« Un vieux communiste aux convictions errantes », (par Libasse Coly)

"Un vieux communiste

Texte alternatif de la bannière

Dans une contribution apparue le 4 mars 2019 sur plusieurs sites en ligne (dont xalimasn.com), Monsieur Ibrahima Sène du PIT Sénégal nous faisait part de ses quelques leçons de la présidentielle du 24 février 2019 au Sénégal.  

Le communiste Ibrahima Sène nous dit que son camp est composé de «Nationaux démocrates ». Ce sont effectivement les mêmes qui ont mis en place un filtre pour avoir un fichier électoral de 6 683 043 électeurs et 4 426 344 votants sur une population d’environ 16 209 125 habitants en 2019. Mais au final, seuls moins de 2 600 000 adultes (sur les  16 209 125 habitants en 2019) ont suffit à son camp pour se déclarer vainqueur.

De quelle démocratie ou de quelle citoyenneté nous parle t-il ? Celle qui prive un très grand nombre de citoyens d’exercer leur droit de vote (citoyenneté) ? Celle où de nombreux citoyens ont vu leur lieu de vote modifier à quelques heures du vote ?

Au Québec au Canada, selon le site du Directeur général des élections, nous avons eu 6 169 772 électeurs et 4 099 623 votants sur une population d’environ 8 390 49 habitants en 2018 (2 fois plus pour le Sénégal en 2019).  Une intense campagne publicitaire fût menée par les médias (mêmes publics) pour inciter les jeunes à aller voter. Au Sénégal, c`est une toute autre situation qui s`est produite au point même où au soir du 24 février 2019, il se murmurait déjà que la jeunesse a pris la vieille classe politique en train de voler les élections. En wolof, nous dirions « aye xalé gnio diappe aye mague di sathie élections yi ». Voilà la réalité !

Le communiste Ibrahima Sène nous dit également que son camp est composé de libéraux, de socialistes, de communistes, de nationalistes pan africanistes, et de mouvements alliés. Mais, il a oublié de mentionner que l’essentiel des ténors de son camp (dont lui) ont des convictions errantes. Avec un grand gâteau bien garni, c`est très facile de lier des convictions errantes.

Le communiste Ibrahima Sène ne nous dit pas que l’essentiel de la croissance dont il parle est exogène et part vers l’étranger. Pour nous du bas peuple, nous mesurons la croissance par le nombre de fruits, de légumes, de poissons, de viandes et de « gniamagniamas » qui auraient pu  enrichir les plats du jour. Mais aussi par la sante du système éducatif, celui sanitaire et le système hydraulique. Malheureusement, le régime tyrannique soutenu par le communiste Ibrahima Sène ne les garantie pas et utilise en quelque sorte la technique de Pavlov pour avoir le vote de la frange de la population dans l’extrême pauvreté. 

Le communiste Ibrahima Sène ne nous dit pas qu’une partie de la colonie du Sénégal a été donnée par Léopold Sédar Senghor à des pays frontaliers. N’est ce pas dans l’espoir d’avoir un bon voisinage ? Cela n’a pas vraiment marché mais nos voisins sont nos voisins. Nous sommes appelés à vivre en paix.  

Quant à la question de l’eau, le cadre de l’OMVS marche globalement bien. Bien sûr que nous allons « Vers un pacte de l`eau » (Maude Barlow, activiste canadienne). Néanmoins, la colonie du Sénégal est bien entourée d’eau.

Le communiste Ibrahima Sène, nous sommes d’accord qu’un système de parrainage consensuel est très largement mieux que l’activisme de lobbies (extérieurs) de l’argent. Il faut alors en toute sincérité et en toute transparence convenir des modalités de ce parrainage et non les imposer comme cela est déjà le cas à travers la majorité mécanique à l`Assemblée nationale.

Le communiste Ibrahima Sène est malhonnête et injuste lorsqu’il nous parle des votes qu’il qualifie ou non d’ethniques, de confrériques ou je ne sais quoi. Il n’assume pas. Il souffle le chaud et le froid, et caresse par moment à certains endroits du texte. 

Le communiste Ibrahima Sène ne nous dit pas que l’avènement de Macky SALL a coïncidé avec l’apparition au Sénégal de l’instrumentalisation de la propagande anti-terroriste pour soi-disant neutraliser des terroristes imaginaires (Imam Alioune Badara Ndao ou autre). Plus il y a du pétrole, du gaz et des ressources sur un sol, et plus la propagande anti-terroriste est importante. C`est alors l`occasion rêver pour recevoir des fonds de la lutte contre le terrorisme et jouer sur la peur.

