Casamance: le chef rebelle Sadio évoque les négociations avec l’Etat sénégalais

Casamance

0

Au Sénégal, précisément en Casamance, le chef du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC), Salif Sadio, s’est exprimé pour la première fois depuis la chute de Yahya Jammeh. Les deux hommes avaient la réputation d’être proches. La situation dans la région est loin d’être réglée. Macky Sall a salué récemment le calme qui règne en Casamance depuis son élection. Tout le monde espère, bien évidemment, des négociations, des discussions, mais les avis divergent sur la manière de les mener.

La parole de Salif Sadio est rare. L’entretien a été mené la semaine passée, dans le maquis, par notre confrère de Zig FM, Ibrahima Gassama. Le chef du front Nord du Mouvement des forces démocratiques de Casamance indique que le dialogue avec l’Etat est lent mais qu’il est toujours en cours. Son problème : le canal établi avec la communauté Sant’Egidio du Vatican est difficile depuis la chute du président gambien Yahya Jammeh.

« Jammeh nous a donné la facilité de passer par la Gambie pour aller donc à ces négociations à Rome. […] Avec les nouvelles autorités, nous, on n’a pas encore le contact. Mais la communauté de Sant’Egidio, elle, est en train de se tracasser », affirme Salif Sadio, au micro de Zig FM.

La communauté Sant’Egidio poursuit donc son travail de médiation directement avec Salif Sadio.

Au sein du Groupe de réflexion pour la paix en Casamance, un groupe de facilitateurs dirigé par Robert Sagna, critiqué par certains leaders du MFDC, l’idéal serait, au contraire, de travailler avec les quatre factions du mouvement.

« Nous divergeons un peu avec Sant’Egidio parce qu’il est inimaginable que le gouvernement puisse discuter avec chacune des factions. Ca n’a pas de sens. C’est pour ça que nous saluons aujourd’hui les efforts qui sont faits au sein du MFCD pour une réunification du mouvement », a exposé Robert Sagna.

Interrogé sur une possible réunification des quatre factions du MFDC, Salif Sadio a, en revanche, indiqué : « Il n’y a jamais eu de rapprochement des chefs rebelles ».

Avec Rfi.fr

Laisser un commentaire