Assassinat : Sur la trace des tueurs du caporal-chef Yves Kanfany

Samedi 18 juin 2016. Il est 10h 30 à Boutoute, un proche bourg à l’entrée Est de la ville de Ziguinchor. Sur les terres de ce village mythique de la Casamance est installée, depuis des décennies, la seule centrale à turbine qui permet à Ziguinchor d’avoir de l’électricité. La centrale de Boutoute -qui concentre le cœur de la cité- a fait l’objet de nombreuses tentatives de sabotage de la part des éléments supposés appartenir au MFDC, Mouvement des Forces démocratiques de Casamance. Boutoute, c’est aussi le village du caporal-chef Yves Kanfany, ce soldat d’une quarantaine d’années, assassiné ce jeudi 16 juin, par des éléments encore dans la nature. Retour sur les traces des assassins du soldat Kanfany….

IMG_1074

Yves…Kanfany. Un nom. Une histoire et une légende. Le nom, celui que porte des dizaines de familles mankagnes éparpillées entre la Guinée-Bissau et le Sénégal. Mais de tous les Kanfany, l’histoire de Ziguinchor a été marquée par l’empreinte de Marc. Tonton Marc Kanfany. L’un des tous premiers représentants de la loi à aller s’implanter à Boutoute, au tout début de la rébellion casamançaise. Marc, c’est l’homme de la légende, le fondateur de la dynastie Kanfany. Il est, aussi, celui par qui va passer la malédiction: avant Yves, c’est le père, Marc Kanfany, qui a été tué dans les mêmes circonstances. «C’était il y a 16 ans. Mon père a été assassiné de la même manière et jamais ses assassins n’ont été retrouvés», s’est indignée une des sœurs du caporal-chef.

16 ans plus tard, ça recommence

Mai, de l’an 2000. Il faisait très chaud à Ziguinchor et les premières gouttes de pluie n’avaient pas encore commencé à arroser la Casamance. «Au petit matin, on nous a appelés pour nous dire qu’on venait de découvrir le corps de tonton Marc, à Boutoute», se souvient un neveu du défunt policier. Égorgé, le policier avait été abandonné dans les carrières de sable de Boutoute. Et les tueurs ont simulé un meurtre exécuté par les rebelles. À en croire les témoignages recueillis auprès de ses proches, le policier était parti de chez lui avec une mallette dont personne ne connaissait le contenu. Mais, lorsque son corps a été découvert, la mallette avait disparu. Ce qui laisse entrevoir une piste crapuleuse. «Où un rituel, car l’égorgement étant un acte de sacrifice suprême en milieu païen», a témoigné une source judiciaire ayant requis l’anonymat. «Aussi, a-t-il poursuivi, tout laissait croire que Marc avait été tué ailleurs et son corps ramené sur les lieux de la découverte».

Quoi qu’il en soit, dans les heures qui ont suivi la découverte du corps de Marc Kanfany, la police judiciaire avait ouvert une enquête criminelle. «Mais jusqu’aujourd’hui, personne n’a été condamnée dans cette affaire. Le dossier ayant été classé. Si, 16 ans après, la même chose se reproduit, il est temps que les autorités judiciaires fassent leur travail, cherchent, retrouvent les assassins et les traduisent en justice», implore le vieux Boissy, un oncle du caporal-chef. Hier c’était le policier, aujourd’hui le soldat..

IMG_1070

L’insigne est-elle la cible des tueurs?

Rien ne semble le dire. Yves Kanfany, c’est d’abord un grand et beau garçon. Clair et fort. «Un homme de base», comme on les aime dans l’armée. «C’est aussi un déconneur, un taquin qui aimait faire rire son entourage», se souvient un promotionnaire du Collège Malick Fall de Ziguinchor. Dans le civil Yves était marié et père de famille. «Je ne connais pas bien sa femme et ses enfants, puisqu’ils sont à Dakar. Mais de tous ici, je suis le plus proche de Yves», se souvient Désiré Koffi Koissi, un cousin germain du père Kanfany. Désiré Koffi Koissy est né de père togolais. Sa mère est une des sœurs de Marc Kanfany. Il était aussi l’homme de confiance du défunt caporal-chef. Et a été l’un des tous derniers à avoir vu et parlé avec le militaire. «J’ai reçu son dernier coup de fil ce jeudi à 11h32mn», se souvient-il. Et depuis l’annonce de la disparition du soldat, l’homme de confiance s’est réfugié dans l’alcool, appelant de tous ses vœux que la lumière soit faite sur cet assassinat.