Dans son long texte répétitif, le communiste Ibrahima Sène ne nous dit pas que le jeune candidat inquiète beaucoup le Roi de la colonie du Sénégal. L’inquiétude du Roi se manifeste dans le texte de Sène qui nous parle par ailleurs implicitement d’une laïcité (qui stigmatise une importante partie de nos populations).

Le communiste Ibrahima Sène refuse aussi de nous dire que le Roi choisit les institutions à mettre en place, puis sélectionne sans concours (ou sans dossier) les membres.

Le salafisme (terme péjoratif impérialiste et colonial) du communiste Ibrahima Sène est à mettre dans le cadre de l`instrumentalisation de la propagande anti-terroriste pour neutraliser des adversaires politiques (souvent des musulmans). Quant à son discours et celui de Moustapha Cissé Lo sur leurs rebelles à eux, il faudrait remontrer à l`époque du régime du Président Abdou Diouf (1982-2000). Bien des gens ont perdu la vie dans le Sud parce que, telle personne les a accusé de rebelles sur du néant, souvent pour régler des comptes. Des morts pour rien !

Ibrahima Sène et Moustapha Cissé Lô sont la réincarnation des bourreaux d’Abdou Diouf dans la région Sud. Vous assumerez toutes les conséquences.  

Libasse COLY

Bsc Mathématiques, Msc Statistique, Ancien Candidat au PhD en Statistique.

Montréal, Québec, Canada.

85 Commentaires

  1. Deux défaites successives à Ziguinchor : Est-ce le chant du cygne pour Robert Sagna ? http://www.rewmi.com/deux-defaites-successives-a-ziguinchor-est-ce-le-chant-du-cygne-pour-robert-sagna_a1728.html Législatives à Ziguinchor – Résultats provisoires : Ousmane Sonko, Abdoulaye Baldé et Ali Haidar défaits par BBY dans la région http://teranganews.sn/2017/07/legislatives-a-ziguinchor-resultats-provisoires-ousmane-sonko-abdoulaye-balde-ali-haidar-defaits-bby-region/ Référendum à Ziguinchor – L’UCS de Baldé conteste les résultats et crie victoire http://xalimasn.com/referendum-a-ziguinchor-lucs-de-balde-conteste-les-resultats-et-crie-victoire/

  2. Voici les résultats qui sont publiés par Le Soleil le 14 mars 1993 :

    – Electeurs inscrits : 2 549 699

    – Votants : 1 312 154 (5 1,46 % de participation)

    – Suffrages exprimés : 1 296 655

    – Abdou Diouf (PS) : 757 311 soit 58,40 %

    – Abdoulaye Wade (PDS) : 415 295 soit 32,08 %

    – Landing Savané (AJ/PADS) : 37 787 soit 2,91 %

    – Abdoulaye Bathily (LD/MPT) : 31 279 soit 2,41 %

    – Iba Der Thiam (CDP /Garab-Gui) : 20 840 soit 1,61 %

    – Madior Diouf (RND) : 12 635 soit 0,97 %

    – Mamadou Lô : 11 058 soit 0,85 %

    – Babacar Niang (PLP) : 10 450 soit 0,81 % SOURCE : https://www.memoireonline.com/11/07/691/m_alternance-politique-senegal-1980-200037.html

