsi favorisée aux dépens de la légitimité et le palais au détriment du peuple!

De par leur attitude versatile, les acteurs de la société civile n’ont rien à envier aux politiciens. D’ailleurs, les figures de proue du M23 sous le président Wade sont devenus tous ou presque de vrais politiques et se ravalent en cautionnant aujourd’hui ce qu’ils dénonçaient autrefois. Ils ne prennent plus part aux débats qui interpellent leur conscience citoyenne mais prennent parti pour défendre tel ou tel. Quand certains s’approchent du pouvoir, d’autres s’en écartent et dans tous les cas ils s’éloignent du peuple dont ils furent les porte-voix.

Beaucoup de journalistes d’investigations de renommée tels que Abdou Latif Coulibaly et d’autres comme Souleymane Jules Diop dont la voix tonnait depuis le Canada pour dénoncer la mauvaise gestion et la gabegie ont réussi l’énorme prouesse de jeter leurs plumes et micros pour devenir de vrais militants disciplinés. Et pourtant, les questions à aborder sont toujours d’actualité car la société n’est pas encore guérie de ces nombreux maux qui l’étouffaient. On se tait au risque d’être emporté par la loi du « Muut mbaa mott » (se taire ou dégager) qui a éloigné Idrissa Seck. Alors, au vu de cette évolution, on en est tout simplement mort de regret « Mdr » de convenir avec le Premier Ministre Dionne que les acteurs de la société civile sont des « politiciens encagoulés ».

Transhumance, Alliances contre-nature et Surenchères

Ce qui rend plus incompréhensible cette scène politique c’est que les acteurs peuvent changer de rôle et de trajectoire sans que le spectateur s’y attende.  Les détournements de situations peuvent être aussi illogiques que marrants de telle sorte que ce qui était parti pour devenir comique finit par être tragique ou tragi-comique, que sais-je. On est mort de rire « mdr »de voir ceux qui vous combattaient de toutes leurs forces revenir vous accompagner, sans scrupules. Que n’a subi le président Macky Sall de la part de ses frères libéraux, ces faucons qui l’ont mis à mal contre son mentor ?

Si aujourd’hui Serigne Mbacke Ndiaye pour ne pas le nommer appelle de tous ses vœux à des retrouvailles de la famille libérale, on ne peut qu’être mort de rire. Lui qui faisait partie des plus proches de Wade au moment de l’éviction de l’Assemblée Nationale du président SALL. On est tout aussi mort de rire de voir Talla Sylla s’acharner sur Idrissa Seck alors qu’il a eu à solliciter et bénéficier de son soutien pour devenir maire de Thiès.

Aujourd’hui qu’il déclare son appui au président Macky SALL et sa ferme volonté de combattre Idrissa Seck, faut-il en pleurer ou en rire sachant qu’en 2012 il n’avait pas exprimé clairement son adhésion au « Tout Sauf Wade » lors du deuxième tour. Et voilà Thierno Alassane SALL, ancien ministre du président Macky SALL, qui n’hésite pas à tirer sur ce dernier dès que l’occasion se présente. Pour comprendre ces gymnastiques et acrobaties dignes des champions olympiques, il serait salutaire de la part des spécialises d’étudier « la psychologie de l’homme politique sénégalais ». Ainsi saurions-nous de façon claire pourquoi en politique les amis d’hier deviennent souvent des ennemis et les ennemis d’hier des amis.

Avec les alliances contre-nature ou hors normes qui se tissent au gré des intérêts du moment, la scène politique sénégalaise est devenue un véritable musée des horreurs. Des socialistes s’accoquinent avec des libéraux et des libéraux apportent soutien et confort à d’autres socialistes. A mort l’idéologie tant que la massification demeure l’enjeu !

Le duel Idy-Macky qui tient en haleine les observateurs est justement un exemple éloquent. En fin de semaine passée, le leader de REWMI, depuis Accra, a lancé des piques au président SALL (son ancien frère libéral) et a exigé la libération du député-maire Khalifa SALL (un socialiste affirmé). Et comme pour saisir la balle au bond, le président du HCCT, Ousmane Tanor Dieng (socialiste), lui aurait rappelé qu’il ne pèse pas autant que son ami Macky SALL (libéral) puisqu’à chaque élection son pourcentage s’effrite.

La sortie d’Oumane Tanor Dieng et celle de Youssou Ndou qui a littéralement ravi la vedette à toutes les autres ne sont pas anodines et doivent être analysées minutieusement. Si le premier nommé veut montrer au président sa fidélité et disponibilité, le deuxième réclame plus d’égard à son endroit. Rien d’étonnant car cela a toujours été ainsi à la veille d’une échéance électorale. Plus les élections s’approchent, plus les états d’âmes et d’humeurs animeront le camp de la majorité dont le chef sera obligé de tenir compte des caprices des uns et des autres.

Selon le poids et la popularité des souteneurs, les surenchères se feront et des arrangements seront trouvés sur le dos du peuple, le grand perdant qui ne peut qu’en mourir de rires ou de regrets. Il n’y a pas à chiquer que dans cette redistribution des rôles et la reconfiguration de la scène politique, les acteurs se paient tout simplement la tête de la cité qui hélas ne comprendra que lorsqu’il sera tard.

Laisser un commentaire