AVIS D’INEXPERT : Des médias de combat par procuration ?

Jean Meissa Diop

Le crooner dakarois Thione Seck aurait monté plus tôt un groupe de presse ou au moins créé un organe de presse qui le protègerait des flèches venant des nombreux ennemis qu’il se voit partout.

Il l’aurait fait s’il savait que ses contempteurs feraient de la presse leur arme favorite contre lui. Et ces mêmes ennemis semblent être ceux qui s’acharneraient aussi à abîmer l’image de son fils Waly Balago Seck, étoile montante du showbiz sénégalais. En tout cas, des informations ayant fortement circulé à Dakar firent état d’un projet de presse que devrait créér Wally Seck. Mais, survint un grand patatras dont on se demande si la cause ne fut pas les démêlés judiciaires que connut le musicien pour une affaire de fausses monnaies découvertes en son domicile.
Peu avant d’aller en prison pour cette affaire Thione Ballago avait décrété finie « la guerre entre Youssou Ndour et moi » (sic) au lendemain de la publication par le journal L’Observateur du groupe de presse Youssou Ndour (qui passe pour un des pires ennemis de Thione Seck) et amplifiée par la Rfm (encore de Youssou Ndour) d’un litige foncier à Rufisque et auquel le même Thione Ballago aurait été mêlé, mais s’en est défendu.
Et voilà que la même Rfm est, de nouveau, accusée par le même Thione de «graves accusations et interprétations tendancieuses» de l’inculpation de Wally Seck compromis dans une affaire de faux, usage de faux. Et Thione Seck annonce, par un communiqué de presse de la cellule de communication du Raam Daan, son intention de « saisir la justice pour se plaindre du journaliste Mamadou Mohamed Ndiaye et du journal Libération.

Ce, suite au traitement pourtant professionnel que nos confrères ont fait de l’affaire de l’inculpation de Wally Seck. Pour Thione Seck, «il y a eu de graves accusations et interprétations tendancieuses». Pour la cellule de communication du Raam Daan, cela est une manière «insidieuse d’enfoncer un peu plus le mis en cause mais surtout de dénigrer et de calomnier sans retenue toute la famille de Thione Seck».
On a vu les répliques cinglantes du groupe Futurs médias à Coumba Gawlo Seck qui a vertement critiqué l’irruption de Youssou Ndour dans l’animation des Vacances citoyennes. Les allusions ont été si ravageuses que la chanteuse menaça de plainte contre la Rfm. Comme quoi, qui tient une cuillère ne se brûle pas en plongeant la main dans une nourriture bouillante.

Oui, selon les circonstances, les médias créés par un investisseur peuvent bien voler à son secours, répliquer à ses adversaires, couvrir ses activités (lui donner donc de la visibilité et de l’influence), défendre ses idées… Et dans ce domaine, aucun propriétaire de groupe n’est mieux servi par le président de Wal Fadjri, Sidy Lamine Niass à la présence arachnéenne (c’est-à-dire à l’image d’une araignée au milieu de sa vaste toile) dans les programmes de ses chaînes de radios et de télévision ; et aussi du quotidien de son groupe.
Investir dans la presse, c’est utile. Il y en a qui l’ont compris, d’autres pas. Un tel investissement aide à avoir une visibilité, de l’influence et/ou à dissuader des attaques pouvant survenir à tout moment et de partout. « Au Sénégal, un organe de presse, dans beaucoup de cas, sert à protéger quelque chose », avait analysé le journaliste Ibrahima Bakhoum lors du lancement de l’essai « Requiem ou Te Deum pour les médias ? » d’Oumar Seck Ndiaye.
La perspective d’échéances électorales a souvent été une période de dynamisme et d’effervescence dans la création de journaux écrits. Des médias qui meurent aussitôt l’objectif atteint ou que les moyens du promoteur ne suivent plus quand est dépassé l’objet de cette « traite » des journaux.
Thione Seck qui voit des ennemis partout va saisir la justice pour se plaindre du journaliste Mamadou Mohamed Ndiaye et du journal Libération. Ce, suite au traitement pourtant professionnel que nos confrères ont fait de l’affaire de l’inculpation de Wally Seck. Pour Thione Seck, « il y a eu de graves accusations et interprétations tendancieuses ». Pour la cellule de communication du Raam Daan, cela est une manière « insidieuse d’enfoncer un peu plus le mis en cause, mais surtout de dénigrer et de calomnier sans retenue toute la famille de Thione Seck ».
Et le journaliste dans cette mainmise du patron si présent dans la marche de son organe de presse au point d’en dévoyer la ligne éditoriale ? Evidemment, son devoir est de faire preuve de fermeté et d’affirmer sa conviction que le média a une ligne de conduite qui n’est pas que le journaliste soit enrôlé dans des combats physiques (eh oui, ça peut arriver), intellectuels ; mais presque jamais professionnels. Ce sont les batailles aux objectifs professionnels qui méritent que le journaliste s’engage non pas par procuration, mais pour défendre une certaine idée de sa profession.
Jean Meïssa DIOP

PARTAGER
Article précédentEmmaleigh, 10 mois, violée à mort par l’ami de sa mère
Article suivantVIDEO. Sarkozy veut deux référendum sur le regroupement familial et les fichés S
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire