Bavures policières: 3 policiers de Pikine déférés pour le meurtre de Pape Sarr

Bavures policières: 3 policiers de Pikine

Texte alternatif de la bannière

L’affaire avait fait grand bruit dans la banlieue. Et l’émotion, suscitée par les récits des actes perpétrés par des policiers sur cette famille suspectée dans le vol de moutons, avait envahi le pays tout entier. Après une année d’enquête et d’audition, l’instruction ouverte par le parquet de Dakar a commencé à porter ses fruits. Et, à en croire Zik FM qui a donné l’information, 3 policiers impliqués dans la mort de Pape Sarr ont été arrêtés et déférés au parquet.

Ce sont 3 policiers du commissariat de Thiaroye, dans la banlieue dakaroise. Et, ils sont désormais suspectés et arrêtés dans le cadre du meurtre du jeune Saliou Sarr, plus connu sous le nom de Pape Sarr, soupçonné du vol de moutons et sorti en quatre plan de son garde à vue. Auditionnés pendant de longs mois, par la brigade prévôtale de la gendarmerie, les 3 suspects qui ont passé la fête de Korité, dans les geôles du commissariat central de Dakar, ont été présentés ce jeudi au parquet du tribunal départemental de Dakar. Sauf revirement de dernière minute, ils seront inculpés et placés en détention pour le meurtre de Pape Sarr, ce jeune homme de Thiaroye Sam Sam, arrêté et torturé par des policiers de Thiaroye, suite à une plainte de vol de moutons déposée par une dame.

A en croire une enquête menée, en son temps, par Kewoulo, informés du vol de moutons, des policiers avaient débarqué dans un domicile de Sam Sam et embarqué toute la famille Sarr qui avait été suspectée du vol. Malmenés dans leur domicile et embarqués dans des conditions qui ne respectent aucune dignité, les Sarr ont passé des heures de calvaire entre les mains des policiers. Principal suspect de ce vol, Pape Sarr a été torturé et électrocuté par des policiers qui tenaient coûte que coûte à le faire avouer un vol auquel rien ne semblait le lier. A en croire des témoins oculaires de la scène, « après l’avoir frappé et blessé gravement, les policiers l’avaient aspergé de diluant avant de lui envoyer une décharge du pistolet teaser. Aussitôt, le corps de Pape Sarr s’est enflammé. »

Ce jour-là, après avoir été frappé par des gourdins et par une machette, Pape Sarr avait été acheminé dans la chambre de sûreté du commissariat de Thiaroye. « Ensuite, a raconté sa sœur, il était en sangs et son cou était enflammé. Et pendant tout ce temps, il ne cessait de réclamer de l’eau, pour boire. Mais, les policiers la lui ont toujours refusé. C’est à ce moment que je suis intervenue pour demander aux policiers de lui donner à boire. Mais, ils m’ont dit que s’ils lui donnaient de l’eau il allait sombrer dans une crise« , a témoigné la sœur aînée de Pape Sarr, embarquée avec ses frère alors qu’elle avait été trouvée dans sa chambre. Embarquée comme une malpropre, elle a été contrainte d’abandonner son bébé cette nuit-là à la maison. Pour lui éviter de passer la nuit dans le sordide violon du poste de police.

Comme si cela ne suffisait pas, les policiers avaient fait sortir le principal suspect pour le réinterroger et le torturer à nouveau. « Ce sont les policiers Demba et Yankouba qui, cette fois-ci, se sont mis à l’oeuvre. Quand le corps a flambé, c’est Yankouba qui a tenté de sauver Pape Sarr, en le jetant par terre. » A témoigné un des frères Sarr.

Évacué à l’hôpital de Thiaroye, Pape Sarr a été baladé de districts sanitaires en urgence hospitalière avant de décéder à l’hôpital Principal de Dakar. Surpris par la mort tragique de Pape Sarr, les policiers avaient essayé de couvrir leur crime, en déclarant que « c’est par accident qu’un court circuit, causé par une bouteille de diluant, a brûlé Saliou Sarr. » Depuis lors, la famille ne cessait de se battre et réclamer justice. Après presque une année d’instruction, l’affaire vient de revenir aux devants de l’actualité. Et ce déferrement des policiers de Thiaroye vient comme un baume dans le cœur des membres de sa famille.

Laisser un commentaire