La veille de son assassinat, Yves était venu voir Désiré pour régler des petits problèmes d’intendance dans la maison paternelle de Boutoute où sont logés des militaires. Bien que résidant à Tilène, dans la banlieue de Ziguinchor – son père possédait une deuxième maison, à la cité Biagui- le caporal-chef aimait venir dans la propriété familiale de Boutoute où, en plus d’une maison sur le bord de route, un complexe avait été construit avec le plus célèbre des bars dancing de la zone. «Il n’y a plus que les ruines de ce complexe qui sont visibles», a témoigné une sœur qui pense que les assassinats dont sont victimes ses proches sont liés à la propriété foncière.

IMG_1072

«Personne ne va plus mourir ici»

«Ils peuvent prendre tout ce qu’ils veulent, mais qu’ils nous laissent en paix. Si ce sont les terrains qu’ils veulent, ils peuvent les prendre. Nous n’en avons pas besoin pour vivre», supplie-elle, dépitée. «Tout dernièrement, Yves Kanfany avait fait part de sa volonté de reconstruire le complexe laissé à l’abandon. Et pour cela, il avait acheté du sable et commencé à faire des briques», se souvient l’une de ses sœurs. «Mais, dès que sa mère l’a appris, elle lui a déconseillée de toucher à ces terrains. C’est alors que Yves est venu me voir pour me dire qu’il renonçait à son projet de bar-dancing. Et il avait commencé à investir dans l’élevage de porcs», témoigne Désiré Koffi Koissi.

Ayant enterré son projet de complexe, le caporal-chef avait acheté des porcs et avait confié leur élevage à Désiré. Après son service, il faisait le tour des cantonnements pour ramasser les restes des soldats -Niamou Mbaam- pour la nourriture de ses cochons. «Une fois, il avait pris un couple de cochon et l’avait amené à son cantonnement pour les y élever. Mais, il a été obligé de les vendre. Parce qu’il m’a dit que les cuisiniers militaires étant musulmans, ils lui avaient dit qu’ils ne voulaient pas de porcs dans le cantonnement», se remémore Désiré.

«Ce qui est troublant dans cette histoire, c’est que quand on se séparait, Yves m’avait dit : «je vais rentrer en brousse, mais on ne meure qu’une seule fois». Je lui ai dit que personne ne va plus mourir ici. On a rigolé ensemble et il m’a dit qu’il allait m’appeler dès qu’il arrive à Bofa», se souvient Désiré, les larmes aux yeux. Avant Yves et après Marc, c’est l’oncle de Désiré qui est mort de façon suspecte. « Il était parti en brousse. Et, c’est son corps qu’on y a retrouvé plus tard. Jamais personne n’a su comment il est décédé», soupire Désiré. Toute une succession de malheurs qu’il n’envisage pas voir se perpétuer.

IMG_1066

Ils le tuent et appellent sa famille au téléphone

Espérant que cela allait conjurer le mauvais sort, à 11h32 minutes, le téléphone de Désiré a sonné. Et, au bout du fil, le caporal-chef lui a déclaré être arrivé dans le cantonnement à Bofa. Mais, 30 minutes plus tard, c’est un coup de fil de Nazy K –un ami de Yves- annonçant la mort d’Yves Kanfany qu’a reçu Désiré. «J’ai d’abord pensé à une plaisanterie de mauvais goût. J’ai rappelé Yves à plusieurs reprises. Et, à chaque fois, je suis tombé sur la boite vocale», déclare-t-il.

Au préalable, après avoir abattu, par balle, le caporal-chef, le -ou les- assassin avait -avaient- appelé, à Dakar, l’un des frères de l’épouse du militaire pour lui annoncer son assassinat. «Aussi, c’est eux qui ont appelé la radio Sud Fm pour annoncer le décès du soldat», a témoigné une source judiciaire. Suivant les indications des tueurs, une patrouille de l’armée a découvert le corps de caporal-chef, à l’entrée de Guidel –où Djidel-, à une dizaine de kilomètres de Bofa, juste après Bambadinka. «S’ils pensaient qu’en tuant Yves ils auront réglé le problème de l’héritage de mon père, s’ils pensaient pouvoir accaparer nos biens, ils se trompent. Nous sommes nombreux et très soudés», a averti une des sœurs du défunt.

 

Babacar Touré

Senenews.com

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire