Affaire Kanfany: Voyage au coeur d’une énigme criminelle

Affaire Kanfany: Voyage au coeur d’une énigme criminelle

1

C’est à Dieu que les Kanfany ont confié leur chagrin. Les gendarmes comme le Kajin s’étant montrés incapables de procéder à l’arrestation des tueurs du caporal Yves Raymond Kanfany ; désormais, c’est devant l’Omnipotent que les Kanfany ont donné rendez vous aux tueurs. Pendant ce temps, à Ziguinchor, les ragots et leur lot de rumeurs essaiment. Plongez avec Kewoulo au coeur d’une famille ciblée et criblée par des balles d’assassins en liberté….

Yves le guerrier, le téméraire

Il était connu, très connu. Au CEM Malick Fall de Ziguinchor où le surveillant, Mamadou Lamine Diouaré, aimait lui faire porter le bonnet d’âne, au cantonnement de Bofa, nombreux sont les humains qui ont des choses à raconter sur «Yves le taquin». Mais aucun témoin, pour le moment, n’a décidé de délier sa langue pour apporter son soutien à l’enquête ouverte par la gendarmerie sur son exécution.

Plus d’une année après l’assassinat du caporal Yves Raymond Kanfany, les enquêteurs de la Légion sud de la gendarmerie territoriale n’ont pas avancé dans leurs recherches. Après avoir procédé à une première arrestation qui s’est avérée infructueuse, -parce que innocenté par des témoins-, les gendarmes continuent toujours de chercher leur suspect dans une zone où chacun a choisi son camp. Où on se guette du coin de l’oeil et balance sur qui on veut; selon les opportunités. Et, à la tête des hommes en armes qui sont en face.

Et quand la victime s’appelle Yves Kanfany, que sa réputation d’As de l’Artillerie l’ait précédé, ce n’est pas ceux qui lui veulent du mal qui manquent. Eternel bon vivant, capable parfois de gentils mots et orfèvre de la pique, Yves Raymond Kanfany était aussi connu pour n’avoir pas son pareil pour énerver ses adversaires. Doté d’une puissance physique au dessus de la moyenne, le soldat Kanfany, dont la modestie n’est pas le seul défaut, ne reculait jamais quand il faut faire face. Faire front. Quelles que soient les armes en face.

Est ce cette témérité qui l’aurait perdu?

Rien ni personne n’apporte de début de réponse à cette cruciale question. Pour sa part, Donatien Kanfany, l’oncle paternel et pilier désormais du clan voudrait, simplement, retenir que «c’est le jour de Yves qui est arrivé». Le Jour de Yves? Parlons-en! Le jour «de son jour», Yves avait déjà fait ses valises et quitté le cantonnement pour se rendre à Ziguinchor, voir ses parents.

De la capitale du sud, il devait embarquer pour Dakar où des instructeurs militaires l’attendaient pour son examen de CAT 2. «Mais, contre toute attente, il avait décidé de retourner en profondeur, à Bofa, alors qu’il savait les dangers qui étaient liés à cette zone», a précisé à Kewoulo.info l’un de ses oncles qui ne voudrait pas être identifié dans cette enquête.

Comme un signe du destin, « avec sa moto, il est tombé et tout le monde l’avait déconseillé de poursuivre sa route. Mais Yves n’a écouté personne » a fait remarqué Donatien Kanfany. A Désiré qui s’inquiétait de le voir partir seul, le soldat avait fait cette déclaration prémonitoire: « Je vais aller en brousse, mais on ne meurt qu’une seule fois ». « Non, personne ne va plus mourir ici », Lui avait lancé Désiré

Il avait senti sa mort

Auparavant, le soldat qui n’avait pas participé à la bénédiction de la chapelle de Kitor, le quartier de Djifanghor d’où est originaire sa famille, avait insisté auprès des siens pour qu’on lui remette un Lacoste fabriqué à l’occasion de la cérémonie commémorant l’événement. Vêtu de ce Lacoste, il s’est rendu à Boutoute, retrouver Désiré Koissy, son homme de confiance.

