« Ousmane Sonko, le PUR, le Système et les opposants en faveur du système », (par Libasse Coly)

"Ousmane Sonko, le PUR

Texte alternatif de la bannière

L`élection présidentielle du 24 février 2019 au Sénégal sera inédite en ce sens  qu`elle nous apportera un véritable éclairage sur deux principes (ou idéologies) : le parti et l`intérêt personnel (PIP) ou la patrie et l`intérêt collectif (PIC).

Le premier est souvent associé au capitalisme tandis que le second peut être porté par le socialisme africain tel que incarné jadis dans l`espace politique sénégalais par Cheikh Anta Diop, Mamadou Dia et bien d`autres ; mais réincarné pour la présidentielle du 24 février 2019 par celui qu`on appelle humoristiquement Thiouraye deume (un terme wolof) : Ousmane Sonko.

Il est devenu et sera régulièrement la principale cible de ceux et celles qui ont peur de lui, et qui ont manifesté leur volonté de l`envoyer en prison par des combines. Ah ! Pourquoi  Sonko ne réclamerait t-il pas la bonne gouvernance, la transparence dans la gestion de notre pétrole, notre gaz et nos ressources collectives, l`indépendance de la justice, la souveraineté économique et monétaire, six mois de congé de maternité au lieu de trois présentement pour les femmes, la création de six à sept véritables pôles économiques de développement forts ? La liste de ses Solutions est longue et très intéressante.

Lequel des deux principes (PIP ou PIC) pourrait t-il nous mener à une société développée où règnent  la Justice, l` équité et la Paix ? En tout cas, ca ne marchera pas avec un Système où le pouvoir exécutif instrumentalise le judicaire et le législatif pour neutraliser ou contraindre des adversaires à la capitulation ou à la désertion du combat. Ca ne marchera pas aussi avec un système avec des Protocoles occultes à Rebeuss, à Doha ou ailleurs. Ca ne marchera pas également avec un système où des meurtres et assassinats politiques à répétition sont commis. Ca ne marchera pas non plus avec un système où des élèves et  étudiants sont tués par des armes à feu (violence d`état) suite à leurs revendications légitimes.

Les enfants de ceux et celles qui nous ont toujours trompé pour nous dépouiller étudient en général en France, au Canada (environ onze millions de francs CFA par année en frais), en Suisse, aux États-Unis, en Belgique, et  j`en passe. Ces gens là, ces gens là ; ils nous utilisent comme des chiffons pour arriver au pouvoir, se servir, servir leur clan et leurs maîtres toubabes (terme wolof de colons ou blancs).

L`histoire politique du Sénégal depuis l`époque des quatre communes (Gorée, Dakar, Rufisque, Saint-Louis)  et le sous-développement endémique dans lequel nous vivons depuis l`esclavage nous donnent des réponses claires et nettes. Ca ne marche pas depuis que les colons ont formaté la façon de penser de nos dirigeants, depuis que nous avons appris à penser à la façon de nos maîtres (Cheikh Anta Diop). Ca ne marchera pas non plus avec les mêmes personnes, le même système vieux et médaillé par les colons, les mêmes tromperies, les mêmes protocoles occultes, les mêmes deals, les mêmes façons de faire.

Pour la présidentielle du 24 février 2019, le Président Macky Sall (devenu un Tyran) a réussi à n`avoir que quatre adversaires par le biais d`un système de parrainage validé par une majorité mécanique à l`Assemblée nationale. Sont-ils tous de véritables adversaires capables de nous apporter la rupture tant attendue depuis Mamadou Dia ? Sont-ils du PIP ou du PIC ? Sont-ils pour la souveraineté économique et monétaire ?

Ma conviction profonde est que le Tyran savait que les libéraux et les socialistes sont encore une force politique. Il savait aussi que Sonko est devenu une force, une réalité et un  phénomène politique (peu importe ce que disent les mercenaires de la plume et des médias à la solde du système). Il savait également que le PUR peut compter sur les fidèles talibés de son guide.