  3. Les contributions de Mohamed Dia (Présidentielle 2019 : Ces citoyens qui ont trahi le Sénégal… // Élections 2019 au Sénégal : vers un inévitable second tour) referment une très importe dose de manipulations et faussetés dans le but d`occulter une certaine réalité. Il fait une analyse orientée avec des chiffres qu`il occulte sciemment lorsqu`il parle de certaines localités. Dans son historique « chiffré- orienté » , il ne donne presque rien sur les chiffres obtenus par exemple dans les régions de Ziguinchor, Diourbel et Thiès par Abdoulaye Wade, Landing Savané, Idrissa Seck, Robert Sagna, Abdoulaye Baldé et Ousmane Sonko lors des élections législatives, des présidentielles et des référendums entre 1983 et 2019. C`est fait express car il en a besoin pour orienter son analyse ciblée contre des opposants et des localités bien choisis. Mohamed Dia, Consultant bancaire, conclut en disant : <<En 2019, Macky Sall domine le vote de la région du fleuve très largement et le vote de sa ville natale, Fatick, Ousmane Sonko domine le vote du Sud très largement, Idrissa Seck domine le vote mouride très largement. Nous assistons au vote confrérique, ethnique, et régional dans une même élection. C’est grave ! Il faut que cela change coûte que coûte <> . MOHAMED DIA NE DIT PAS TOUT. COMBIEN TEL CANDIDAT A GAGNÉ ? DANS QUELLE LOCALITÉ ET À QUELLE ÉLECTION ? ET QUEL TYPE DE VOTE AURAIT-IL OBTENU ? . Franchement, le régime aux abois a des analystes et des mercenaires de la plumes très dangereux. ILS CHERCHENT DES SEMBLABLES. C`EST TOUT. Se basent-ils sur les résultats contestés suivants : http://adakar.com/ELECTIONS/presidentielles/2019/resultats.html

  4. Histoire du Sénégal (WIKIPÉDIA) :
    Anciens Royaumes : Royaume du Walo (1287 – 1855), · Royaume du Cayor (1549 – 1886),· Royaume du Sine (1350 – 1969), · Royaume de Galam, · Empire du Djolof (1350 – 1549), · Royaume du Saloum · Royaume du Baol, · Royaume du Fouta-Toro (850 – 1890). //
    Histoire moderne : Colonie du Sénégal (1626-1946), · Territoire du Sénégal (1946-1958), · Fédération du Mali (1959-1960) //
    Histoire contemporaine : République du Sénégal (depuis 1960), · Crise politique de décembre 1962 · Confédération de Sénégambie (1982 – 1989), · Conflit en Casamance (1982 – ?), · Conflit sénégalo-mauritanien (1989 – 1991) https://fr.wikipedia.org/wiki/Fouta-Toro /// Casamance https://fr.wikipedia.org/wiki/Casamance

  5. Ousmane Sonko-Dialogue sur le pétrole: « Souma Macky Sall guissé, Bob Marley la guiss… »
    https://www.youtube.com/watch?v=BSqWCtklaNs Milliardaires du pétrole, bidonvilles et gratte ciels – l’incroyable visage du Nigeria https://www.youtube.com/watch?v=mhaDOnr3AX0 Nigeria: la malédiction du pétrole (1/3)

    https://www.youtube.com/watch?v=idrorLTwmRk

    Nigéria: la malédiction du pétrole (2/3)

    https://www.youtube.com/watch?v=iODvI2cu9_E

    Nigeria: la malédiction du pétrole (3/3)

    https://www.youtube.com/watch?v=cKKbFYDnyzo

    • ÉTRANGES ÉTRANGERS

      Kabyles de la Chapelle et des quais de Javel
      Hommes de pays loin
      Cobayes des colonies
      Doux petits musiciens
      Soleils adolescents de la porte d’Italie
      Boumians de la porte de Saint-Ouen
      Apatrides d’Aubervilliers
      Brûleurs des grandes ordures de la ville de Paris
      Ébouillanteurs des bêtes trouvées mortes sur pied
      Au beau milieu des rues
      Tunisiens de Grenelle
      Embauchés débauchés
      Manœuvres désœuvrés
      Polacks du Marais du Temple des Rosiers
      Cordonniers de Cordoue soutiers de Barcelone
      Pêcheurs des Baléares ou du cap Finistère
      Rescapés de Franco
      Et déportés de France et de Navarre
      Pour avoir défendu en souvenir de la vôtre
      La liberté des autres.

      Esclaves noirs de Fréjus
      Tiraillés et parqués
      Au bord d’une petite mer
      Où peu vous vous baignez
      Esclaves noirs de Fréjus
      Qui évoquez chaque soir
      Dans les locaux disciplinaires
      Avec une vieille boîte à cigares
      Et quelques bouts de fil de fer
      Tous les échos de vos villages
      Tous les oiseaux de vos forêts
      Et ne venez dans la capitale
      Que pour fêter au pas cadencé
      La prise de la Bastille le quatorze juillet.

      Enfants du Sénégal
      Départriés expatriés et naturalisés.
      Enfants indochinois
      Jongleurs aux innocents couteaux
      Qui vendiez autrefois aux terrasses des cafés
      De jolis dragons d’or faits de papier plié
      Enfants trop tôt grandis et si vite en allés
      Qui dormez aujourd’hui de retour au pays
      Le visage dans la terre
      Et des hommes incendiaires labourant vos rizières.
      On vous a renvoyé
      La monnaie de vos papiers dorés
      On vous a retourné
      Vos petits couteaux dans le dos.

      Étranges étrangers

      Vous êtes de la ville
      Vous êtes de sa vie
      Même si mal en vivez
      Même si vous en mourez.

      Jacques Prévert

    • Cher frère blanc,
      Quand je suis né, j’étais noir,
      Quand j’ai grandi, j’étais noir,
      Quand je suis au soleil, je suis noir,
      Quand je suis malade, je suis noir,
      Quand je mourrai, je serai noir.

      Tandis que toi, homme blanc,
      Quand tu es né, tu étais rose,
      Quand tu as grandi, tu étais blanc,
      Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
      Quand tu as froid, tu es bleu,
      Quand tu as peur, tu es vert,
      Quand tu es malade, tu es jaune,
      Quand tu mourras, tu seras gris.

      Alors, de nous deux,
      Qui est l’homme de couleur ?

      Léopold Sédar SENGHOR

    • Le loup et l’agneau, Jean de La Fontaine.

      La raison du plus fort est toujours la meilleure :

      Nous l’allons montrer tout à l’heure.

      Un Agneau se désaltérait

      Dans le courant d’une onde pure.

      Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,

      Et que la faim en ces lieux attirait.

      Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?

      Dit cet animal plein de rage :

      Tu seras châtié de ta témérité.

      – Sire, répond l’Agneau, que votre Majesté

      Ne se mette pas en colère ;

      Mais plutôt qu’elle considère

      Que je me vas désaltérant

      Dans le courant,

      Plus de vingt pas au-dessous d’Elle,

      Et que par conséquent, en aucune façon,

      Je ne puis troubler sa boisson.

      – Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,

      Et je sais que de moi tu médis l’an passé.

      – Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né ?

      Reprit l’Agneau, je tette encor ma mère.

      – Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.

      – Je n’en ai point. – C’est donc quelqu’un des tiens :

      Car vous ne m’épargnez guère,

      Vous, vos bergers, et vos chiens.

      On me l’a dit : il faut que je me venge.

      Là-dessus, au fond des forêts

      Le Loup l’emporte, et puis le mange,

      Sans autre forme de procès.

    • Dechoukaj, Christophe Charles.

