Chronique: Les histoires « répugnantes » oubliées de Me El’hadji Diouf et Ahmet Khalifa Niass qui discréditent leur intention de mise à mort de Sonko

Chronique: L'arrestation de Ousmane Sonko face

L’actualité nationale a été marquée, cette semaine, par le soudain retour de «l’affaire des 94 milliards, issus du dédommagement du TF 1451 R» dans laquelle  Mamour Diallo, l’ancien directeur des Domaines, serait impliqué. 

A la suite de ce retour sur les devants de l’actualité; retour voulu par Me El’hadji Diouf, l’avocat conseil de Mamour Diallo, nous avons assisté à la conférence de presse de M. Ousmane Sonko suivie, aussitôt, de la réplique -avec un langage peu orthodoxe- de ce même Me El’hadji Diouf laissant entendre que «Ousmane Sonko est soutenu, dans son entreprise mensongère, par Atépa.» Comme si les nouveaux «défenseurs» de Mamour Diallo se sont donnés le mot, c’est l’homme d’affaire et politicien, Ahmet Khalifa Niasse, qui s’est départi de son devoir de réserve –neutralité- qui doit animer tout religieux –si on lui reconnait cette qualité- pour accuser vertement Ousmane Sonko et Pierre Goudiaby Atépa de «connivence» et de «manipulation» dans l’objectif de parvenir «à casser le marché turc et empocher des commissions de futurs preneurs.»

Dans le milieu des avocats, il est de notoriété publique que pour faire le show et ameuter l’opinion sur son dossier il faut forcément engager Me El’hadji Diouf et laisser, tranquillement, les avocats sérieux faire le travail de déminage des procédures. Pour parler de sexe et de pratiques intimes que la morale ne permet d’évoquer publiquement, Ahmet Khalifa Niasse n’a pas son pareil dans la classe maraboutique. A Paris et en Europe, nombreux, désormais, sont ces coincés sexuels qui ne s’abreuvent qu’à la source inépuisable du Dr Ahmet Khalifa Niasse. A vouloir toujours être vu et entendu dans les médias de masse, il a fini par se banaliser ; au point que certains journalistes en sont arrivés à faire de lui leur expert du n’importe quoi.

Si l’objectif des commanditaires de ces nouvelles sorties médiatiques était de jeter l’opprobre sur Ousmane Sonko et «son complice» Pierre Goudiaby Atépa et espérer, ainsi, rallier l’opinion à leur cause, ils ont raté leur cible. Dans notre société sénégalaise comme dans les milieux du renseignement et même chez les journalistes, au-delà de l’intérêt pour une information, c’est la tête du colporteur qui permet de donner de la valeur et de la considération au scoop. Puisque le casting des missionnaires chargés de porter les accusations du palais est mauvais, tout ce qui a été dit par ces pantins ne peut être que du pipeau : deux exemples tout simples ont formé ma conviction que Ahmet Khalifa Niasse comme Me El’hadji Diouf ne pas méritent mon respect.

Me El’hadji Diouf pris en flagrant délit de mensonge à Paris

Journaliste correspondant de l’Obs à Paris, j’avais assisté au prononcé du verdict de la Cour de Cassation sur l’affaire du bateau Le Joola. C’était en janvier 2010. Et un ami m’avait, quelques jours auparavant, présenté Me El’hadji Diouf avec qui j’avais beaucoup sympathisé. Alors que la justice française avait rejeté les demandes sénégalaises d’annuler des mandats d’arrêts visant des autorités nationales, l’avocat, rentré aussitôt à Dakar, avait organisé une grosse campagne médiatique pour crier sur tous les toits qu’il avait gagné son procès. Choqué par un tel aplomb, j’ai été obligé de faire un article pour rétablir la vérité. Et dire qu’en dehors de Youba Sambou, l’ancien ministre des Forces Armées, et de Mame Madior Boye, l’ex Premier ministre, tous les autres acteurs étaient, toujours, sous le coup d’un mandat d’arrêt international. Me El’hadji Diouf ne m’a jamais pardonné ce «sabotage» et a dû appeler cet ami commun pour se plaindre de moi; alors que je n’avais fait que mettre un terme à son projet mensonger. Alors que je les avais bien avertis de l’effectivité des mandats d’arrêts, Gomis Diédhiou, le chef du bureau de la sécurité maritime à Ziguinchor, avait commis l’erreur de faire une escale à Paris lors d’une mission officielle en Allemagne. Interpellé à l’aéroport Charles De Gaule, de Paris, il n’a jamais pu continuer son chemin. Et malgré la diplomatie entreprise par Me Abdoulaye Wade pour le tirer d’affaire, il a été contraint de prendre sa retraite loin du Sénégal.