Sachant qu`il ne pourrait pas mettre tous les libéraux et les socialistes au pas et à ses côtés, il fallait caser les autres autour d`un libéral ou un socialiste charismatique capable de faire des protocoles (Rebeuss, Doha ou autre) le moment venu. Il n`y avait donc pas plus indiqué qu`Idrissa SECK. Mais il ne fait pas trop confiance à Idy, l`élève du lièvre et du renard. Il fallait alors un autre plan de secours pour avoir le vote des libéraux. Maître Madické Niang a été son choix. Idy et Madické sont donc les deux pôles où le Tyran fait tout pour caser les libéraux qu`il ne pourrait pas avoir avec lui au premier tour, mais qu`il espèrerait avoir à ses côtés au deuxième tour. Le Tyran espère aussi pouvoir caser les autres socialistes dans le PUR du brillant Professeur Issa SALL avec lequel il pourrait aussi négocier une reddition.

Cependant,  aussi bien au  premier tour qu`au deuxième, la consigne de vote d`un leader (même un religieux affairiste) du système n`aurait d`impacte que sur ceux et celles qui y en profitent directement ou indirectement. Et même là !!! Les autres voteront avec leur conscience, librement d`ailleurs.

Au lieu de s`épuiser à négocier avec plusieurs libéraux ou socialistes qu`il ne pourrait pas mettre au pas , n`est-il pas plus facile pour le Tyran de négocier avec deux ou trois leaders charismatiques avec qui il est possible de faire des protocoles occultes (ces Machins là) sous le dos du peuple souverain et conscient des enjeux de l`heure ? C`est l`un des objectifs visés par le parrainage ?

La présidentielle du 24 février 2019 au Sénégal sera essentiellement un choix à faire entre la Coalition Sonko  Président, le PUR, le Système et les opposants en faveur du Système. Nous y verrons des alliances du type libéraux-socialistes à l`image de la coalition au pouvoir dirigée par le Tyran au service des colons. Ah oui ! Sonko Essamaye (le lion en diola) risque de nous envoyer pour de bon à la retraite politique, diraient-ils.

Bonne chance Essamaye

Libasse COLY

Bsc Mathématiques, Msc  Statistique, Ancien candidat au PhD en Statistique.

Montréal, Québec, Canada.  

19 Commentaires

        • Thiès : Une trentaine de grenades lacrymogènes lancées dans chez Idy
          http://xalimasn.com/thies-une-trentaine-de-grenades-lacrymogenes-lancees-dans-chez-idy/ Depuis l`époque du Président Abdou Diouf (le Maître du Tyran Macky Sall), nous savons au Sénégal que le mérite d`un homme en tenue ne repose pas forcément sur le nombre de galons ou de faits d`armes que le Système (au service des colons) lui aurait reconnu ou remis. Ça, tout le monde le sait. Les hommes en tenue bloqués dans leur progression par le système, on en trouve au Sénégal. Ce n`est pas que dans l`armée. Les grades, ça ne veut absolument rien dire. Les plus courageux des hommes en armes en ce qui concerne la répression de leurs propres populations sont les plus corrompus, les moyens méritants, les plus privilégiés, des méchants et des fuyards devant l`ennemie. Pour la petite histoire, je n`avais jamais cru à l`histoire selon laquelle des africains auraient vendu des africains pendant l`esclavage. Mais aujourd`hui, j`en doute beaucoup dans la mesure où c`est ce que nous vivons présentement au Sénégal sous de nouvelles formes plus subtiles. Le « SYSTÈME VIEUX NÈGRE ET MÉDAILLÉ PAR LES COLONS » EN EST FIER. https://www.dakaractu.com/Oulampane-L-armee-ouvre-le-feu-sur-des-eleves-et-fait-deux-blesses_a58668.html /// Résumé

