Listes de Benno: Mimi, réduite en minette, perd encore un autre combat

Listes de Benno...

0
30

Mimi Touré est délestée du lest des investitures. Les militants de l’ancien premier ministre de Macky Sall, remuent leur dégoût et distillent déjà des menaces…

Mimi reste mimi. Ce mimi de fer qui a été tigré puis moucheté, vient d’être rayé des têtes de listes de l’Alliance pour la république pour les élections législatives prochaines. Mimi Touré, cette ministre de la justice qui avait secoué le monde politique par son caractère et sa rigueur a vu ses ardeurs tous brisés.

Elle qui misait sur la confiance que Macky Sall devrait lui porter pour faire d’elle tête de liste nationale, a, selon le quotidien Libération, renié toute autre proposition: comme une bonne position dans les listes nationales ou tête de liste départementale à l’intérieur du pays. L’ex-premier ministre crache sur tout cela. « Elle aurait même boudé », selon toujours nos confrères du journal Libération.

Cette affirmation est confortée par le quotidien et rapportée par le site Seneweb : « La dame n’a pas accepté la proposition qui lui était faite de figurer en (bonne) position sur la liste nationale, ou même, d’être tête de liste départementale à l’intérieur du pays. Pour elle, c’était tête de liste nationale ou rien ! Elle a ainsi présenté le marché à Macky Sall, et la conséquence n’a pas tardé : Mimi Touré ne figure pas sur la liste des investitures de Benno bokk yaakaar. » Et c’est clair.

Ce sort de mimi suscite une question : que vaut-elle réellement dans l’échiquier politique nationale? Aminata Touré n’a toujours réussi à imposer son leadership dans les bases politiques où elle a postulé pour exister en bonne reine politique de la trempe de Aïda Mbodji à Bambey ou Aminata Tall Sall à Podor.

A Grand Yoff, la chère minette a été sévèrement lapée jusqu’au fond de l’écuelle- politiquement bien sûr- par ses adversaires locaux à l’instar de Khalifa Sall, actuelle maire de Dakar dont la domination politique dans cette fief est sans équivoque. C’était lors des élections des collectivités locales. Quand elle accélérait la cadence au ministère de la justice.

Aminata Touré a aussi essayé de semer et cultiver son existence politique dans le Saloum. Particulièrement à Kaolack. Là, elle retrouvera ses farouches « rivales » militantes du même parti. Les stigmates de leurs échanges houleux, par presse interposée, constituent encore une saillie entre elle et l’Edile de la ville, Mariama Sarr. On l’accusait même de vouloir diviser pour mieux régner.

Ce délestage du lest des investitures pour les législatives fâchent ses militants. D’aucuns cogitent même sur l’avenir de leur leader qu’ils considèrent encore comme une dame de fer, dans la prairie maron. En tout cas, elle vient de manquer un autre objectif. Que lui réserve l’avenir ? Ses actions durant les législatives et ses prochaines ambitions pour les joutes présidentielles de 2019 édifieront les observateurs. En attendant, c’est Boune Abdallah Dionne qui devra dérouler…

 

 

Laisser un commentaire