Bataille rangée entre amis à Keur Massar : Né avec un seul bras, Abdoulaye Fall se fait amputer le pied gauche

Poursuivis pour tentative de meurtre sur la personne d’Abdoulaye Fall, les accusés Abdou Khadre Mané, Saliou Boye, et Cheikh Tidiane Sow ont comparu ce mardi devant la chambre criminelle de Dakar. C’est au cours d’une effroyable bagarre avec les accusés qu’Abdoulaye Fall, né en 1989 avec un seul bras, s’en est sorti avec une incapacité temporaire de travail de 90 jours et une amputation de son pied gauche.

Devant la barre, les accusés ont tous nié les faits qui leur sont reprochés. Selon la victime Abdoulaye Fall, condamné à trois reprises pour des faits différents et, dont le corps a été complètement martyrisé la nuit du 20 juillet 2012, c’est après une altercation avec Junior Mané que les accusés Abdou Khadre Mané et Saliou Boye, armés jusqu’aux dents, l’ont invité à une bagarre à hauteur de l’école Mame Dior de Keur Massar.

«Dans la matinée des faits, j’avais eu une première altercation avec le neveu d’Abdou Khadre Mané, Junior Mané au cours de laquelle, je lui ai infligé des blessures au niveau du visage et du ventre avec une lame de rasoir. Mais pour se venger de moi, Junior Mané, Abdou Khadre Mané et Saliou Boye ont attendu que je sorte la nuit pour me rendre à la boutique.

C’est sur ces entrefaites qu’ils m’ont invité à une bagarre au cours de laquelle, Abdou Khadre Mané m’a asséné deux coups de couteau au niveau du cou et des aisselles. Dès que je suis tombé, il  s’est assis sur mes pieds et Saliou Boye m’a donné deux coups au niveau de la cuisse, avant que Junior Mané ne continue à m’asséner de coups à l’aide d’une coupe- coupe sur mon pied gauche. C’est ce qui a entraîné l’amputation de mon pied gauche. Parce qu’il était complétement sectionné. Quant à Cheikh Tidiane Sow, il était lui aussi assis sur mes pieds. Mais, il n’a pas donné de coups», déclare la victime qui a failli passer l’arme gauche. Parce qu’après son évacuation la nuit des faits à l’Hôpital Principal de Dakar, l’homme de l’art a relevé de graves blessures sur sa tête, ses cuisses et son tendon d’Achille.

Des accusations réfutées par les mis en cause qui ont passé cinq ans derrière les barreaux pour tentative de meurtre. Selon Abdou Khadre Mané, âgé de 34 ans et qui a soutenu à l’enquête préliminaire avoir réagi sous le coup de la colère, il est tombé fortuitement sur la bagarre.

Il est intervenu, souligne-t-il, pour arracher le couteau que détenait la victime. « Parce que mon neveu Junior Mané comme la victime étaient tous armés. Ils se sont tous donné des coups. Et, au moment de mon intervention pour séparer les deux antagonistes, Saliou Boye et Cheikh Tidiane Sow n’étaient même pas au courant de l’histoire. Parce qu’ils étaient près de la boutique. C’est après qu’ils sont venus», a- t-il indiqué sans convaincre.

Des déclarations battues en brèche, par Saliou Boye, âgé de 27ans ,qui s’est lavé, lui aussi à grande eau, avant de préciser que la bagarre opposait Junior Mané, Abdou Khadre Mané et la victime. « Je m’étais rendu sur les lieux pour acheter du café. C’est ainsi que j’ai entendu les cris de détresse de la victime. Mais, lorsque je suis intervenu, Abdou Khadre Mané m’a intimé l’ordre de ne pas m’en mêler. Et comme, ils étaient tous armés, j’ai eu peur d’être blessé. Mais, je n’ai en aucun moment porté un coup sur la victime », s’est-il défendu.

Lui emboitant le pas, Cheikh Tidiane Sow soutient qu’il a juste aidé la victime à relever son pantalon. Parce que, dit-il, ce dernier était ivre au moment de la bagarre et ses parties intimes étaient dehors.

Le père de la victime, Ahmed Fall, président de l’association des maures du Sénégal, a par ailleurs souligné que la nuit des faits, il avait donné de l’argent à son fils pour qu’il aille acheter de quoi manger à la boutique. Parce qu’on était, précise-t-il, à la veille du premier du jour du mois de ramadan.

« 20 minutes après, j’ai trouvé le corps de mon fils dans état très critique. Il gisait dans son sang avec de graves blessures sur les différentes parties de son corps. N’eut été la promptitude des sapeurs-pompiers, il allait passer de vie à trépas. Ses agresseurs l’avaient abandonné sur les lieux. Et, je ne connais même pas le mobile de leur bagarre.

J’ai tout fait pour son réinsertion sociale, en le finançant à coût de 5 millions de francs Cfa pour un projet de poulailler. Je pense qu’il est temps qu’il se ressaisisse. Depuis son tendre enfance, il n’a jamais manqué de rien, malgré son handicap », a-t-il indiqué.

L’avocat de la partie civile a réclamé 500 millions de Francs Cfa à titre de dommages et intérêts, après avoir demandé au juge de déclarer les accusés coupables du crime de tentative de meurtre.

Abondant dans le même sens, le parquetier qui a retenu la culpabilité des accusés, a sollicité la requalification des faits en coups et blessures volontaires, avec préméditation pour Abdourahmane Mané et Saliou Boye. C’est ainsi, qu’il a requis respectivement pour les deux accusés, 20 ans et 15 ans de travaux forcés.

Et pour Cheikh Tidiane Bâ, le maître des poursuites a sollicité deux ans d’emprisonnement ferme contre lui, pour non-assistance à une personne en danger.

Prenant son contre-pied, les conseils de Saliou Boye et Cheikh Tidiane Ba ont tous plaidé l’acquittement au bénéfice du doute.

Quant à l’avocat d’Abdou Khadre Mané qui a jugé le réquisitoire du parquet trop sévère, il a demandé une application bienveillante de la loi pour son client.

L’affaire est mise en délibéré au 16 janvier prochain.

Avec Leral

Laisser un commentaire