          Au début du roman, Meka doit visiter le commandant de son pays Doum et il pense que le commandant va le tuer. Mais en fait, Meka va recevoir une médaille en reconnaissance de son dévouement pour la France, d’être par conséquent « un ami des blancs. ». En effet, ses deux fils sont en combattant pour les français durant le seconde guerre mondiale et il a donné ses terres à la mission catholique. Durant la remise de la médaille le jour de la fête nationale française le 14 juillet, sa femme pleure ses deux fils et lui. Après le vin d’honneur, tous les noirs sont devenus ivres et M. Varini appelé aussi Gosier-d’Oiseau fait évacuer la salle du Foyer Européen. Dans la panique, on oublia et enferma le ivre Meka qui dormait à l’intérieur. L’orage éclate en ravageant la salle d’où sortit Meka titubant. Il perd sa médaille en allant chez Mami Titi. Il est arrêté dans la nuit, brutalisé et maltraité par des policiers trop zélés avant d’être conduit dans une prison oû il sera encore humilié par Gosier d’Oiseau de qui il attendait une reconnaissance. Pendant le roman, Meka essaie d’aider des blancs et il suit des règles. Meka rentre chez lui et plonge toute la famille dans la stupeur causant pleurs et lamentations. Il se rend compte qu’il est un esclave des blancs, mais il n’essaie pas de combattre contre eux parce qu’il dit en bâillant : « Je ne suis plus qu’un vieil homme… ».. SOURCE : http://lireunlivreplaisir.blogspot.com/2008/05/etude-de-le-vieux-ngre-et-la-mdaille-de.html

          La signification titre

          Le titre choisi illustre bien cet esprit ironique et d’autodérision. L’auteur utilise le mot « nègre » terme péjoratif de connotation raciste ce qui peut paraître surprenant venant d’un écrivain noir en opposition avec le terme « médaille », terme positif, appréciatif. L’humour et l’ironie sont donc d’emblée présents dans le titre qui résume par là l’histoire du roman. Le nom « vieux » sans la présence du personnage dont il s’agit dans le roman montre une volonté universalisante de l’auteur pour mettre l’accent sur le contraste entre l’expérience et tout ce que des générations africaines ont fait : sa vie, la vie de ses enfants, ses biens, son cœur pour mériter non pas des médailles mais « une médaille ». Et quelle médaille : Méka sera bastonné la nuit même du jour qu’il a reçu cette médaille par ceux-là qui la lui ont donnée. SOURCE :
          http://lireunlivreplaisir.blogspot.com/2008/05/etude-de-le-vieux-ngre-et-la-mdaille-de.html

          • Portée de l’œuvre

            Ce que Meka a fait est une sorte d’échange. En effet, du moins tel semble être le sens que lui donne la voix qui avait parlé dans le public : « Moi, je dis qu’on aurait mieux fait de l’habiller de médailles ! (…) Ce qu’a compris la femme de Meka Kelara. Le narrateur semble accuser alors la complicité des africains qui ont favorisé l’implantation des européens à travers les personnages de Meka. Aussi le sort de ce dernier est de souffrir l’ingratitude de la France, comme ce fut le cas pour Meka.
            Il est alors compréhensif de noter la contradiction entre les valeurs que le haut commissaire défend dans son discours à savoir l’égalité et la fraternité entre tous les hommes et la réalité vécue par Meka qui croyait à l’amitié des Blancs jusqu’à les inviter prendre un repas chez lui. Parce que le haut commissaire Gosier d’Oiseau l’a humilié, celui-là même qui dans Une vie de boy avait battu jusqu’au sang le boy Toundi. Sans oublier la ségrégation lors du service du vin d’honneur : ils eurent du vin rouge alors que les Blancs buvaient du whisky. Les quartiers étaient séparés, et on malmenait un indigène qui osait franchir la frontière qui les séparait sans demander la permission. Le beau-frère de Meka failli en subir les conséquences en allant chercher celui-ci chez le commandant. SOURCE : http://lireunlivreplaisir.blogspot.com/2008/05/etude-de-le-vieux-ngre-et-la-mdaille-de.html THIAROYE 44, AUTOPSIE D’UN MASSACRE
            Il y a plus de 70 ans, l’armée coloniale française ouvrait le feu sur des tirailleurs sénégalais réclamant leurs soldes, un épisode qui hante, aujourd’hui encore, les mémoires – LE FILM COMPLET DE SEMBÈNE OUSMANE (SENEPLSU) https://www.youtube.com/watch?v=BOyD3u0vXvI

          • Une esclave née au Portugal de parents originaires de l’ancien Royaume du Congo.

