Culture: L’interrogatoire des morts continue de préoccuper les familles endeuillées en Casamance

Culture: L'interrogatoire des morts continue d

Texte alternatif de la bannière

Peu à peu abandonné par les nouvelles générations, l’interrogatoire des personnes décédées pour connaitre l’origine de leur mort continue d’être pratiqué en Casamance, au sud du Sénégal. Et cette cérémonie, qui fait rassembler, sur la place publique, parents et voisins, est un moment de communion extraordinaire. Mais, aussi, de doute; puisque débouchant souvent sur des drames incommensurables. Souvent, le mort finit par désigner quelqu’un dans la foule comme le responsable de sa mort. Et c’est la porte ouverte à toutes les dérives, tous les stigmates.

Considéré comme une pratique antérieure aux religions révélées, le Kajeen -chez les Mankagnes- Outhios -chez les Mandjaks-, Emag -en pays diola-, l’interrogatoire des morts dans ces sociétés traditionnelles est une pratique qui, malgré les incéssants assauts des religions, a la peau dure. Chez les Mankagnes, aucun cadavre n’echappe à la cérémonie de Kajeen, surtout lorsque la mort parait tragique et suspecte. Porté par un groupe d’hommes, le cadavre est toujours mis sur un brancard est promené dans le village. « C’est le cadavre qui promène les porteurs. Lorsque la personne responsable de sa mort est dans le public, il vient le cogner vigoureusement. Sinon il conduit les porteurs cogner la case de cet individu », a rappelé Désiré Kouassy, un métis Mankagne.

De plus en plus délaissée par les jeunes générations formatés au christianisme et à l’islam, « cette pratique cultuelle païenne n’est pas une science exacte« , si l’on se fie à la conviction de Donatien Kanfany. Cet homme qui a grandi à l’ombre de grands animistes ne croit pas du tout que les morts puissent influer sur la vie des vivants; même si, à deux reprises, il a assisté, malgré, lui à cette cérémonie de Kajeen, lors des décés de son grand frère, Marc Kanfany, et de son fils, le caporal Yves-Raymond Kanfany.

« C’est quelque chose de très normale. Si on voit que le décès est suspect, les sages qui ont interrogé le mort donnent des indications claires à l’assistance. Par cet événement, le mort remercie les vivants et leur donne des conseils de vie. Par exemple, il arrive que le mort demande à ce qu’on dise à untel d’arrêter de boire en public ou de fréquenter tel ou tel personne. » A soutenu Patrick Kabou, chercheur en droit canonique et international public. Si c’est un adulte qui est décédé, il reviendra à son fils ainé de prendre la relève et de s’occuper de la famille.

Pendant cette période, il ne mangera que des aliments servis dans une calebesse et avant de manger ou de boire, il doit verser une partie de sa nourriture par terre, pour en donner au mort qui va veiller sur lui. En milieu mankagne, les morts ne sont pas enterrés pauvres. Ils partent avec pleins de cadeaux déposés par les vivants pour egayer leur existence dans les ténèbres.

Chambre salon pour les défunt Baïnounck

Chez les Baïnounck, la conversion à l’islam n’a pas reussi à faire oublier toutes les croyances et pratiques du passé. Trés conservateurs, les Baïnouncks -appelés Soninkés en Casamance- continuent de rendre hommage à leurs morts, au cours de cérémonies qui peuvent, parfois, durer 3 jours. Le rituel consiste en partie à exposer le corps du défunt sur un brancard de fortune –bintingho– et couvert de plusieurs pagnes tissés ou teints –Seurou Rabaal ou Thioub-. Une fois enveloppé, le corps est exposé devant le public, collé au mur de son domicile de sorte que personne ne puisse passer derriere lui. « Tout le monde passe devant le cadavre. » A précisé Pape Kabo.

Au cours de cette cérémonie, le corps du défunt est exposé à l’aitr libre, sans possibilité de conservation dans une chambre froide. Et pendant ce temps, des chants sont chantés en son honneur, selon qu’il était courageux et vertueux. « Ce rituel-là malheureusement tend à disparaitre. Parce que le dernier événement auquel j’ai participé remonte à 1974« , se rememore Pape Kabo, fils de l’ancien Porte-parole de la communauté des Baïnounck. Enterré dans des caveaux, la tombe chez les Baïnounck, est creusé profondément dans le sol.

« Ils font un trou de 1,50 m de profondeur, ensuite, une forme de tunnel horizontal est creusé pour servir de lit. Le trou sert de salon avant l’entrée de la chambre à coucher. » A témoigné Pape Kabo, un cadre sénégalais établi en France. Après avoir installé le mort dans son lit, les vivants remplissent le salon du caveau d’objets et de produits de toutes sortes: tout ce dont le mort pouvait avoir besoin au cours de son passage terrestre. En pays Baïnoucks, en plus de ces biens matériels, les Kabo sont enterrées avec des os de lions et des épis de riz.

Chez les Djola on voit venir sa mort et on prépare son deuil

C’est souvent réalisé pour des vieux en pays Diola, la cérémonie d’Emag ou d’Emaguedj (au pluriel), est uniquement reservée aux personnes qui ont atteint l’age de 80 ans. En pays Diola, la mort d’un Ambathie -un jeune non encore circonscis- est un drame incommensurable. La société Diola a toujours du mal à se relever de ce genre de tragédie. Lorsqu’un jeune garçon décéde brutalement, en pays Diola, les parents ont souvent des comptes à rendre à la société. Parce-que dans cette société traditionnelle, ce sont les enfants qui enterrent les pères. Le contraire est une anomalie.

En pays Diola, la tradition veut que le futur mort voit la fin de son passage terrestre. Pour cela, il prépare lui-même la cérémonie de son deuil. A en croire Mamadou Sané, « C’est pourquoi en pays Diola ce genre de personne préfère quitter ce bas monde le matin, vers 10 heures. De cette facon, les populations ont le temps d’organiser convenablement la cérémonie, en conviant tout le monde. Et devant l’assistance, on lui demande la cause de sa mort. Et sur son brancard, le mort montre des signes qui permettent de comprendre les raisons de sa disparition. »

Mort, le cadavre Diola est enterré, vétu tout simplement d’un pagne noir tissé dans la laine, Seurou Rabbal. Il n’emporte rien dans sa tombe ni ne laisse de dette derrière lui. Et de son vivant, il se charge, personnellement, de toutes les modalités et dépenses afférantes à sa cérémonie de deuil. Ensuite, le corps du disparu est enterré dans une tombe en forme de cercle. Aussitot, interdiction est faite de dessiner, de photographier ou de représenter physiquement le disparu par quelque procédé que ce soit. C’est pourquoi, chez les conservateurs Diola on ne donne jamais le nom d’un grand père décédé à un nouveau né.

Laisser un commentaire