Sénégal: Les charretiers, interdits de séjour à Dakar, investissent la voie de la politique et menacent

Sénégal: Les charretiers, interdits de séjour Dakar

Après avoir été les « gibiers » qui à la vue des gendarmes comme des policiers avaient cherché à fuir pour protéger calèches et animaux, les charretiers de Dakar, désormais sans leur outil de travail, ont décidé de faire face. En conclave, hier à l’arène Adrienne Senghor, ils ont demandé à être entendus par le palais de la République. Si leur souhait n’est pas réalisé, ils menacent d’organiser une farouche opposition à l’élection du président Macky Sall à la future présidentielle.

C’était le secteur de l’enseignement, puis le système sanitaire et maintenant ce sont les charretiers qui s’y sont mis dans la contestation et le chantage. Hier, ce n’est pas moins d’une centaine de charretiers qui a investit l’arène Adrienne Senghor, -Laamb Sérère- à Grand Yoff pour demander la remise immédiate de leurs charrettes confisquées par les forces de l’ordre sur un ordre venant d’en haut. A défaut de voir satisfaites leurs doléances, les conducteurs d’engins hippomobiles ont menacé de se faire entendre. Et de quelle manière? Ils vont rentrer chez eux, dans le Sine, bastion électoral de l’APR, et organiser une opération de sape du moral des potentiels électeurs du premier charretier du Sénégal: Macky Sall qui a pris comme emblème le cheval.

Porte-paroles du jour, Pape Diouf de Ouest-Foire comme Yann Demba Tine ont déclaré que « si le président croit pouvoir séduire un électorat opposé à la présence des charretiers dans la capitale sénégalaise, Macky Sall se trompe lourdement de cible. » Et prémonitoires, les porte-paroles ont prédit la défaite du président-candidat s’il ne les laisse pas tranquille, à continuer de faire leur travail. Loin d’être des simplets, des simples anarchistes incapables de respecter l’ordre public, les charretiers ont fait savoir qu’ils sont capables de raisonner. En guise de leur bonne foi, ils se sont dit disposés à rencontrer les autorités, à discuter avec elles des conditions de poursuite de leur métier. Mais, au préalable, ils ont exigé qu’on leur restitue leurs charrettes afin qu’ils continuent à travailler.

« Avec son outil de travail, le charretier gagne entre 20 et 25 mille Francs CFA par jour« , ont déclaré les conférenciers. Et face à cette nouvelle situation de chômage, la plupart des charretiers ont été obligés de se transformer en manoeuvres maçon pour ne gagner que 2000 FCFA, par jour. Si cet argent doit servir à nourrir l’homme et son animal, nombreux ont été ceux qui ont fait le choix de leur propre survie au détriment de celle de ce noble animal qui avait, pourtant, et pendant très longtemps nourri la famille. Conséquence directe de la précarité des charretiers, « 6 chevaux sont morts depuis le déclenchement de cette opération de rafle générale. » Et rien ne présage la fin de l’hécatombe.

Pour rappel, c’est le passage en force d’une charrette devant le cortège stoppé net du président Macky Sall -au rond point de Yoff- qui a courroucé les autorités et précipité cette rafle générale. « On ne peut pas laisser ces délinquants attenter à la sécurité du président. D’ailleurs, il est avéré que ces charretiers sont à l’origine de plusieurs cas de vols perpétrés dans des domiciles« , avait déclaré le capitaine Arona Sarr, commandant de la compagnie de gendarmerie de Dakar, premier responsable de la sécurité présidentielle dans la capitale sénégalaise.

Se portant en faux contre cet amalgame savamment entretenu par les forces de l’ordre et qui consiste à les faire passer pour des délinquants notoires, des voleurs sans code d’honneur, les charretiers ont déclaré que « ce n’est pas parce que des voleurs auraient sévit à bord de voiture 4X4 qu’on doivent saisir ces voitures et leur interdire la circulation à Dakar. » D’ailleurs, à l’endroit des autorités, les charretiers ont fait savoir que des étudiants, pendant leurs heures creuses, s’adonnent à ce métier. Et parviennent, grâce aux charrettes, à vivre et continuer à faire face aux frais de leurs scolarités.

 

Laisser un commentaire