      Je titube dans la ville en flammes

      à travers le dédale de ses rues enfumées

      la poussière fabuleuse des bidonvilles

      et la solitude des morts-vivants

      c’est l’histoire troublante d’un pays envoûté

      Je titube dans la ville en flammes

      à travers l’inquiétude des rescapés

      l’hébétude des veuves et des enfants

      la ville est prise en otage par les fantômes

      c’est l’histoire tragique d’un peuple mystifié

      Je titube dans la ville en flammes

      je trébuche au milieu des stèles renversées

      des livres dispersés des temples profanés

      des monuments brisés et des corps calcinés

      c’est l’histoire troublante d’un pays envoûté

      Je titube dans la ville en flammes

      à travers l’inquiétude des rescapés

      parmi les carcasses et les cendres des autodafés

      la ville est prise en otage fantômes

      c’est l’histoire tragique d’un peuple mystifié

      Je titube dans la ville en flammes

      parmi les carcasses et les cendres des autodafés

      l’armée pitoyable des culs-de-jattes

      et la prière interminable des manchots

      c’est l’histoire troublante d’un pays envoûté

      Je titube dans la ville en flammes

      à travers des dédales de ses rues enfumées

      J’aperçois les autels défoncés les stores éventrés

      les gosses dans la rue manipulant leur batte

      c’est l’histoire troublante d’un peuple mystifié

      Je titube dans la ville en flammes

      j’entrevois les tombeaux saccagés les églises brûlées

      le boulevard jonché de cadavres créés

      la meute des voyous hurlant vociférant

      c’est l’histoire troublante d’un pays envoûté

      Je titube dans la ville en flammes

      j’entends le concert baroque des crève-la-faim

      l’essaim des prolétaires à l’assaut des villas

      les patrons bastonnés les bourgeoises violées

      c’est l’histoire tragique d’un peuple mystifié

      Je titube dans la ville en flammes

      j’entends le concert baroque des crève-la-faim

      la colère sauvage des prolétaires

      debout pour édifier le monde nouveau

      c’est l’histoire troublante d’un pays envoûté

  6. Gorée, Nadine Fidji.

    Ma douleur est aux sources de mon exil

    Il y eut sur cette île sang brûlé herbe brûlée

    Et tout un ciel bleu chaviré en tristesse

    Je fus un nègre sans vertèbres

    Rampant parmi les timbres de mes os

    Je puais l’odeur des comètes

    Tellement je les priais

    Car Dieu s’était soustrait de mes chemins

    Il m’avait offert moi et ma denture parfaite

    À leurs gueules obscures

    L’île flambait rouge comme l’œil de Vénus

    Sous l’ombre lunaire qui claquait comme un fouet

    Ils mirent ma chair au frais dans l’impasse minuscule

    Du cri et du chaos

    Terre vent paradis de fruits amers

    Il n’y a ici qu’une saison magistrale

    Celle du sel et des falaises

    Il y a la fleur noire

    Voix des femmes peintes d’aurore

    Qui chantent pour la poussière des morts

    Et même si les mânes ne reviennent jamais

    L’île est cernée de faunes violacées

    Au pied du village tourné vers l’hymne de paix

    Il y a tout un rivage de hontes sulfureuses

    Un palais ardent de ciel et de lumière

    Dilué dans la brume du nord et du désert

    Tant de pierres baignées de larmes de désertion

    Polluées de crimes

    Mâchées par l’horreur

    L’île sans le dire est cicatrice du monde

    Personne ici n’a encore vu le ciel

    On n’a fait que frôler des lueurs jaunes

    Trop de branches entichées ont caché les blessures

    La mort les tremblements de flammes

    Menacent de tout détruire

    Car l’île est habitée d’horloges obsédées

    Par la conquête des dignités humaines

    Il n’y a ici que jambes d’hommes

    Pour rallier les chemins

    Après ces temps si durs

    L’île réclame enfin sa paix lunaire

    Elle ne connaît ni mouvement de fleuves

    Ni soir plénier d’étangs amoureux

    Il n’existe aucune cité blanche

    Aucune arcade maquillée de mystères

    Vitres et façades sont de couleur d’Afrique.

  7. Les gens du voyage

    Hommes du voyage
    femmes de la route
    et gamins des Toujours-plus-loin
    vos murs ont des ailes
    et vos ailes en battant dérangent un peu
    nos mèches de cheveux.

    Elles les dérangent
    parce qu’elles ont besoin d’être dérangées
    pour doucement nous faire croire
    qu’en nous
    nous aussi
    nous marchons

    Frédéric Charles

  8. René Capain Bassène https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=auteurs&obj=artiste&no=24239 Clédor SENE refait le procès Me SEYE: «C’est une affaire d’Etat qui a été scellée en haut lieu» http://xalimasn.com/cledor-sene-refait-le-proces-me-seye-cest-une-affaire-detat-qui-a-ete-scellee-en-haut-lieu/ Coumba Am Ndeye…Coumba amul Ndeye https://www.youtube.com/watch?v=_uGm8x807WI COMMENT LA DÉSTRUCTURATION FAMILIALE REND VULNÉRABLE LA FEMME SÉNÉGALAISE
    http://www.seneplus.com/opinions/comment-la-destructuration-familiale-rend-vulnerable-la-femme

    • Casamance : à quand la paix ? Par René Capain Bassène. https://www.leslibraires.ca/livres/casamance-a-quand-la-paix-rene-capain-bassene-9782343104263.html Une esclave née au Portugal de parents originaires de l’ancien Royaume du Congo.

      Née au Portugal vers1705, Marie-Josèphe Angélique était une esclave d’un négociant de Montréal qui se nommait François Poulin de Francheville qui fonda le 25 mars 1730 les Forges Saint-Maurice. Après avoir eu trois enfants, tous morts peu de temps après leur naissance, et dont le père était un autre esclave du nom de César, elle tomba amou­reuse d’un Blanc, Claude Thibault avec qui elle avait voulu s’enfuir pour s’installer aux États-Unis ou en Europe en 1734 avant d’apprendre que sa maîtresse, Thérèse Découagne, devenue veuve de François Poulin, a décidé de la vendre. On l’ac­cusa alors d’avoir mis le feu à la maison de sa matrone sur la rue Saint-Paul à Montréal. Maison après maison brûle et une partie de l’Hôtel-Dieu, soit en tout 46 maisons furent la proie des flammes.