Ahmet Khalifa Niasse et les naufragés de Tombouctou!

Le second exemple s’est déroulé en 2006, le 11 janvier de l’ère chrétien. Ce jour-là j’avais été invité à assister à la célébration de la nuit du Mouloud à Tombouctou. Sous la houlette de feu le colonel Mouammar Kadhafi, des dignitaires musulmans s’étaient donnés rendez dans cette ville autrefois capitale du savoir et de la civilisation. Et à partir de Dakar, c’est Ahmet Khalifa Niasse qui était chargé d’une partie de la logistique. Arrivé vers 18h au stade municipal de Tombouctou, j’avais eu l’opportunité avec les Abdoulaye Wade, Amadou Toumani Touré, Karim Wade, Abdoulaye Baldé, Sérigne Modou Kara etc. de prier au premier rang des fidèles dirigés par l’imam Mouammar Kadhafi. Nous étions plusieurs centaines d’invités. Et ce jour-là, Kadhafi avait éclairé Tombouctou de milliers de lampadaires ; au point que la moindre épingle tombée par terre pouvait facilement être vue. Le lendemain de cette mémorable nuit du prophète, je me suis retrouvé à l’aérogare de Tombouctou où j’ai retrouvé mon ami Talibouya Aïdara, ancien journaliste au quotidien Le Matin.

Alors qu’ils étaient convoqués depuis plusieurs heures, pour le vol de retour, les passagers n’avaient pas vu l’ombre ni de leur avion ni d’une quelconque personnalité capable de leur donner la moindre information.  Interpellé par sa situation, j’avais demandé à l’officier de navigation de prendre mon ami avec nous dans notre avion loué par l’Etat du Sénégal. Parce que nous avions encore des places vacantes. Mais, pour des raisons que je ne maitrise pas, l’officier a refusé. C’est plus tard que j’ai appris que l’avion, qui avait ramené mon ami, avait été loué par Ahmet Khalifa Niasse et qu’il avait reçu beaucoup d’argent du colonel Kadhafi pour assurer la logistique. Que les Libyens avaient appris que le service commandé n’a pas été à la hauteur et que, en conséquence, Kadhafi était fâché contre son «ami» Khalifa et ne voulait plus le voir alors que le marabout voulait encore encaisser des pétrodollars. Malheureusement pour mon ami Talibouya Aïdara, et ses dizaines de compagnons, cette bouderie de Kadhafi allait se faire en leur détriment.

Sans moyens et faute d’avion affrété par Ahmet Khalifa Niasse, pour les ramener au bercail, ils ont passé plusieurs jours à l’aérogare de Tombouctou, dormant à la belle étoile et quémandant parfois pour manger pendant que leur convoyeur se pavanait tranquillement à Dakar. Quand j’ai fait un article sur la situation de ces compatriotes laissés en rade à Tombouctou, les services du marabout ont démenti l’information. Il a fallu que Amadou Toumani Touré, alors président du Mali, alerté de leur situation de ces naufragés de l’air, intervienne pour que ces compatriotes puissent regagner le Sénégal et leurs récits confirmer mes écrits.

Le bal des arrivants!

