Casamance: Les populations de Niaguiss se rebellent contre le projet de lotissement du gouverneur de Ziguinchor et préviennent l’Etat

Le feu couve à nouveau en Casamance. Après le fameux lotissement de Ziguinchor, dans les années 70 avec le maire Mamadou Abdoulaye SY, urbanisation qui a servi de mil pour faire démarrer le moulin propagandiste du MDFC, c’est le morcellement forcé entrepris par la commune de Niaguiss, en partenariat avec une agence immobilière de Ziguinchor, qui est en train de ranimer les vieux démons de la contestation.

Depuis plusieurs jours maintenant, une grosse campagne de sensibilisation est organisée dans les villages de Baraff, Kantène, Niaguiss etc. pour faire face au projet de morcellement entrepris par la mairie de Niaguiss. Et, dans ces villages trop longtemps traumatisés et toujours balafrés par les affres de la rébellion, les populations se sont dits « prêtes à tout » pour ne pas laisser passer « ce projet de spoliation » des propriétaires terriens. Et pour faire face à ces promoteurs véreux, on assiste à un rappel général des troupes dans les rangs des autochtones dans la région de Ziguinchor. En effet, depuis plusieurs jours déjà, les canaux du dialogue sont coupés entre les habitants de l’arrondissement de Niaguiss et les autorités municipales de cette commune comme du chef local de l’exécutif.

Et le gouverneur de région, M. Guedj Diouf, dont l’arbitrage était attendu semble ne plus être l’interlocuteur tout indiqué pour apaiser la tension en Casamance. A l’origine de cette montée d’adrénaline se trouve le projet de morcellement des terres appartenant à des villageois. A en croire M. Wandifa Cissé, le premier adjoint au maire de Niaguiss, « c’est à la demande expresse des populations que la mairie a entrepris le projet de lotissement de Niaguiss. Et ce qui a été fait. » Et alors que se seraient « les populations » qui en seraient demandeuses, ces mêmes habitants sont, aujourd’hui, mécontents de la manière dont leurs terres doivent être distribuées après le passage des tractopelles de la Société, « les Toits du Sud« , maître d’oeuvre de ce lotissement.

Des populations spoliées par la mairie de Niaguiss en complicité avec « Les Toits du Sud »

Selon les témoignages de Henry Ndécky, propriétaire terrien, « les populations s’étaient organisés pour faire le lotissement du village de Baraf. Nous nous sommes organisés et avions fait venir un topographe qui a démarré le travail. Et, on s’est rendu compte que les coups des travaux sont chers. Quand Bouba Sow, le responsable domanial de la mairie de Niaguiss, a appris l’existence de projet, il est venu discuter avec notre chef de village. » Face au chef, le conseiller municipal a dit que « la mairie disposait d’un budget de deux milliards pour ce genre de projet. Et, il était convenu que la mairie devait prendre 40% et les 60% restant devant revenir aux populations après le passage des infrastructures publiques. »

Alors que le premier accord était clair et avait fait consensus, la mairie -qui s’est choisie la société « Les Toits du Sud » sans appels d’offres-, a décidé que désormais, après le passage des infrastructures, il ne resterait plus que 40% aux populations; le reste des terrains devant advenir à la mairie et à la société immobilière qui a procédé au lotissement. Mises face à « cette situation inacceptable », les populations se sont organisées, en essayant d’abord d’être légalistes. « On est allé chez le sous-préfet, puis chez le gouverneur de région. Ce dernier a donné des injonctions, en demandant à la mairie comme à la société les « Toits du Sud » de rendre des terres aux populations. Mais, personne n’a respecté ses injonctions », a déclaré Ndécky. Mais, alors même que les tensions sont au summum et que les ponts du dialogue sont coupés, la SCI a lancé une campagne de commercialisation de ces terres objet de contentieux.

« Sans attendre la fin du contentieux, « Les Toits du Sud » ont déjà commencé à vendre les terrains litigieux »

Interpellé par Kewoulo, Ernest Tendeng, le directeur Technico-commercial de la société les « Toits du Sud« , a déclaré que « c’est après le partage déjà validé que les populations sont revenues tout remettre en cause. Simplement, parce que cette situation n’arrange pas certaines personnes qui ont déjà vendu leurs parcelles à des clients. Et, avec ce partage, ils risquent de se retrouver sans terre. Ce sont ces personnes-là qui manipulent les populations ». Face à cette situation, le gouverneur de Ziguinchor a ordonné l’arrêt immédiat des travaux. Et a demandé à toutes les parties de s’abstenir de toucher à ces terres litigieuses. Alors que le dialogue est rompu entre les protagonistes et que des risques réels de troubles à l’ordre public existent, la société « Les Toits du Sud » a lancé sa commercialisation des terrains. Pour le promoteur du lotissement, « le débat est déjà clos puisque de l’autre côté, les propriétaires terriens ont déjà commencé à vendre des parcelles » sur ces terrains contentieux.

A en croire les propriétaires des terrains, « c’est le gouverneur lui-même qui jouerait un double jeu. » En public, il a demandé à tous de s’arrêter. Mais, en coulisses, il aurait délivré un blanc-seing au promoteur qui a commencé à vendre ces terrains « pour, à en croire Ernest Tendeng, entrer dans (leurs) fonds« . Justifiant leur acte, le directeur technico-commercial a fait savoir « que personne, en dehors de nous, n’a mis son argent dans ce projet. C’est nous qui avons tout supporté. Et c’est normal qu’on vende puisque les populations font autant alors que ces terres dépendent du domaine national. » Du côté des autochtones, si, pour le moment, les propriétaires spoliés essaient de rester calmes et républicains, « c’est pour donner l’opportunité aux autorités de se pencher sur le sujet. »

Et ramener la mairie et le promoteur à revoir leurs positions. « Mais, nous sommes prêts à laisser nos vies dans cette affaire. Nous n’allons pas accepter cette injustice. » Ont averti les camarades de Idrissa Sané, l’autre leader charismatique de la contestation. Depuis Paris où il réside, Mamadou Nkrumah Sané, le Secrétaire général du MFDC, qui suit cette affaire de prés, a rappelé à Kewoulo que « c’est le même procédé mafieux, fait par l’ancien maire de Ziguinchor, Mamadou Abdoulaye SY, qui avait servi d’élément déclencheur de la situation de désamour entre les populations les autorités sénégalaises. » Et, une fois encore, l’histoire bégaie.

1 COMMENTAIRE

  1. Comment un promoteur peut avoir la légalité de vendre des terrains, c’est trop facile comme boulot. Les natifs de niaguis ne peuvent même pas s’acheter un lopin de terre vu la cherté des lots! Respectons les autochtones

Laisser un commentaire