«Je lui ai remis la location que ses amis militaires -qui habitent la maison de Boutoute- ont payé ce mois. Ensuite, il m’a remis un sac et m’a demandé de le garder; le temps qu’il revienne de Bofa», s’est expliqué Désiré Koissy qui sera, plus tard, ostracisé par une partie des Mankagne.

Son tort à Désiré,  c’est d’avoir accepté de recevoir ce sac qui contenait tous les gris-gris et autre «anti-mort» du soldat; alors que ce dernier se rendait dans une zone de guerre. «Mais, comment pouvais-je savoir que Yves s’était débarrassé de tous ses gris-gris et les a mis dans ce sac, pour me les remettre ensuite. Je ne le savais pas.» S’est-il défendu.

L’héritage convoité

Mais, puisque les enjeux de l’héritage d’Yves Kanfany dépassent la modeste personne de Désiré Koissy, son innocence n’intéresse personne. Du coup, «un oncle l’a appelé et lui a demandé de quitter la maison où il vit depuis quelques temps et où Yves l’avait chargé de gérer les locations». La réalité est que cette maison qu’habite Désiré Koissy -et sur une partie de laquelle Yves voulait construire le maudit complexe, intéresse beaucoup de monde dans la famille. Il serait au cœur du mystère des assassinats des Kanfany.

S’insurgeant en faux contre cette affirmation, Donatien Kanfany, l’oncle est catégorique: «cette piste du foncier n’est pas la bonne».

Quand on lui signale que c’est au lendemain de la volonté, exprimée par Yves, de construire un complexe sur le site en question, -et suite à l’avis défavorable de sa mère de le voir toucher à ces terres-, qu’il a été tué, Donatien pense que «Yves avait arrêté le projet, parce qu’il n’avait pas les moyens pour construire». Et ne croit pas que l’assassinat ait, pour mobile, le foncier.

Le foncier pas au centre des assassinats

Pourtant, bien avant le fils, c’est le père, Marc Kanfany, qui a connu le même tragique sort après avoir voulu construire le même maudit complexe.

Le beau et tonitruant policier du commissariat central de Ziguinchor est originaire de Kitor, à Djifanghor. Dans ce village, Marc a très tôt gagné la confiance de tout le monde et certains, sur leur lit de mort, l’avaient appelé et lui avaient confié leur héritage.

«Tout ce qui a été confié à mon père est documenté. Et c’est à moi qu’il a confié tous ces documents que nous avons rendus aux héritiers en question», a déclaré à Kewoulo.info un des enfants Kanfany, terrorisé à l’idée de savoir les tueurs des siens en liberté.

Les terrains en question sont la propriété d’une autre famille Kanfany de Kitor. Mais du côté de la descendance de Marc, on a assuré avoir remis toutes les terres litigieuses.

Les Kanfany sont wanted

Qu’on veuille le croire ou non, il y’a bel et bien des tueurs professionnels qui traquent les Kanfany. Bien avant Yves et avant même que son père, Marc, ne soit assassiné, une folle rumeur avait circulé à Boutoute : Il se disait que des rebelles étaient à la recherche de Marc Kanfany. «On y croyait pas trop, mais tout le monde l’avait entendue», se souvient un ancien voisin du policier.

Soudain, un soir on a appris qu’un assassinat venait d’être commis à Boutoute. «La victime s’appelait Marc Kanfody. C’était un Mankagne, il habitait à côté de chez les Kanfany», se souvient un ancien chef de service, au commissariat de police de Ziguinchor.

Dès les premières heures qui ont suivi l’exécution et lorsque la nouvelle de la mort de Kanfody a été annoncée, des inconnus ont appelé pour s’assurer du nom de la victime.

«Ils se sont rendus compte de leur bévue. Ils voulaient atteindre Marc Kanfany, ils ont tué Marc Kanfody». Se souvient ce témoin, jadis au cœur de l’enquête.