            Née au Portugal vers1705, Marie-Josèphe Angélique était une esclave d’un négociant de Montréal qui se nommait François Poulin de Francheville qui fonda le 25 mars 1730 les Forges Saint-Maurice. Après avoir eu trois enfants, tous morts peu de temps après leur naissance, et dont le père était un autre esclave du nom de César, elle tomba amou­reuse d’un Blanc, Claude Thibault avec qui elle avait voulu s’enfuir pour s’installer aux États-Unis ou en Europe en 1734 avant d’apprendre que sa maîtresse, Thérèse Découagne, devenue veuve de François Poulin, a décidé de la vendre. On l’ac­cusa alors d’avoir mis le feu à la maison de sa matrone sur la rue Saint-Paul à Montréal. Maison après maison brûle et une partie de l’Hôtel-Dieu, soit en tout 46 maisons furent la proie des flammes.

            On la captura et le 11 avril 1734, on l’accusa d’avoir mis le feu à la moitié de la ville de Montréal. L’accusation s’ap­pu­yait sur le témoignage d’une enfant de cinq ans, la fille d’un mar­chand qui a voulu accoupler Angélique avec un autre esclave. En rendant le jugement, le juge aurait expliqué que le témoignage était un peu faible mais qu’il déclarait tout de même Marie-Joseph Angélique coupable

            Dans sa résolution de réhabilitation et de désignation de la Place Marie-Josèphe Angélique, la Ville de Montréal écrit : « À la lumière des recherches historiques récentes, il est admis que les preuves étaient insuffisantes pour conclure à la culpabilité de Marie-Josèphe Angélique. Elle a d’ailleurs tou­jours nié son implication dans l’incendie, sauf sous la torture. À cette époque, les esclaves étaient des cibles faciles lorsqu’il fallait trouver des coupables et, à défaut de preuves contraires, l’innocence de Marie-Josèphe Angé­lique est plus que probable ».

            Après sa condamnation, conduite à Québec, Marie-Josèphe Angélique en appela au Conseil Souverain qui adou­cit sa peine : elle n’aura pas le poing coupé et son corps ne sera brûlé qu’après la mort. La supposée cou­pable fut ramenée à Montréal où elle fut exécutée, selon l’or­donnance, le 21 juin 1734, et ironie du sort par un cer­tain Léveillée, un esclave noir originaire de La Martinique à qui on avait offert le choix entre la mort et devenir bourreau en Nouvelle-France. Le matin de son exécution elle fut sou­mise à la torture appliquée aux condamnés pour leur faire avouer leur culpabilité et dénoncé d’éventuels com­plices. Marie-Josèphe Angélique fut obligée d’avouer son crime, mais seulement après quatre tentatives du tor­tion­naire, et elle persista à ne dénoncer aucun complice et pas son amant Thibault qu’elle ne voulait pas amener dans sa mort douloureuse, preuve que même quand des gens sont sou­mis à un monde inhumain, ils ne deviennent pas tous in­humains et injustes. Vers les trois heures, elle fut mis dans la charrette à vidanges jusqu’à l’échafaud où elle fut pendue et brûlée.

            On comprend aujourd’hui que Marie-Josèphe Angélique a été exécutée pour servir d’exemple à d’autres esclaves et même à des hommes blancs qui auraient été tentés de créer des relations amoureuses égalitaires avec des esclaves. Il faut aussi noter que Madame Angélique était d’un esprit très indépendant qui prouve ou qui signale qu’elle n’était probablement pas née esclave. À l’époque de sa naissance au Portugal, il y avait des milliers de per­sonnes libres originaires de l’ancien Royaume du Congo avec lequel le Portugal entretenait des relations diplo­ma­tiques depuis 1485. Certaines personnes étaient venues comme étudiants, d’autres comme travailleurs ; ce fut le cas de Mathieu DaCosta qui est aujourd’hui parmi les fon­da­teurs du Canada pour être arrivé en 1604 avec Samuel de Champlain à la fondation du pays et en 1608, à la fon­da­tion de la Ville de Québec. Il faut souligner qu’au Royaume du Congo, en 1706, a été exécutée la pro­phé­tesse Kimpa Vita, dite Béatrice du Congo, que certains his­to­riens qualifient de Jeanne d’Arc congolaise. Elle avait fondé son Église en se voulant l’incarnation de Saint Antoine ou de Saint Maurice, deux saints africains, en s’opposant aux missionnaires européens qu’elle accu­sait de se proclamer maîtres du Christianisme alors qu’il avait ses origines au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, et de mé­priser les Noirs et de faciliter l’esclavage. Elle avait subi presque le même sort que Marie-Josèphe Angélique quelques années avant, et dont le souvenir va être gravé à jamais au centre-ville de Montréal. SOURCE : http://www.magazinetransatlantique.com/fr/Octobre_2012/la_designation_de_la_place.htm

