VIDEO. Sarkozy veut deux référendum sur le regroupement familial et les fichés S

Nicolas Sarkozy

Un remake de l’Appel à la résistance du 18 juin ? L’ancien président, candidat à la primaire de la droite, n’est pas allé jusqu’à le formuler ainsi.

Nicolas Sarkozy a annoncé ce vendredi que s’il était réélu, il organiserait deux référendum le jour du second tour des législatives, le 18 juin 2017, sur les questions du regroupement familial et des fichés S «les plus dangereux», deux de ses thèmes récurrents.  Invité de France 2, l’ancien président a expliqué qu’il interrogerait les Français pour «suspendre le droit automatique» au regroupement familial, et pour que «le ministre de la Sécurité puisse décider de la mise en internement administratif des fichés S les plus dangereux». Si cette proposition de «Guantanamo à la française» – une expression que récuse l’ancien chef d’Etat – n’est pas nouvelle, l’idée de la soumettre à la consultation du peuple, elle, l’est.


L’intégralité de l’interview de Nicolas Sarkozy au 20 heures de France 2

«Est-ce qu’on continue avec le regroupement familial?», a interrogé Nicolas Sarkozy, y voyant «une question centrale». «L’explosion démographique que connaît l’Afrique qui va doubler de population en 30 ans (…) fait que nous ne pourrons plus, de mon point de vue, accepter l’automaticité du regroupement familial pour les étrangers non communautaires», a-t-il argumenté.

«Vers une assimilation»

L’ex-président s’est également interrogé : «Est-ce que le contexte démographique, migratoire a changé ? Ma conviction, c’est oui». Il a donc plaidé pour «aller vers une assimilation» car selon lui, «nous avons un problème gigantesque d’une intégration républicaine qui ne marche plus».

Outre la référence au général de Gaulle que laisse sous-entendre la date emblématique du 18 juin, ce choix pose aussi une question de légalité : un proche conseiller d’Alain Juppé, Gilles Boyer soulevant sur Twitter que le recours au référendum n’était possible que pendant les sessions parlementaires. L’article 11 de la Constitution indique que «le Président de la République, sur proposition du gouvernement pendant la durée des sessions ou sur proposition conjointe des deux Assemblées», peut soumettre un texte à référendum.

Sans surprise, l’ex chef de l’Etat a dit s’inscrire «en faux» face à l’affirmation quelques heures auparavant de François Hollande que l’arsenal pénal français était «complet» face au terrorisme. Quant au référendum, il a précisé : «je poserai la question: « êtes vous d’accord pour que le ministre de la Sécurité puisse décider de la mise en internement administratif des fichés S les plus dangereux? »», a annoncé l’ancien chef de l’Etat. Il a précisé qu’il prévoyait une «intervention du juge a posteriori».

 

Avec Leparisien

Laisser un commentaire