Société: Pour une certaine opinion, Assane Diouf est « l’homme de l’année 2017 »

L’insulteur pathétique, Assane Diouf, a marqué son empreinte dans l’histoire du Sénégal. De par son insolence. Iconoclaste, il ne laisse personne indifférente.  Avec ses « sakou khorom » et de « tamaté feulfeul » distribués à droite et à gauche, au grés de ses humeurs aux autorités qui ont la malchance de se retrouver dans son viseur. Sans jamais être inquiété.

Ses sorties étaient tellement fréquentes qu’on croyait le connaitre depuis des décennies. Et pourtant, ça fait moins de 6 mois que l’opinion a découvert ce quadra emblématique à la barbe poivre sel et aux attitudes comportementales qui pourraient dérouter plus d’un psychiatre. Originaire de la banlieue, l’ancien résident de la Louisiane a réussi la prouesse de faire l’unanimité autour ou contre sa personne. C’est ce qui a poussé une certaine opinion à voir, en lui, « l’Homme de l’année 2017 ». Une hérésie que Babacar Touré, notre directeur de Publication, n’aimerait voir prospérer. Pour lui, « c’est inimaginable qu’on puisse laisser le parcours de Assane Diouf inspirer les jeunes. »

Qu’on l’aime ou le déteste, Assane Diouf reste indifférent. Il a ce petit côté malicieux qui fait ses admirateurs, même s’ils le savent dans le déni, se prennent d’affection pour lui. « Parce que derrière ses insultes, il y a une grosse part de vérité », a déclaré babacar Touré, en quelque sorte, admiratif de ce fou de la République qu’il faut avoir avec que contre soi.

Le « Fou », « fumeur de chanvre indien », « téméraire et guerrier » patron de Doméram TV a marqué ses congénères et son temps. Comme il l’a dit lui-même, « désormais, on se souviendra, tous, que le Sénégal a donné naissance à un homme si fou qu’il s’en est pris à toute la République« . Les qualificatifs sur sa cahoteuse personnalité dépendent de quel côté de la République on se trouve. Si on est avec ou contre le régime. Parce que Assane Diop, c’est avant tout un homme coloré. Un défenseur de Abdoulaye Wade, de Cheikh Amar. Un pourfendeur de Macky Sall, de Youssou Ndour, les meilleurs ennemis de ses amis.

S’il n’y avaient que la République du Sénégal et ses serviteurs, dans son viseur, le règne de Assane Diouf, sur Facebook, aurait été long. Et son business aurait fructifié avec des vidéos partagées à longueur de clics. Mais, après son arrestation aux Usa -sur un bluff terroriste-et sa rocambolesque expulsion vers ce pays qu’il a quitté il y a 16 ans, il a perdu pieds. Désormais, personne, au Sénégal, n’a échappé à ses « sakou khorom« , « sakou khorompolé » et « tamaté feulfeul » distribués gratuitement. Au grés de ses humeurs changeantes.

Dans ses nouveaux habits de « héros national » des laissés-pour-comptes et des « aigris baveux« , il a commis l’imprudence d’interroger le porte parole des mourides, Sérigne Bass Abdou Khadre- sur l’origine de ses présumés milliards. Ce crime de lèse majesté lui a valu les quolibets de l’opinion mouride. Et des attaques physiques et régulières ont été conduites contre son domicile à Guédiéwaye.

Heureusement, pour lui, la police qui a été saisie à temps est intervenue pour le tirer d’affaire. Mis en garde-à-vue -pour sa sécurité dans un premier temps-,  il a été, par la suite, placé en détention préventive sur auto saisine du procureur de la République. Alors que ses agresseurs ont continué à vaquer librement à leurs occupations.

Laisser un commentaire