AIBD: « Le sabotage de l’Asecna est inacceptable pour le Sénégal, et nous devons sanctionner »

L’affaire du break-out observé au niveau de l’aéroport international Blaise Diagne, de Diass, continue de susciter des polémiques. Après le Premier ministre qui, au cours de la semaine dernière, a haussé le ton, c’est au tour de Babacar Touré, le directeur de publications de kewoulo.info, de se prononcer sur le sujet.

Pour le journaliste, la grève des aiguilleurs du ciel, déclenchée dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 décembre, a engendré d’énormes pertes pour le pays. Comme elle a causé d’énormes entorses à l’image du Sénégal. Pour lui, cette attitude assimilée à un sabotage ne doit pas rester impunie. Babacar Touré  est, en guise d’interview de fin d’année, sorti de sa réserve.

Face à la rédaction de Kewoulo.info, il a déclaré que l’aéroport de Diass doit être considéré comme « un instrument de fierté pour tous les Sénégalais. » Pour le Directeur de Publications de Kewoulo, « son fonctionnement a considérablement changé la vie des Sénégalais. » Même si le démarrage des activités aéroportuaires, fêté en grandes pompes, a suscité beaucoup de questions auxquelles les Sénégalais n’ont toujours pas encore obtenu de réponses convaincantes.

Contrairement à la grande vague migratoire observée vers l’aéroport de Diass où les prix des terrains ont commencé à flamber, Babacar Touré pense que la cohabitation avec une zone aéroportuaire peut avoir de fâcheuses conséquences: nuisance sonore, accident d’avion etc. Aussi, il a rappelé que « les autorités ont déplacé des villages entiers sur le site actuel pour permettre l’érection de cet aéroport à Diass. » A en croire Babacar Touré, « ce sont de nombreux villages qui ont été déplacés, avec leurs cimetières, pour laisser place aux vivants. Et de cela, chaque personne de notre génération et de celles qui viendront après doivent s’en souvenir. »

Pour lui, le dossier des aiguilleurs qui étaient en grève dans la nuit du 15 décembre 2017, devait être géré comme un acte de sabotage. Et les auteurs de cet acte devaient en répondre devant la loi. « Si Macky Sall s’était abaissé à leur niveau de gangstérisme, il devait tous les arrêter. Parce que c’est un acte de sabotage. » Faisant l’historique des couacs notés dans la collaboration avec l’Asecna, Babacar Touré a déclaré que « en 2007, dans de pareilles circonstances, le président Abdoulaye Wade avait eu le courage d’arrêter toute collaboration avec l’Asecna; Et cela malgré le fait que son siège soit installé au Sénégal. »

Poursuivant son récit, babacar Touré a déclaré que « Abdoulaye Wade avait repris le contrôle du ciel sénégalais, en confiant sa gestion à l’armée et aux contrôleurs sénégalais. Cela nous a permis de nous rapproprier les aérodromes de Ziguinchor et de l’intérieur du pays. » Aussi, même s’il reconnaît qu’il y a de la précipitation -due à un calendrier républicain purement électoraliste- dans la livraison de cet aéroport, Babacar Touré pense que « aucune oeuvre humaine n’est parfaite. » Et il aimerait que « on laisse le temps au temps. » 

Laisser un commentaire