Covid-19: Rohey Malick Lowe, la maire de Banjul appelle à la fermeture immédiate de sa ville

Covid-19: Rohey Malick Lowe,

La situation sanitaire de la capitale gambienne est devenue incontrôlable. Contrairement au gouvernement qui montre un satisfecit à son système sanitaire et laisse croire que le mal est contenu, la maire de Banjul, elle, est alarmiste. Dans une vidéo que ses services ont mis à la disposition de Kewoulo, Mme Rohey Malick Lowe implore le ministre de la santé dans les mains de qui sont concentrés tous les pouvoirs à mettre en quarantaine la région de Banjul.

A en croire les autorités gambiennes, ce sont officiellement 9 personnes qui sont décédées de Covid-19, 68 seraient guéris et 421 patients seraient en train de suivre des traitements dans le structures de santé du pays. Mais, Mme Rohey Malick Lowe, la fille  de l’ancien maire de Banjul, Malick Lowe, et aujourd’hui chargée de la destinée de la capitale de ce petit pays niché au cœur du Sénégal, la situation est plus préoccupante que ce que le gouvernement veut faire croire. A l’en croire, “chaque jour, des gens meurent dans l’indifférence totale. Dans leurs maisons, puisque ils ne trouvent plus de place où ils pourraient bénéficier de mesure de mise en quarantaine.”

Dans une vidéo de 3 minutes, envoyée à Kewoulo, la maire de Banjul a interpellé le ministre de la santé et lui a fait savoir qu’elle voudrait que ce dernier ferme hermétiquement Banjul pendant, au moins, une période d’une semaine. Aussi, Rohey Malick Low aimerait que Dr Ahmadou Lamin Samateh, le ministre de la santé, fasse sortir la police et l’armée dans les rues de Banjul. Afin de faire respecter un couvre-feu qui doit être en mise en vigueur pour atténuer la contamination. Pour la première magistrate de la ville de Banjul, les hôpitaux  gambiens sont devenus des mouroirs et les gens meurent plus dans leurs domiciles que dans les hôpitaux.

C’est pourquoi je vous implore, cher grand frère, en tant que sœur, à agir.” A dit Mme Rohey Malick Lowe à l’endroit du ministre de la santé entre les mains de qui seraient concentrés tous les pouvoirs. En sa qualité de mère d’abord, politicienne ensuite et enfin en tant que première femme maire de Banjul. Mais, aussi, parce qu’elle a assisté à la mort d’un père, d’un ami, victime, ces derniers jours, de ce fichu virus de Covid-19 que la maire de Banjul a lancé son poignant cri de cœur. Alors que la bienséance voudrait qu’elle vienne demander une audience et soumette discrètement sa doléance, la maire de Banjul aimerait prendre l’opinion nationale et internationale à témoin sur le drame silencieux qui se joue en Gambie. Pour que, désormais, personne ne puisse dire qu’elle ne savait pas.   

Laisser un commentaire