Société: 17 ans après, le bateau le Joola continue de cacher ses secrets militaires

Société: 17 ans après, le bateau le Joola

26 Septembre 2002. 26 Septembre 2019. Voila 17 ans que sombrait le bateau Joola au large des côtes gambiennes, emportant, avec lui, plus de 2000 âmes et des secrets jamais percés. Considéré comme le plus grave naufrage maritime au monde -le Titanic avait fait entre 1490 et 1520 victimes-, le drame du Joola continue de hanter le sommeil des Sénégalais.

Premier responsable de ce drame, Me Abdoulaye Wade, alors président de la République du Sénégal, qui avait placé ce bateau civil sous la responsabilité des militaires, n’a jamais rendu de compte aux Sénégalais. L’enquête ouverte par la gendarmerie, et conduite par le colonel Abdoulaye Aziz Ndaw, a été accablante pour l’armée. Mais, pour le prestige de ce corps de souveraineté dont il avait besoin et parce que son chef, le général Babacar Gaye, était son neveu, Abdoulaye Wade a jeté les conclusions des enquêteurs aux oubliettes. Et envoyé l’enquêteur en chef au purgatoire.

Des conclusions de cette terrifiante enquête, on a appris que, informé du naufrage de ce bateau dans la nuit, le général Babacar Gaye, chef d’Etat-major des armées, s’est envolé, le matin, vers Saint Louis pour procéder à une revue des troupes. Et installer tranquillement le nouveau commandant de Zone militaires alors que des vies pouvaient encore être sauvées si les moyens avaient été mis à disposition. Aussi, de cette enquête, on a appris que les militaires sénégalais avaient interdit aux forces françaises, basés à Dakar, de s’approcher des lieux du drame, empêchant toute assistance aux naufragés.

Et le seul avion sénégalais, capable de transporter des troupes vers le site du drame, était mobilisé pour le confort du général Babacar Gaye. A en croire de nombreux témoignages, en plus du matériel militaire et de la surcharge de passagers, le bateau contenait des meubles appartenant à des militaires, des chargements de sucre et de plein de marchandises provenant de contrebandes de bois de valeur, coupés illégalement en Casamance, et transportés vers le nord pour y être vendus. Dans son livre sur la gendarmerie, le colonel Abdoulaye Aziz Ndaw a soutenu que même l’épouse du général Abdoulaye Fall, l’ancien haut commandant de la gendarmerie, disposait d’une scierie en Casamance.

Pire, Abdoulaye Wade s’est battu pour que les principaux responsables de ce drame ne soient jamais inquiétés; en commençant par Mame Madior Boye, Premier ministre, Youba Sambou, le ministre des Forces Armées. Alors que la justice sénégalaise avait décidé de classer sans suite cette procédure d’homicide involontaire au motif que le seul responsable de l’accident, le commandant Issa Diarra, avait péri dans son bateau, les ayants droits des victimes françaises avaient, eux, réussi à inquiéter les autorités sénégalaises pendant un temps. Et pour des raisons d’Etat, la France de Nicolas Sarkozy a, elle aussi, finit par jeter l’affaire, plongeant les héritiers dans un désert judiciaire extraordinaire.

De toute la chaîne de commandement de ce navire, seul Gomis Diédhiou, le chef du bureau de Ziguinchor, a été inquiété. En partance pour l’Allemagne, l’officiel sénégalais a commis l’erreur de faire escale à Paris. Interpellé par la justice française, il a été soumis à un long contrôle judiciaire en France avant de faire valoir ses droits à la pension de retraite. Pendant ce temps, les orphelins, qui avaient été reconnus pupilles de la nation, ont grandi sans l’assistance de la République, ballottés de famille d’accueil en famille d’accueil. Et les causes ayant conduit à ce drame ont continué à perdurer dans le quotidien sénégalais. La route comme la mer continuant de tuer de plus en plus de Sénégalais.

PARTAGER
Article précédentCrime en France : Idrissa Touré tue sa femme devant leurs enfants
Article suivant74e session de l’ONU : Macky Sall demande des échanges plus équilibrés et une fiscalité internationale réformée
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour Monsieur Toure,
    Concernant le joola, vous indiquez que le général GAYE a des liens de parenté avec le Président Wade. Cela est complètement faux. La famille GAYE est originaire du Walo et n’a aucun lien avec les Wade même par alliance. Il faut vous documenter et non se baser sur des rumeurs.

Répondre à Vérité Annuler la réponse.