      On la captura et le 11 avril 1734, on l’accusa d’avoir mis le feu à la moitié de la ville de Montréal. L’accusation s’ap­pu­yait sur le témoignage d’une enfant de cinq ans, la fille d’un mar­chand qui a voulu accoupler Angélique avec un autre esclave. En rendant le jugement, le juge aurait expliqué que le témoignage était un peu faible mais qu’il déclarait tout de même Marie-Joseph Angélique coupable

      Dans sa résolution de réhabilitation et de désignation de la Place Marie-Josèphe Angélique, la Ville de Montréal écrit : « À la lumière des recherches historiques récentes, il est admis que les preuves étaient insuffisantes pour conclure à la culpabilité de Marie-Josèphe Angélique. Elle a d’ailleurs tou­jours nié son implication dans l’incendie, sauf sous la torture. À cette époque, les esclaves étaient des cibles faciles lorsqu’il fallait trouver des coupables et, à défaut de preuves contraires, l’innocence de Marie-Josèphe Angé­lique est plus que probable ».

      Après sa condamnation, conduite à Québec, Marie-Josèphe Angélique en appela au Conseil Souverain qui adou­cit sa peine : elle n’aura pas le poing coupé et son corps ne sera brûlé qu’après la mort. La supposée cou­pable fut ramenée à Montréal où elle fut exécutée, selon l’or­donnance, le 21 juin 1734, et ironie du sort par un cer­tain Léveillée, un esclave noir originaire de La Martinique à qui on avait offert le choix entre la mort et devenir bourreau en Nouvelle-France. Le matin de son exécution elle fut sou­mise à la torture appliquée aux condamnés pour leur faire avouer leur culpabilité et dénoncé d’éventuels com­plices. Marie-Josèphe Angélique fut obligée d’avouer son crime, mais seulement après quatre tentatives du tor­tion­naire, et elle persista à ne dénoncer aucun complice et pas son amant Thibault qu’elle ne voulait pas amener dans sa mort douloureuse, preuve que même quand des gens sont sou­mis à un monde inhumain, ils ne deviennent pas tous in­humains et injustes. Vers les trois heures, elle fut mis dans la charrette à vidanges jusqu’à l’échafaud où elle fut pendue et brûlée.

      On comprend aujourd’hui que Marie-Josèphe Angélique a été exécutée pour servir d’exemple à d’autres esclaves et même à des hommes blancs qui auraient été tentés de créer des relations amoureuses égalitaires avec des esclaves. Il faut aussi noter que Madame Angélique était d’un esprit très indépendant qui prouve ou qui signale qu’elle n’était probablement pas née esclave. À l’époque de sa naissance au Portugal, il y avait des milliers de per­sonnes libres originaires de l’ancien Royaume du Congo avec lequel le Portugal entretenait des relations diplo­ma­tiques depuis 1485. Certaines personnes étaient venues comme étudiants, d’autres comme travailleurs ; ce fut le cas de Mathieu DaCosta qui est aujourd’hui parmi les fon­da­teurs du Canada pour être arrivé en 1604 avec Samuel de Champlain à la fondation du pays et en 1608, à la fon­da­tion de la Ville de Québec. Il faut souligner qu’au Royaume du Congo, en 1706, a été exécutée la pro­phé­tesse Kimpa Vita, dite Béatrice du Congo, que certains his­to­riens qualifient de Jeanne d’Arc congolaise. Elle avait fondé son Église en se voulant l’incarnation de Saint Antoine ou de Saint Maurice, deux saints africains, en s’opposant aux missionnaires européens qu’elle accu­sait de se proclamer maîtres du Christianisme alors qu’il avait ses origines au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, et de mé­priser les Noirs et de faciliter l’esclavage. Elle avait subi presque le même sort que Marie-Josèphe Angélique quelques années avant, et dont le souvenir va être gravé à jamais au centre-ville de Montréal. SOURCE : http://www.magazinetransatlantique.com/fr/Octobre_2012/la_designation_de_la_place.htm

Laisser un commentaire