          • Les femmes de Nder : résistantes sénégalaises à l’esclavage // La mort ! A ce mot, fusa une sourde exclamation. « La mort ! Que dis-tu Mbarka Dia ? » « Oui mes sœurs. Nous devons mourir en femmes libres, et non vivre en esclaves. Que celles qui sont d’accord me suivent dans la grande case du conseil des Sages. Nous y entrerons toutes et nous y mettrons le feu… C’est la fumée de nos cendres qui accueillera nos ennemis. Debout mes sœurs ! Puisqu’il n’y a d’autre issue, mourrons en dignes femmes du Walo ! »… https://www.au-senegal.com/les-femmes-de-nder-resistantes-senegalaises-a-l-esclavage,1624.html ALINE SITOÉ DIATTA, HÉROÏNE DE LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE https://histoireparlesfemmes.com/2016/07/04/aline-sitoe-diatta-heroine-de-la-desobeissance-civile/ « The Woman Who Was More than a Man »: Making Aline Sitoe Diatta into a National Heroine in Senegal https://www.jstor.org/stable/25067487?seq=1#page_scan_tab_contents

          • Les femmes de Nder : résistantes sénégalaises à l’esclavage // La mort ! A ce mot, fusa une sourde exclamation. « La mort ! Que dis-tu Mbarka Dia ? » « Oui mes sœurs. Nous devons mourir en femmes libres, et non vivre en esclaves. Que celles qui sont d’accord me suivent dans la grande case du conseil des Sages. Nous y entrerons toutes et nous y mettrons le feu… C’est la fumée de nos cendres qui accueillera nos ennemis. Debout mes sœurs ! Puisqu’il n’y a d’autre issue, mourrons en dignes femmes du Walo ! »… https://www.au-senegal.com/les-femmes-de-nder-resistantes-senegalaises-a-l-esclavage,1624.html ALINE SITOÉ DIATTA, HÉROÏNE DE LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE
            https://histoireparlesfemmes.com/2016/07/04/aline-sitoe-diatta-heroine-de-la-desobeissance-civile/ « The Woman Who Was More than a Man »: Making Aline Sitoe Diatta into a National Heroine in Senegal

      • Les transferts vers la région Afrique subsaharienne se sont accélérés, à 11,4 %, pour atteindre 38 milliards de dollars en 2017, à la faveur de l’amélioration de la croissance économique dans les économies avancées et de l’augmentation des prix du pétrole, qui a bénéficié aux économies de la région. Les principaux destinataires des transferts étaient le Nigéria (21,9 milliards de dollars), le Sénégal (2,2 milliards de dollars) et le Ghana (2,2 milliards de dollars). La région compte plusieurs pays où les envois de fonds représentent une part importante du produit intérieur brut, notamment le Libéria (27 %), la Gambie (21 %) et les Comores (21 %). En 2018, les transferts vers la région devraient progresser de 7 % et s’établir à 41 milliards de dollars. SOURCE : https://www.banquemondiale.org/fr/news/press-release/2018/04/23/record-high-remittances-to-low-and-middle-income-countries-in-2017

