Société: Pour sa génuflexion devant Serigne Modou Kara, l’agent Pape Boubou Diallo renvoyé de la police

Les images avaient choqué le pays tout entier et la hiérarchie policière, qui n’avait pas tardé à réagir, avait promis de sanctionner l’agent qui avait déshonoré le corps. Deux mois après l’affaire de sa génuflexion devant Serigne Modou Kara alors qu’il était en tenue, la sanction est tombée pour le policier Pape Boubou Diallo. Il a simplement été radié des effectifs de la police.

Pape Boubou Diallo n’est plus policier. Il a été radié des effectifs de la police suite à sa génuflexion faite devant Serigne Modou Kara, alors même qu’il était en tenue et en mission au palais de Djily Mbaye à Louga. Ces images qui avaient été prises par les services de communication du guide religieux avaient choqué plus d’un sénégalais. Et la hiérarchie policière, qui s’était sentie déshonorée, avait décider d’agir. Alors que le ministère de l’Intérieur promettait de faire une enquête, le commissaire police de Louga, Lamarana Diallo qui est le supérieur direct du policier, avait pris les devants, en lui infligeant 10 jours de taule, à titre conservatoire.

Au préalable, dans le rapport qu’il avait fourni à son chef pour répondre aux interpellations sur son geste, Pape Boubou Diallo avait fait savoir qu’il ne regrettait pas son geste.”Si c’est à refaire, je le referai. Le général est mon guide“, aurait-il déclaré dans ce rapport. Courroucée par cette réponse, la hiérarchie n’a pas attendue la décision du conseil de discipline qui devait se réunir à la suite de l’enquête interne. Elle a, dès la fin de la détention disciplinaire de 10 jours, envoyé l’agent Pape Boubou Diallo à Matam. C’est du nord du Sénégal que sa radiation des effectifs de la police lui a été notifiée.

A rappeler juste que cette affaire de génuflexion est antérieure à la découverte des camps de détention de Serigne Modou Kara. Et depuis cette affaire, si le gouvernement s’est montré faible à l’encontre de ce guide accusé d’avoir créé et organisé ces sinistres endroits où des gens sont séquestrés et torturés jusqu’à ce que mort s’ensuive, les corps dé sécurité comme de défense, eux, sont sur le garde. Et n’acceptent pas que des gens du corps confondent leur vie privée à celle qu service du public.

Laisser un commentaire