Boffa Bayotte : Intrigues, manipulations, délations, règlements de comptes, plongez au cœur d’une enquête qui tient la République en haleine

Considérés comme les cerveaux de la tuerie de la forêt des Bayottes, en Casamance,  les 25 personnes arrêtées entre les villages de Bourofaye Diola, Toubacouta et Ziguinchor continuent toujours de patienter dans leurs cellules de la prison de Ziguinchor après un aller-retour sur Dakar, pour certains. En ce jour anniversaire de ce massacre qui a emporté 15 bucherons, exécutés froidement par des meurtriers qui continuent de courir, Kewoulo est retourné sur le terrain, interroger les familles et se plonger au cœur de ce dossier qui a fait couler énormément d’encres et de salives. Et détruit, aussi, des familles qui cohabitaient déjà très difficilement.  

Lorsque la section de Recherches de la gendarmerie nationale débarquait, ce lundi 8 janvier 2018, à Ziguinchor, le pays tout entier était plongé dans les affres d’un deuil infernal. La veille de cette arrivée martiale des « supers gendarmes» de Colobane, une grosse opération militaire avait été ordonnée par la hiérarchie de l’armée. Et des bombardements ont été entendus dans toute la ville et au-delà, replongeant les populations dans les douloureux souvenirs de ces années de guerre. Comme si ce drame ne suffisait pas au malheur des Casamançais et alors qu’ils ne connaissent rien à la Casamance et à son histoire, à Dakar, dans les médias, des va-t-en guerre s’étaient fait inviter sur les plateaux de télé et radio appelant «à bombarder la Casamance.» C’est dans ce climat de panique générale et de suspicion, pendant chacun squattait l’autre du regard et se préparait à dénoncer le moindre comportement suspect du voisin, pourvu simplement qu’il soit Diola, qu’ont débarqué les «supers gendarmes » de la Section de Recherches, pour reprendre l’enquête judiciaire démarrée par les pandores de la compagnie de Ziguinchor.

 Auparavant, c’est l’autorité administrative qui avait démarré sa petite enquête. «Dès qu’il a appris ce qui est arrivé dans la forêt, le sous-préfet de Niassya m’a appelé et m’a dit que des tueries avaient eu lieu dans mon village. Je lui ai dit que c’est lui qui me l’apprenait. Et il m’a demandé de m’approcher de la RN 4 où les gendarmes comme les Sapeurs-pompiers étaient déjà  présents.» S’est souvenu Edouard Dassylva, le chef du village de Boffa Bayotte.  

De son côté, celui de Boutoupa Camaracounda a fait de même avec Maurice Badji, le chef du village de Bourofaye Diola et Coly, le chef de Bourofaye Baïnouck, deux villages rivaux pourtant si proches de Nyassia mais terriblement éloignés de ce chef-lieu  d’arrondissement, à cause des absurdités administratives dont seule la Casamance a le secret. Alors que Bourofaye Diola est très éloigné du lieu du drame et que de nombreux jeunes rencontrés par les reporters de Kewoulo, lors de nos différentes missions d’enquête, ont affirmé n’avoir jamais mis les pieds dans ce lieu de sinistre mémoire, «c’est (son) chef qui va, à en croire les détenus et leurs familles, donner une piste aux enquêteurs convaincus, pourtant, dès le départ que «seuls d’anciens ou actuels combattants ayant reçu une formation militaire sont capables de réaliser, froidement, une telle mission», en s’adonnant à une maladroite campagne de délation. » Crie-t-on à Toubacouta. Tout a basculé le 13 janvier 2018, pour René Capain Bassène. Ce jour-là, en compagnie de A. Djiba, Maurice Badji a passé sa journée à Yamatogne, tout près du poste de police.

Après y avoir déjeuné, le chef du village de Bourofaye Diola y a laissé son vélo et est monté à l’arrière de la moto de son ami, A. Djiba, qui l’a déposé à la brigade de gendarmerie de Néma où, depuis le 9 janvier, les hommes du Lt-colonel Issa Diack avaient fini d’installer leur Quartier général. «Il était 16 heures quand ils sont arrivés pour déferrer à une simple convocation», s’est souvenue une source judiciaire. C’était la 3eme fois que Maurice Badji venait voir les gendarmes. A sa famille, il avait laissé entendre qu’il se rendait à une «réunion des chefs» convoquée par le préfet de Ziguinchor. «Alors qu’il ne tardait plus dehors depuis qu’il a arrêté de boire du vin, mon père n’est pas rentré jusque tard dans la soirée. Ma mère qui s’inquiétait de ne pas le voir rentrer a appelé son ami, A. Djiba, qui nous a dit qu’il l’avait laissé à la gendarmerie. Le lendemain on l’a rappelé et il nous a dit que mon père a été capturé NDLR, comprenez arrêté-» A déclaré Sadia Simbiane Bassène, le neveu de Maurice Badji.