Un Marc tué à la place d’un autre

Et depuis ce jour, conscient de la réalité du danger qui le guettait, Marc Kanfany -qui dormait à Boutoute- avait décidé de ne plus passer la nuit ici. Il rentrait tous les soirs avant la tombée de la nuit. «Mais, pour des raisons que nous ignorons, il est resté plus tard qu’à l’accoutumée, le fameux soir de sa mort». Regrette une des filles du défunt policier.

Le jour de «son Jour», Marc kanfany avait tardé à sortir de Boutoute. Accompagné d’un jeune qui le transportait sur sa moto, (Nous avons décidé de taire le nom de ce témoin NDLR), il a été intercepté au sortir du village de Boutoute.

« Les assailants lui ont demandé de l’argent. Mais, soutient cette source jadis au coeur de l’enquête, comme Marc n’avait pas ou ne voulait pas leur donner de l’argent, ils l’ont descendu de la moto, obligé de les suivre dans la brousse et relâché son conducteur avant de le saigner vif« .

«Ensuite, ils ont tiré des coups de feu sur son corps, certainement pour alerter les militaires qui étaient basés à moins de 500 mètres de là. Je ne sais pas pourquoi ils ont tiré, mais c’est au couteau qu’ils ont tué mon père comme s’ils nourrissaient de la haine à son encontre», se souvient un des enfants Kanfany.

Il est mort à l’hôpital dans les mains de sa fille

Libre, c’est ce jeune conducteur de moto qui a conduit les militaires, situés à l’entrée de Ziguinchor, à l’endroit où le corps agonisant de Marc a été retrouvé. Acheminé d’urgence à l’hôpital régional de Ziguinchor, Marc s’est confié aux enquêteurs dépêchés à son chevet.

«Il nous a parlés d’une de ses filles qui était sa confidente. Et qui pourrait être en danger. Marc nous a donnés sa localisation et aussitôt un convoi escorté par les militaires a été lancé à la recherche de sa fille que nous avons trouvée au Cap Skring. Nous l’avons réveillé, en pleine nuit, et conduit, habillée juste de son pyjama et sans chaussure, au chevet de son père.» C’est dans les bras de sa fille que Marc Kanfany a rendu l’âme après s’être confié à elle.

Pourquoi autant d’acharnement sur les Kanfany?

Nul ne le sait ou n’a voulu nous le dire. Par contre, comme cet enfant Kanfany qui a témoigné, un ami du défunt policier croit savoir que «Marc Kanfany venait de recevoir 1 million de F. CFA qu’il comptait investir dans l’achat et le commerce des noix d’acajou.» Pour l’ami et ancien collègue, «ce sont les concurrents sur ce marché des noix d’acajou qui l’ont vendu aux rebelles. Mais, au moment de son interception, Marc Kanfany avait déjà dépensé tout son argent« .

Très au fait de cette histoire, un ancien gendarme a cru savoir qu’en quittant Boutoute, Marc avait planqué le reste de son argent en cours de route. «Après que nous ayons ouvert l’enquête, on a interpellé le jeune conducteur qui l’accompagnait ce fameux jour. Et ce dernier avait remis les 85 000 F. CFA qui restaient de cette somme.» Et il a fini par être écarté du dossier bien que surveillé, pendant un temps, par les gendarmes.

La cérémonie de Kajin organisée lors des funérailles de Marc Kanfany avait aussitôt désigné un vieux de Boutoute comme un des instigateurs de l’assassinat. Interpellé, Louis Nzalé, un faux repenti du MFDC et véritable agent double a longuement été entendu par les enquêteurs.

Ne trouvant rien de concret qui l’impliquait, la gendarmerie l’avait remis en liberté. Ce natif de Boutoute, résidant vers le cimetière, n’a pas longtemps survécu à Marc Kanfany. A la cérémonie de Kajin organisée à ses funérailles-à lui-, son corps a reconnu que l’homme avait participé à l’assassinat de Marc Kanfany.

1 COMMENTAIRE

  1. Waw quelle histoire… Et qu’est ce qu’il en devient pour les meurtriers de Yves. Le suite svp article très intéressant qui nous faire revivre les réalités en terres de la basse casamance. Bravo a toi et que dieux te garde et protége ta famille.

Laisser un commentaire