Boffa-Bayotte – « Macky a posé un acte courageux mais il faut aller plus loin »

    Boffa-Bayotte - "Macky a posé un acte courageux

    Suite à la tuerie de Boffa, le chef de l’État a pris la décision de faire suspendre toutes les autorisations de coupe de bois. Ce, jusqu’à nouvel ordre. Il a aussi demandé au gouvernement, de procéder, sans délai à la révision du Code forestier. Décisions qu’analyse, dans cet entretien avec Seneweb, Ali Haïdar, qui a été ministre de l’Environnement dans l’actuel régime.

    M. Haïdar comment accueillez-vous cette décision du chef de l’État de suspendre les autorisations de coupe de bois ?
    Je salue cette mesure qui démontre encore la volonté du Président de la République de mettre un terme à ce trafic illicite qui sévit dans notre pays. Ce, dans les forêts de la Casamance, jusque vers la frontière avec la Gambie. Car, de la forêt, en réalité, il ne reste plus grand-chose. Tout a déjà été coupé. Si les gens vont jusqu’à couper, comme à Dinguiraiye jusque dans les cimetières, si les gens vont couper jusque dans les confins de la forêt, là où c’est strictement interdit, cela veut dire qu’ils ont déjà tout coupé. Donc je salue cela, mais je dis qu’il faut une volonté politique très forte.

    C’est-à-dire ?
    Il faut aujourd’hui oser aller plus loin. Je supplie le président de la République, à genou, je tends les bras ouverts vers le ciel pour qu’il prenne en charge ces questions qui sont capitales. La forêt c’est un patrimoine, c’est une richesse. C’est de la forêt que nous puisons l’eau de la pluie, l’eau que nous buvons, les nappes phréatiques. C’est de la forêt que nous tirons le pâturage pour le bétail. C’est de la forêt que nous avons même les abeilles qui butinent les fleurs des manguiers et des orangers pour permettre qu’on ait des fruits. Elles vivent dans la forêt. Donc si vous décimez la forêt, vous détruisez tout cela.

    Certains se posent la question de l’applicabilité de la mesure, surtout du fait du trafic illicite…
    Avant-hier j’étais à Dakar. Il y avait des pick-up qui chargeaient 2 millions de cartouches. Mais, eux, ils ont le droit. Ils ont le permis de chasser. Quand on sait que 50% des tirs atteignent leurs cibles, cela veut dire qu’il y a 1 million d’animaux qui seront tués et légalement. Ces gens-là sont des touristes qui viennent dans notre pays tuer nos animaux. Et pour qu’ils voient les animaux, très souvent, ils font des feux précoces pour désherber les champs, détruire la forêt en même temps. Donc c’est tout cela qu’il faut revoir. Moi je prie le ciel pour que le président prenne en compte ces questions. Et qu’il fasse comprendre à ses pairs qu’aujourd’hui, il nous faut aller vers un Plan Marshall pour l’environnement.

    Mais une telle mesure va-t-elle décourager les trafiquants ?

    Beaucoup. Quand j’étais ministre j’avais envoyé une inspection au poste de contrôle de Kaffrine. En 3 mois, on avait compté 1560 camions de 30 tonnes de bois qui étaient passés par ce poste de la manière la plus légale, soi-disant avec des permis de bois de chauffe. 60% de ces permis étaient gratuits, 80% de ces permis étaient détenus par deux régions: Dakar et Diourbel. Est-ce que c’est normal tout cela ? La forêt n’est pas là-bas et c’est eux qui exploitent la forêt. Si vous prenez le patrimoine halieutique, la pêche, le poisson, n’importe quel sénégalais peut aller dans la mer et pêcher du poisson, le pêcher ou le manger. C’est ouvert à tout le monde. Mais la forêt, non. Elle est réservée à des exploitants forestiers. Et comme c’est eux qui vont délivrer les Gie d’exploitation forestière, on cantonne cela à eux. Ils se l’héritent de père en fils ce permis-là. Ils ne le perdent jamais malgré le fait qu’on les attrape très souvent en train de braconner. Donc c’est tout cela qu’il faut revoir. Je ne dis pas que ça suffit, mais c’est un acte courageux que nous saluons, mais il faut oser aller plus loin. Il faut aujourd’hui se préoccuper de l’environnement, revoir les textes qui sont obsolètes.

    Cette mesure du chef de l’État peut-elle donner un coup de pouce au processus de paix ?
    Bien-sûr. Parce que ces questions sont majeures. Ce qui s’est passé à Boffa peut même remettre en question les négociations qui étaient très avancées. Parce que nous avions vraiment une accalmie. Donc est-ce qu’on va laisser des mafieux venir piller notre forêt et en même temps nous causer ce problème? D’ailleurs est ce qu’ils ne le font pas exprès pour uniquement que ce problème ne se règle pas ? Il faut revoir la question.

     

    Avec Seneweb

    1 COMMENTAIRE

    Laisser un commentaire