Tuerie de la forêt des Bayottes: Ces légèretés qui prouvent l’amateurisme du gouvernement sénégalais

Tuerie de la forêt des Bayottes: Ces légèretés

Avec Mamy Correa, j’avais enregistré plusieurs fois. Et les avais effacés, aussitôt. Puis refait la vidéo, l’ai effacée à nouveau avant de finir par accepter qu’Adja Thiouny Loum ne m’interroge sur la Casamance. Ma Casamance. Pour marquer le 35eme anniversaire d’une guerre stupide dont on aurait pu faire l’économie ; si on avait eu, à la tête de ce pays, des visionnaires. Hélas. Mille fois hélas…

 

En ce 26 décembre 2017, j’avais, avec mes équipes, décidé de faire un témoignage inédit pour l’histoire. Faire le récit du traumatisme que le petit garçon, que j’ai été, a gardé de ce conflit avec lequel j’ai grandi. Dire ce que j’avais fait pendant que les hommes se battaient, ce que j’avais vu et entendu. Mais, le rendu de nos entretiens a été terrifiant, si affligeant -pour moi- que, à chaque fois, j’ai refusé que la rédaction de Kewoulo publie mes vidéos. Pour ne pas donner, à mes lecteurs, cette image peu valorisante de ma personne. Pour ne pas dévoiler mon talon d’Achille, mon amour éternel pour la Casamance.

A LIRE AUSSI: Affaire Kanfany: Voyage au coeur d’une énigme criminelle

Mais, après l’assassinat des « 13 tués de la forêt de Baïllottes« , je n’ai plus rien à faire de mon égo. Encore moins des conséquences des résultats de mon enquête et des questions légitimes que ceux-là pourraient engendrer. Au risque de paraître affligeant ou dérangeant, je n’ai plus le droit de me taire. Ils ont touché à mon talon d’Achille, ils ont heurté ma dignité. Et mon orgueil est plus qu’atteint. Comme ces assassins qui ont enlevé la vie à 13 pauvres coupeurs de bois, je suis révolté contre ce gouvernement qui n’a pas pu protéger les populations de ces assassins.

Un gouvernement incapable de situer le lieu du drame…

 

A LIRE AUSSI: Enquête: Voyage au coeur de l’horreur dans la forêt des Bayottes et ses 13 morts

J’en veux au gouvernement d’avoir manqué à son devoir, élémentaire, de protection envers les citoyens, sénégalais, de la Casamance. Son amateurisme et son ignorance de la Casamance et de ses réalités sont d’autant plus choquants que le gouvernement du Sénégal, dans son communiqué du 7 janvier, a osé parler de « tuerie de Niaguiss » alors que le drame s’est déroulé dans «la forêt des Baïllottes», -ou Bayottes-, à côté de Bourofaye-Baïnounck, dans l’arrondissement de Niassya, à moins de 15 kilomètres de Ziguinchor. L’arrondissement de Niaguiss, auquel le gouvernement veut rattacher «la forêt des Baïllottes», se trouve à 17 Kilomètres de Bourofaye, à 28 Km de la forêt de Bofa.

 

Aussi, dans son communiqué, le gouvernement a laissé entendre que « les tueries ont démarré à 16h30. » C’est faux. Totalement inexact. Parce que, des résultats d’enquêtes rondement menées par nos reporters, sur place, comme par les contacts occasionnels que nous avons, sur le terrain, c’est depuis le matin du samedi 6 janvier et l’arrivée des premiers coupeurs de bois, dans « la forêt des Bayottes », que le drame a commencé à se dérouler. « Les rebelles s’étaient dispersés, en petits groupes cachés dans les bois. Ils ont commencé à arrêter tous ceux qui rentraient dans la forêt. Et, ils nous ont rassemblé dans un endroit, sous la menace de leurs armes. De 7 heures, nous sommes restés jusqu’à midi, ignorant ce qui allait se passer. Et, soudain, ils se sont rassemblés et ont commencé à nous tirer dessus », a raconté un rescapé à Kewoulo.

 

Aussi, des informations confirmées par la gendarmerie, Kewoulo, qui a auditionné l’un des témoins oculaires de la tuerie, a appris que « le premier gendarme a été informé de la situation vers les coups de 15 heures. » Comme lui, un chef de village de la zone a témoigné avoir entendu des coups de feu qu’il pourrait situer « entre 12 et 13 heures. Mais, comme dans cette zone on est habitué à ce genre d’ambiance, personne n’y a prêté attention. » Si à ces témoignages probants et éminemment capitaux pour une éventuelle enquête judiciaire, on doit signaler que « la forêt des Bayottes » se trouve à une dizaine de kilomètres de l’aéroport de Ziguinchor et de son université, il y a de quoi avoir peur pour les populations.

 

Considérée comme une zone de guerre depuis les années 80 -avec le général Amadou Bélal Ly, en 1970, comme premier gouverneur militaire de la région-, la Casamance a vu de nombreuses parties de ses territoires échapper, peu à peu, au contrôle de l’armée et de l’Etat. En dehors de la haute Casamance et de la forêt de Balmadou, aucune forêt en Casamance n’échappe à la mainmise d’hommes armés ; qu’ils soient des mafiosi ou des combattants du MFDC.