    • Ensuite, l’arrimage à une monnaie forte pénalise la compétitivité-prix des exportations et facilite les importations au détriment de la production locale. La BCEAO reconnaît elle-même dans le tome 3 de son histoire de l’UEMOA que le franc CFA a été surévalué dans des proportions variables des années 1960 jusqu’à 1994, ce qui dit-elle a « fortement entamé la compétitivité de la zone dans la mesure où les coûts de production restaient élevés ». La situation s’est empirée avec l’arrivée de l’euro dont l’ascension prodigieuse vis-à-vis du dollar au milieu des années 2000 a par exemple précipité la faillite des agriculteurs africains, notamment les producteurs de coton. En effet, quand l’euro prend de la valeur vis-à-vis du dollar, le franc CFA fait de même. Du coup, les recettes d’exportation que les pays africains reçoivent en dollars baissent lorsqu’elles sont converties en francs CFA. Au niveau macroéconomique, les effets de la surévaluation du franc CFA sont visibles pour les pays non producteurs de pétrole et non riches en ressources agricoles. Le Niger, le Bénin, le Burkina Faso et le Mali n’ont jamais connu une seule année d’excédent commercial depuis leur indépendance. Le Sénégal n’a plus connu d’excédent commercial depuis 1966. Autrement dit, ces pays sont placés dans une situation d’endettement extérieur structurel. Puisqu’ils ne peuvent pas dégager d’excédents commerciaux durablement, ils ne pourront jamais payer leur dette extérieure. Ils sont ainsi obligés de dépendre de l’aide au développement et de brader leurs ressources. Il est d’ailleurs curieux que le gouvernement et le patronat français qui n’ont eu de cesse de critiquer la cherté de l’euro depuis deux décennies viennent souvent dire aux Africains que l’arrimage à l’euro est une bonne chose pour eux.
      SOURCE : https://www.walf-groupe.com/ndongo-samba-sylla-fanny-pigeaud-cfa-leurre-de-stabilite-monetaire/

      • S’il y a un point également à retenir, c’est le suivant : on ne connaît pas d’exemple de pays anciennement colonisé qui se soit un tant soit peu développé sans avoir une monnaie nationale. Quand un leader politique trouve des prétextes pour justifier le maintien du franc CFA, il admet implicitement son impuissance à gérer une monnaie nationale. Or, un gouvernement qui ne peut pas gérer une monnaie nationale ne peut pas, à l’évidence, hisser son pays au rang de nation industrialisée.

        Quant au projet de monnaie unique CEDEAO, quels que soient ses mérites ou ses défauts, il représente pour l’instant plus un subterfuge permettant aux chefs de l’Etat de l’UEMOA de calmer les ardeurs des mouvements contre le franc CFA qu’une réelle alternative. En 2016, le Nigéria a exigé comme préalable que les pays de l’UEMOA fournissent un plan de divorce d’avec le Trésor français. A ce jour, aucun des chefs d’Etat concernés ne s’est prononcé là-dessus et encore moins exécuté.

        Comme on le voit, la problématique du franc CFA dépasse les enjeux strictement économiques. Elle pose la question de la sélection démocratique de dirigeants au service de leurs peuples et celle du panafricanisme comme projet de libération. SOURCE : Le CFA Ou Le Leurre De La Stabilité Monétaire (Par Ndongo Samba SYLLA Et Fanny Pigeaud) https://www.walf-groupe.com/ndongo-samba-sylla-fanny-pigeaud-cfa-leurre-de-stabilite-monetaire/

        • LE GROUPE DE RECHERCHE ET D’INITIATIVE POUR LA LIBERATION DE L’AFRIQUE a été fondé en 1984. C’est un organisme autonome et sans but lucratif qui fonctionne grâce à la contribution matérielle et intellectuelle de ses sections composées de membres et de sympatisant-e-s. Dans sa vision d’un monde internationaliste, il tente de contribuer à l’émergence et à la consolidation du développement autocentré en Afrique et à la solidarité internationale qu’il requiert. Concrètement, ce travail s’accomplit par la sensibilisation et des actions sélectives dans des pays du centre, tout comme en Afrique. Le GRILA y soutient activement des forces démocratiques et progressistes qui luttent pour: * la destruction de toutes formes de racismes et d’ethnocentrismes ainsi que le respect des droits collectifs et de la personne;* le renversement des régimes alliés de l’ impérialisme;* un équilibre des revenus villes-campagnes, l’autosuffisance alimentaire, et la satisfaction pour tous des biens essentiels;* l’émancipation des femmes, l’amélioration de leurs conditions de vie et le changement des mentalités masculines; * la participation populaire et civique, la démocratie populaire et la promotion de la jeunesse; * un développement autocentré et plus écologique; * l’avènement d’États panafricains régionaux ayant une gestion patriotique des fonds publics; * des ruptures sélectives avec le système mondial.. SOURCE :
          http://www.grila.org/index_grila.php?gri=acc&lang=fr // Un Ministre payé pour jouer à l’incrédule (Par Libasse Coly) https://www.senenews.com/actualites/un-ministre-paye-pour-jouer-a-lincredule-par-libasse-coly_263525.html

Laisser un commentaire