Kalidou Diallo : « La nouvelle date de reprise ne devrait pas dépasser trois semaines »

Historien, syndicaliste et ancien ministre de l’Education nationale sous Wade, Kalidou Diallo pense que des enseignants testés positifs or de l’école ne devrait pas être un motif de suspension de la reprise des cours sur l’étendu du territoire national. Il invite l’Etat à continuer le convoyage des enseignants et espère que le retour en classe aura lieu d’ici trois semaines, maximum.
Comment expliquer que la reprise des cours puisse être annulée la veille à 23h ?
C’est aux ministres concernés que cette question doit être posée car c’est leur communiqué  qui l’a annoncé. Je présume, cependant que le Chef de l’État a dû disposer des informations alarmantes de dernière minute. Je prie pour un prompt rétablissement de mes collègues enseignants diagnostiqués positifs et de tout nos concitoyens actuellement en traitement. Cette raison invoquée rassure beaucoup de Sénégalais qui étaient sceptiques pour cette volonté de reprise au moment où le nombre de cas positifs semble augmenter. Je trouve que les enseignants testés positifs hors de l’école et au niveau local ne devraient pas empêcher la reprise au niveau national. Monsieur le Président de la République doit détenir naturellement des informations que nous n’avons pas.
Comment est-ce qu’il fallait procéder pour éviter ce qui s’est passé?
Enseignants  et élèves devaient être convoyés deux semaines avant la reprise; le temps de surveillance nécessaire et, s’il y a lieu, faire  des examens virologiques pour ceux parmi eux présentant des signes cliniques.
Ce temps pouvait permettre aussi la préparation des équipes pédagogiques et des conditions matérielles, morales et psychologiques de la reprise, sans stigmatisation.
Pensez-vous que l’année est menacée ?
Si menacée veut dire année blanche ou année invalide, je réponds tout de suite non comme d’ailleurs le ministère de l’Education nationale Mamadou Talla l’a souvent dit. Deux trimestres pour le primaire et le premier semestre pour le moyen-secondaire ont presque été validés. Pour le reste des programmes, pour pouvoir respecter le protocole sanitaire, au regard des effectifs pléthoriques et du nombre de salles disponibles, il faut absolument appliquer cette stratégie consistant à commencer par les classes d’examen en mobilisant tous les enseignants.
J’espère bien que la nouvelle date de reprise ne devrait pas dépasser deux à trois semaines. Ce temps pourrait permettre le parachèvement dans tous les établissements des désinfections et de la mis en place de tout le matériel nécessaire à l’application complète des gestes barrières dans les écoles publiques et privées sans exception.
Qu’est ce qui vous fait dire que le ministre de l’Education manque de vigilance ?
Peut être que je me suis mal exprimé, mais j’ai eu le sentiment que le ministre a été trop optimiste dans son engagement, en répétant à plusieurs reprises que : « s’il y a un seul élément du protocole qui manque dans un établissement, il faut fermer ».
Le Chef de l’État a dû fonder aussi sa décision de reporter en partant des renseignements, des  réactions publiques du privé catholique (déclaration de l’office diocésain de l’enseignement catholique de Dakar) et du privé laïc mais aussi et surtout des rapports des gouverneurs sur l’état exact des lieux.
Que faut-il faire concrètement et actuellement pour sauver l’année?
Il faut :
-bien sûr poursuivre le programme de continuité pédagogique, le dispositif « Apprendre à la maison » à travers les ressources numériques, canal Éducation, les initiatives des autres chaînes de télévisions et toutes les autres activités prévues dans les zones non électrifiées.
– reprendre le transport du reste des enseignants et élèves, sinon les autres vont revenir si on ouvre le transport interurbain ou s’ennuyer sur place avec des attitudes imprévisibles. Ce qui permettra d’appliquer ce que j’avais proposé dans les réponses précédentes sur la période d’attente de 14 jours des enseignants et élèves venus d’ailleurs surtout des régions où sévit fortement la pandémie.
Dans le privé, il se pose un problème de paiement des mois d’avril et de mai. En tant qu’ancien ministre, pensez-vous que les parents d’élèves doivent payer, comment régler ce litige ?
Les trois ministres concernés, enseignement supérieur recherche et innovation, éducation nationale et formation professionnelle avaient tous répondu à la question en insistant sur la nécessaire concertation entre parents d’élèves/d’étudiants et les déclarants responsables, sur l’existence d’une enveloppe affectée par la Force Covid, le paiement des arriérés de l’Etat et la mise à disposition de la subvention annuelle destinée aux établissements privés de l’enseignement.
Je m’en tiens à cette réponse tout en constatant que la situation des salariés des écoles privées est intenable et que l’État reste certainement attentif à la situation du plus d’un million cinq cent mille élèves et étudiants et des milliers d’enseignants de l’enseignement privé.

Laisser un commentaire