A en croire des sources judicaires, c’est à ce moment-là que l’enquête a connu une avancée notoire. «Interrogé sur ce qu’il sait de cette tuerie, Maurice Badji a déclaré que c’est le journaliste René Capain Bassène qui a organisé l’opération. Pour lui, c’est au cours d’une réunion organisée et dirigée par Capain, au foyer des jeunes de Bourofaye, que la décision a été prise d’aller régler leur compte aux coupeurs de  bois», s’est souvenue une source judiciaire. Se voulant plus convaincant, «Maurice a présenté un procès-verbal de réunion tenue le 3 janvier à Bourofaye Diola. Sur ce procès-verbal, figurent les noms de «Maurice Badji, Jean-Baptiste Badji, Fodé Mady Tall dit Vieux, Mamadou Lamine Sagna dit Dou», tous habitants de Bourofaye Diola. Mais aussi, «Mamadou Lamine Fakéba Diémé (imam de Toubacouta), Abdoulaye Diédhiou (75 ans), Papiya Sané, Seyni Sané -81 ans, ancien chef du village de Toubacouta qui vit depuis 1992 à Ziguinchor- et Ibou Sané dit Nafoute. Et enfin René Capain Bassène qui vivait, au moment de la commission de ces faits, à Ziguinchor. A en croire ce document remis aux gendarmes, par le chef Maurice Badji, «ce sont ces personnes qui auraient pris part à cette fameuse réunion de planification des meurtres.»

Quelques jours auparavant, le mercredi 10 janvier, c’est Ibou Sané, le secrétaire général et chef intérimaire de Toubacouta qui avait fait face aux gendarmes. «Il a dit avoir été surpris de voir les gendarmes l’appeler par son surnom, Nafoute. Pour lui, seul un familier était passé le dénoncer auprès des gendarmes. Quand on lui a parlé d’une réunion à laquelle il aurait participé, il a rejeté l’accusation. Et le jeudi, il a été confronté à Maurice Badji. Et il avait encore tout rejeté. » Ont déclaré à Kewoulo des membres de la famille de Ibou Sané dit Nafoute. Alors qu’on voudrait en savoir davantage sur les conditions de son audition à la gendarmerie, lors de son face à face avec les enquêteurs et les raisons qui l’ont poussé à accepter de collaborer avec les gendarmes pour endosser des accusations aussi graves que les meurtres de masses, le principal concerné a fait savoir aux siens qu’il préfèrerait que «on ne parle plus de cette affaire parce que (ils) seront bientôt libres. » Quoi qu’il en soit, à Toubacouta où une équipe de Kewoulo s’est rendue à plusieurs reprises pour recouper des informations, il se raconte que «c’est à partir de ce jeudi 11 janvier que tout s’est joué. Alors qu’il avait au début nié sa participation à cette tuerie, Ibou Sané a reconnu son implication et livré les noms de toutes les personnes arrêtées dans son village, Toubacouta.»

De ses déclarations, il apparait qu’Adama Diémé, Nfaly Diémé, Moussa Diémé, Alassane Badji, Ousseynou Badji, Cheikh Oumar Diédhiou, Mamadou Lamine Diémé, Aliou Sané, Jean-Christophe Diatta, Abdou Sagna auraient pris part aux exécutions. «Pire, il a avoué que c’est lui qui a placé les armes dans la forêt et qui a ramené une partie de ces armes au village, après la tuerie. » Soutient-on du côté des familles dont les maris ont été arrêtés à Toubacouta.Contacté, en prison, par une source de Kewoulo,  Nafoute a reconnu avoir donné les noms des jeunes de Toubacouta. « Par contre, il ne voudrait qu’on croit que c’est lui qui a donné les noms de René Capain Bassène ni des vieux. Parce qu’il ne les connait pas.» A transmis le contact de Kewoulo.

Comme Ibou Sané Nafoute, Jean Christophe Diatta est accusé, par ses codétenus, d’avoir, lui aussi, donné sa «liste de tueurs qui étaient, avec lui, sur le terrain.» Alors que 20 personnes étaient déjà en garde à vue -à 17 à Néma et 3 à Boudody-, trois personnes supplémentaires sont venues gonfler les rangs des personnes arrêtées. Ça a été le tour d’Abdou Sané, né en 1984, Landing Sané dit Téréma, né en 1971, et Moussa Diédhiou né en 1966 de faire la connaissance des gendarmes et de leurs méthodes d’audition. Révolté par cette vague d’arrestation qui s’est abattue sur son village, Arona Badji s’est permis de dire à un journaliste de radio, qui lui a tendu un micro, que « ces personnes interpellées étaient innocentes.»

 Trouvant «suspecte» cette déclaration d’un citoyen qui criait sa colère, les gendarmes sont venus le chercher et le mettre en garde à vue. Pourtant, l’homme ne faisait partie d’aucune liste et personne ne l’a jamais connu dans des histoires même de voisinage. Il en sera de même pour Oumar Ampoï Bodian, le chargé de mission de César Atoute Badiate, qui, dans les médias, a nié l’implication du MDFC dans ce massacre. Plus tard, alors que l’accalmie avait commencé à se faire sentir dans le village, les gendarmes ont encore envoyé une énième convocation. Cette fois ci, c’est le jeune El’hadji Samba Sagna, 25 ans, qui en allant leur répondre, va été placé en garde à vue. Il sera déferré le 6 février 2018, soit un mois après la tuerie, pour se retrouver incarcéré dans la même prison que son père, Abdou Sagna.  Même s’ils nient publiquement l’avoir dénoncé -et que le nom du jeune homme ne figure sur aucune liste-, Ibou Sané Nafoute et Jean-Christophe Diatta, extraits de leur cellule et confronté à ce gamin, sont soupçonnés de l’avoir balancé.

12 Commentaires

Laisser un commentaire