Comme je viens de le démontrer, «la parole de ces deux-là ne méritent pas qu’on punisse son enfant», comme le dit l’adage. Avec les agitations de ces nouveaux défenseurs, de Yakham Mbaye à Yafatou Diagne, m’est revenue cette vérité qui laisse entendre que «pour prouver leur fidélité, les opportunistes et les nouveaux convertis en religion comme en politique, sont reconnaissables à ce fait qu’ils doivent toujours faire plus de zèle plus et crier plus fort que tout le monde pour entrer dans les grâces du chef. »

 Nous avons des dizaines d’avocats et de marabouts guignols dans ce pays et pourtant, nul ne pourra me citer deux personnalités atypiques qui se sont autant couvertes de ridicule que l’ont été Me El’hadji Diouf et Ahmet Khalifa Niasse. S’il y avait un trophée du reniement perpétuel au Sénégal, ces deux personnalités mériteraient largement de le remporter. Ce qu’ils ont vomi le matin, ils sont capables de le manger le soir sans que cela ne dérange personne. Il suffit tout juste de faire un tour sur internet pour s’en convaincre.  

Comme avec ces deux événements cités plus haut, j’aurai pu narrer des dizaines d’autres épisodes pitoyables pour montrer la mauvaise foi de ces deux farfelus, toujours prêts à se couvrir de ridicule pour jouer les bras armés des princes régnants décidés à exécuter un opposant.

L’arrestation programmé de Ousmane Sonko

Un complot est actuellement ourdi, par le pouvoir de Dakar, contre Ousmane Sonko pour l’emprisonner. Et cela, nous le savons depuis très longtemps. Seulement, l’Etat du Sénégal doit prendre toutes ses responsabilités. Et assumer ses actes devant l’histoire et l’opinion publique. Le gouvernement cherchait juste des infractions pénales à lui coller, et de préférence des faits criminels, pour pouvoir le garder en instruction le temps que Macky Sall puisse préparer l’opinion à la possibilité d’un troisième mandat. Ce ne sera ni à cause des 94 milliards de Tahirou Sarr et Mamour Diallo ni pour ce que Ousmane Sonko vient de dire sur «les magouilles du gouvernement» dans la cession des montagnes de la Falémé au turcs. Parce que, s’ils visaient ces présumés délits d’opinion,  ils auront permis l’ouverture d’un débat ingérable qui ne les arrange pas. Et dont l’issue pourrait leur fatale.     

  Pierre Goudiaby Atépa est un citoyen libre de sa parole et de ses actes. A un moment crucial de l’histoire du Sénégal, il a pris ses responsabilités et a clairement dit ce qu’il pensait des réserves contenues dans les montagnes de la Falémé. Alors que ces questions n’occupaient pas encore la Une des journaux, il a pris l’opinion à témoin et attiré l’attention du chef de l’Etat, M. Macky Sall, sur la nécessité de préserver les ressources naturelles que nous devons transmettre aux générations futures. Avec la même clarté et le même courage intellectuel, Atépa prendra, toujours, la parole et s’adressera à l’opinion ; chaque fois qu’il en sentira le besoin. Contrairement aux pathétiques accusations de ces deux farfelus «défenseurs» de Mamour Diallo, Pierre Goudiaby Atépa n’a pas besoin d’Ousmane Sonko pour dire ce qu’il croit bon ou mauvais pour le Sénégal. Et Ousmane Sonko est suffisamment conscient de la lourdeur de ses responsabilités devant l’histoire pour accepter de se contenter du destin fugace et peu glorieux d’une marionnette.

Aussi, il est de notoriété publique que, après un bref passage sur le scabreux terrain de la politique, Pierre Goudiaby Atépa est retourné à ses activités professionnelles. Même s’il continue de croire en la pertinence de Ousmane Sonko, le leader de Pastef, est penser qu’il est le meilleur profil pour sortir le Sénégal de la pauvreté et du sous-développement, Pierre Goudiaby Atépa n’a plus aucun agenda politique. Et ne peut, en conséquence, s’intéresser au financement d’aucun parti politique ou de son leader.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire