30.000 SIGNATURES POUR LES INDEPENDANTS AUX LEGISLATIVES L’Unis introduit une information judiciaire pour un jugement d’inconstitutionnalité

30.000 SIGNATURES30.000 SIGNATURES POUR LES INDEPENDANTS AUX LEGISLATIVES L’Unis introduit une information judiciaire pour un jugement d’inconstitutionnalité

Tout  candidat indépendant voulant participer aux Législatives du 30 juillet 2017, doit rassembler 0,5% des inscrits sur les listes nationales, soit environ 30 signatures si la barre des 6 millions d’électeurs est atteinte.

Face à la presse, l’Union nationale des Indépendants du Sénégal (UNIS) dénonce cette mesure et n’exclut pas « la possibilité d’introduire une information judiciaire pour un jugement d’inconstitutionnalité ».

Le coordonnateur de l’Union nationale des Indépendants du Sénégal, Amadou Gueye, a dénoncé hier, en conférence de presse, les  conditions difficiles à remplir pour les candidatures indépendantes,  comme le nombre de 30 000 signatures à rassembler  pour participer aux législatives. «Il était retenu que dans le cadre de l’élaboration de la loi qui devait permettre la participation de ces indépendants, il fallait faire une modification du Code électoral.

Le résultat, on l’a vu aujourd’hui, c’est un Code électoral qui, en fait, articule des dispositions qui sont contraires à ce principe constitutionnel en disant que les indépendants, pour se présenter, doivent recueillir un certain nombre de signatures. Nous disons que nous sommes en République et qu’il faut laisser les indépendants se présenter librement. Nous n’écartons pas la possibilité d’introduire une action judiciaire pour qu’il y ait un jugement d’inconstitutionnalité de cette loi », fulmine Amadou Gueye de l’UNIS.

«Je suis d’accord qu’il faut encadrer la participation des indépendants pour éviter qu’il y ait un désordre. S’ils voulaient,  ils peuvent dire qu’il faut 40 ou 50 mille signatures, ce n’est pas ça le problème. Mais de là à dire qu’il faut 0,5% de la taille du nouveau fichier électoral qu’on ne connait pas encore, cela ne peut être une loi qui peut être qualifiée de claire de précise», fustige le coordonnateur, interpellant ainsi les autorités à montrer le bon exemple afin de mettre fin à cette injustice. Pour M. Gueye, la conquête et la gestion du pouvoir ne peuvent être réservées à une caste de personnes issues de partis politiques et encore moins à une famille comme en monarchie.

« Tous les Sénégalais doivent avoir la même chance de faire valoir leurs compétences pour leur pays », a-t-il martelé. Avant d’ajouter : « L’Etat a mis des conditions floues, des entraves pour ne pas favoriser la présentation de liste des indépendants. Mais ils n’ont pas refusé notre participation. Nous sommes presque en fin Avril, ils disent que d’ici le 29 mai, il faudra venir faire toutes les déclarations pour les listes et consorts». A son avis, la reconnaissance des candidatures indépendantes dans notre constitution renforce l’égalité des libertés entre citoyens.

«Le code électoral doit respecter ce principe. Le dernier code électoral, négocié uniquement par des partis politiques, introduit des dispositions attentatoires à cette égalité des chances», déplore-t-il. Selon le coordonnateur de l’UNIS, les indépendants ont été exclus des négociations du processus électoral, malgré leurs efforts pour y participer de manière responsable.

Khady Thiam COLY

Laisser un commentaire