 

L’année dernière, sur les traces des meurtriers du caporal Yves-Raymond Kanfany, j’avais essayé, avec mes équipes, de me rendre dans la forêt de Bofa. Nous avons été stoppés net au poste militaire de Soukouta, par un Sergent-chef très correct : « ici vous êtes en zone de guerre, seuls les hommes en armes sont ici. Je ne peux pas vous laisser passer. Sinon je serai obligé de garantir votre sécurité pour que vous puissiez faire votre travail. »

Une zone de guerre devenue un passoire…

 

Pourtant, alors que nous journalistes étions bloqués à ce poste, des paysans, eux, sur simple présentation de la carte nationale d’identité pouvaient passer. Au retour, ils devaient récupérer leurs pièces d’identité. Parce que « tout homme rencontré dans ces zones, sans pièce d’identité, est forcément un rebelle » si c’est l’armée qui le prend. Et si ce sont les rebelles qui l’ont pris, il devient aussitôt « un espion ». Et la sentence pour « les traîtres » est, souvent, la mort systématique. Parce que le MFDC n’a pas de tribunaux ni de prisons où garder des fauteurs de troubles. De témoignages obtenus auprès de la famille de Daouda Manga dit Vieux, un homme toujours porté disparu, « sa carte d’identité a été retrouvée au poste de contrôle des militaires. » 

 

Et de l’autre côté, des informations obtenues auprès de survivants de la tuerie comme des témoins oculaires ayant tout vu, depuis leur cachette, « les tueurs ont, d’abord, récupéré la carte d’identité de leurs victimes avant de les conduire à l’abri, regroupés dans un seul endroit. » A la lumière de ces témoignages revenus, en de nombreuses reprises, on doit se poser la question légitime de l’efficacité du quadrillage, par l’armée, de la zone. Parce que, si toutes les victimes sur lesquelles on a retrouvé une carte d’identité ont réussi à pénétrer cette zone de guerre, sans passer par un poste de contrôle de l’armée, cela est très grave, en cette période de lutte contre le terrorisme. Si des officiels leur aurait laissé pénétrer cette forêt avec leur pièce d’identité après les avoir contrôlés, cela est une faute impardonnable.

 

Parce que si ce sont les autorités qui leur ont facilité l’accès, pour quelles que raisons que ce soit -comme l’a laissé entendre le MFDC dans son communiqué d’hier- ça devient criminel. Quand on sait qu’après avoir échappé aux balles des assassins, les rescapés qui étaient venus donner la terrible nouvelle, sont ceux-là qui ont été obligés de retourner en brousse, chercher les blessés et les morts, il y a de quoi donner du crédit à la thèse de « saboteurs tapis dans l’ombre et travaillant, avec une partie du MFDC », comme l’a laissé croire Pierre Goudiaby Atépa qui a demandé au Procureur de la République de l’inviter à donner des noms.

Une caserne militaire située à 15 minutes du lieu du drame et pourtant…pas l’ombre de l’armée!

 

Puisque la zone militaire N°5 et son 25ème Bataillon de Reconnaissance et d’Appui (BRA) sont à moins de 5 Kilomètre de Bourofaye -8 minutes de voiture et jamais d’embouteillage sur ce tronçon- on ne comprend pas comment et pourquoi les Sapeurs pompiers -qui sont à la même distance que le 5eme BAT (6 Km et 12 minutes de voiture) – sont arrivés avant les militaires à Bourofaye.

 

Parce que, comme l’ont confirmé les gendarmes, les Sapeurs-pompiers n’ont pas pu accéder à la zone parce qu’ils attendaient l’arrivée de l’escorte de l’armée. « Et comme l’escorte de l’armée tardait à venir, ce sont les civils, eux-mêmes, qui sont retournés en brousse chercher les blessés et les cadavres. Et les ont livrés aux sapeurs-Pompiers, à Bourofaye », ont déclaré tous les témoins.

 

Si l’on sait que le lieu du drame est éloigné de presque 11 kilomètres de la Route Nationale N°4, -où se sont arrêtés les Sapeurs-Pompiers comme les gendarmes- et que munis, simplement de leurs charrettes et de leurs vélos, des rescapés sont retournés sur le lieu du massacre, on imagine le temps que cela a pris de rassembler tous les blessés et morts. Les mettre sur des charrettes. Et les conduire vers les premiers secours.

 

C’est un temps fou, pendant lequel, les assassins ont eu le temps d’effacer toutes traces de leur passage. Un gain immense de temps pour reconsolider leurs positions de défense. Un temps infini pendant lequel des civils ont été exposés à un danger réel ; en l’absence total des militaires payés, pourtant, pour nous défendre. Alors, si le colonel Khar Diouf, le commandant de la zone militaire N°5 demande, aujourd’hui, aux populations de ne pas céder à la panique et de compter sur lui et sur ses hommes, il y a, franchement, de quoi mourir de peur.

Babacar Touré

Directeur de Publications de Kewoulo

kewoulonews@gmail.com

 

3 Commentaires

  1. Toutes ces personnes qui ont demandé cette indépendance sont morts ils sont en enfer en ce moment je ne comprends pas pourquoi faire une enquête il faut ratisser tous ses villages ce sont eux les tueurs il faut les tué tous il faut en finir avec ses gens qui passent leurs temps à vendre de la drogue du bois tout le monde pour qu’ y est une paix en casamance.

Laisser un commentaire