Affaire Adama Traoré : la justice française annule l’expertise médicale qui absout les gendarmes

L’expertise médicale rendue en mai dernier écartait la responsabilité des gendarmes dans la mort d’Adama Traoré lors de son interpellation.

La justice a annulé, mardi 1er décembre, l’expertise médicale du 25 mai 2020 qui disculpait les gendarmes dans l’affaire Adama Traoré, selon nos informations. C’est la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris qui a pris cette décision, suite à la requête en nullité déposée en juin dernier par Yassine Bouzrou, l’avocat de la famille Traoré, réputé pour être procédurier. L’expertise invalidée aujourd’hui considérait à l’époque que le jeune homme, décédé en juillet 2016, le jour de ses 24 ans, dans la cour de la gendarmerie de Beaumont-sur-Oise, ne serait pas mort d’une « asphyxie positionnelle » liée à ses conditions d’interpellation, mais « d’un œdème cardiogénique ». De leur côté, les avocats de la famille avaient mis en cause les médecins experts, leur reprochant d’avoir consulté un cardiologue non désigné par la justice.

Selon Yassine Bouzrou, l’annulation est fondée sur la violation d’une disposition du Code de Procédure pénale qui oblige les experts à mentionner le nom des médecins qui ont participé à l’expertise. « Nous pensions depuis le début que ces pseudo-experts avaient rendu une expertise de complaisance. Cette annulation confirme qu’il s’agissait bien d’une fausse expertise qui avait comme unique objectif d’exonérer les gendarmes. La dernière expertise médicale valide qui a été versée au dossier met clairement en cause le plaquage ventral pour expliquer le décès d’Adama Traoré », déclare-t-il à « l’Obs ».

Les juges d’instruction ont ordonné en juillet dernier de nouvelles investigations et demandé une nouvelle expertise à des médecins belges, qui est attendue pour janvier 2021.

Laisser un commentaire