« Ousmane Sonko, le PUR, le Système et les opposants en faveur du système », (par Libasse Coly)

"Ousmane Sonko, le PUR

Texte alternatif de la bannière

L`élection présidentielle du 24 février 2019 au Sénégal sera inédite en ce sens  qu`elle nous apportera un véritable éclairage sur deux principes (ou idéologies) : le parti et l`intérêt personnel (PIP) ou la patrie et l`intérêt collectif (PIC).

Le premier est souvent associé au capitalisme tandis que le second peut être porté par le socialisme africain tel que incarné jadis dans l`espace politique sénégalais par Cheikh Anta Diop, Mamadou Dia et bien d`autres ; mais réincarné pour la présidentielle du 24 février 2019 par celui qu`on appelle humoristiquement Thiouraye deume (un terme wolof) : Ousmane Sonko.

Il est devenu et sera régulièrement la principale cible de ceux et celles qui ont peur de lui, et qui ont manifesté leur volonté de l`envoyer en prison par des combines. Ah ! Pourquoi  Sonko ne réclamerait t-il pas la bonne gouvernance, la transparence dans la gestion de notre pétrole, notre gaz et nos ressources collectives, l`indépendance de la justice, la souveraineté économique et monétaire, six mois de congé de maternité au lieu de trois présentement pour les femmes, la création de six à sept véritables pôles économiques de développement forts ? La liste de ses Solutions est longue et très intéressante.

Lequel des deux principes (PIP ou PIC) pourrait t-il nous mener à une société développée où règnent  la Justice, l` équité et la Paix ? En tout cas, ca ne marchera pas avec un Système où le pouvoir exécutif instrumentalise le judicaire et le législatif pour neutraliser ou contraindre des adversaires à la capitulation ou à la désertion du combat. Ca ne marchera pas aussi avec un système avec des Protocoles occultes à Rebeuss, à Doha ou ailleurs. Ca ne marchera pas également avec un système où des meurtres et assassinats politiques à répétition sont commis. Ca ne marchera pas non plus avec un système où des élèves et  étudiants sont tués par des armes à feu (violence d`état) suite à leurs revendications légitimes.

Les enfants de ceux et celles qui nous ont toujours trompé pour nous dépouiller étudient en général en France, au Canada (environ onze millions de francs CFA par année en frais), en Suisse, aux États-Unis, en Belgique, et  j`en passe. Ces gens là, ces gens là ; ils nous utilisent comme des chiffons pour arriver au pouvoir, se servir, servir leur clan et leurs maîtres toubabes (terme wolof de colons ou blancs).

L`histoire politique du Sénégal depuis l`époque des quatre communes (Gorée, Dakar, Rufisque, Saint-Louis)  et le sous-développement endémique dans lequel nous vivons depuis l`esclavage nous donnent des réponses claires et nettes. Ca ne marche pas depuis que les colons ont formaté la façon de penser de nos dirigeants, depuis que nous avons appris à penser à la façon de nos maîtres (Cheikh Anta Diop). Ca ne marchera pas non plus avec les mêmes personnes, le même système vieux et médaillé par les colons, les mêmes tromperies, les mêmes protocoles occultes, les mêmes deals, les mêmes façons de faire.

Pour la présidentielle du 24 février 2019, le Président Macky Sall (devenu un Tyran) a réussi à n`avoir que quatre adversaires par le biais d`un système de parrainage validé par une majorité mécanique à l`Assemblée nationale. Sont-ils tous de véritables adversaires capables de nous apporter la rupture tant attendue depuis Mamadou Dia ? Sont-ils du PIP ou du PIC ? Sont-ils pour la souveraineté économique et monétaire ?

Ma conviction profonde est que le Tyran savait que les libéraux et les socialistes sont encore une force politique. Il savait aussi que Sonko est devenu une force, une réalité et un  phénomène politique (peu importe ce que disent les mercenaires de la plume et des médias à la solde du système). Il savait également que le PUR peut compter sur les fidèles talibés de son guide.

Sachant qu`il ne pourrait pas mettre tous les libéraux et les socialistes au pas et à ses côtés, il fallait caser les autres autour d`un libéral ou un socialiste charismatique capable de faire des protocoles (Rebeuss, Doha ou autre) le moment venu. Il n`y avait donc pas plus indiqué qu`Idrissa SECK. Mais il ne fait pas trop confiance à Idy, l`élève du lièvre et du renard. Il fallait alors un autre plan de secours pour avoir le vote des libéraux. Maître Madické Niang a été son choix. Idy et Madické sont donc les deux pôles où le Tyran fait tout pour caser les libéraux qu`il ne pourrait pas avoir avec lui au premier tour, mais qu`il espèrerait avoir à ses côtés au deuxième tour. Le Tyran espère aussi pouvoir caser les autres socialistes dans le PUR du brillant Professeur Issa SALL avec lequel il pourrait aussi négocier une reddition.

Cependant,  aussi bien au  premier tour qu`au deuxième, la consigne de vote d`un leader (même un religieux affairiste) du système n`aurait d`impacte que sur ceux et celles qui y en profitent directement ou indirectement. Et même là !!! Les autres voteront avec leur conscience, librement d`ailleurs.

Au lieu de s`épuiser à négocier avec plusieurs libéraux ou socialistes qu`il ne pourrait pas mettre au pas , n`est-il pas plus facile pour le Tyran de négocier avec deux ou trois leaders charismatiques avec qui il est possible de faire des protocoles occultes (ces Machins là) sous le dos du peuple souverain et conscient des enjeux de l`heure ? C`est l`un des objectifs visés par le parrainage ?

La présidentielle du 24 février 2019 au Sénégal sera essentiellement un choix à faire entre la Coalition Sonko  Président, le PUR, le Système et les opposants en faveur du Système. Nous y verrons des alliances du type libéraux-socialistes à l`image de la coalition au pouvoir dirigée par le Tyran au service des colons. Ah oui ! Sonko Essamaye (le lion en diola) risque de nous envoyer pour de bon à la retraite politique, diraient-ils.

Bonne chance Essamaye

Libasse COLY

Bsc Mathématiques, Msc  Statistique, Ancien candidat au PhD en Statistique.

Montréal, Québec, Canada.  

3 Commentaires

Laisser un commentaire