Editorial : Casamance, le temps des charognards! (Par Babacar Touré)

Editorial : Casamance, le temps des charognards

 Après « les chiens de guerre » voici « le temps des charognards. » Le temps des experts à deux balles qui pensent qu’ils peuvent faire feu de tout bois. Y compris avec un drame si odieux que même le diable n’a pas voulu endosser sa paternité. Cheikh Yérim Seck, Jean-Paul Diaz, sont venus grossir le rang de ces faussaires qui veulent faire commerce de ce dossier qui ne peut, nullement, être un fonds de commerce.

Alors que les familles endeuillées n’ont pas encore fini d’enterrer leurs morts, les voila confortablement installés sur des plateaux de télévision, dans des studios de radio et, à longueur d’Une de journaux et de site internet, pinaillant sur la Casamance. Sur ma Casamance. Déblatérant sur un drame qui ne les a jamais émus.  Discutant d’un dossier hautement sensible qu’ils croient connaitre parce, tout simplement, ils ont, un jour, eu la chance de mettre les pieds à Ziguinchor. Ou d’avoir lu les conclusions, hasardeuses, d’experts douteux.

A LIRE AUSSI: Editorial: Les chiens de guerre (Par Babacar Touré)

Après un temps d’hibernation imposé par les aléas de la vie, l’ancien rédacteur de JeuneAfrique qui nous est revenu dans l’espace médiatique, à la veille de l’élection présidentielle -il parait que c’est la période des traites pour les journalistes- voudrait que, à l’unanimité, on taise nos querelles et nos questionnements. Et qu’on suive, aveuglement, le gouvernement dans sa politique de traque des criminels qui ont assassiné de pauvres bucherons dans la forêt des Bayottes.

Comme de simplets caudataires moutonniers, le culotté Cheikh Yérim Seck voudrait qu’on laisse une chape de plomb s’abattre sur la Casamance avec comme conséquence le retour des campagnes de délation suivies d’arrestation tous azimut, comme on en a connues sous Mamadou Abdoulaye Dieng -que Dieu efface ses œuvres de la mémoire collective et que périssent toutes les mains qui ont tué des innocents, en Casamance….

A LIRE AUSSI: Tuerie de la forêt des Bayottes: Ces légèretés qui prouvent l’amateurisme du gouvernement sénégalais

Dans une chronique douteuse qui pue la plume du communiquant, Cheikh Yérim Seck voudrait que l’on ne critique pas l’action gouvernementale. Que l’on ne pose pas de questions. Et qu’on accorde à Macky Sall cette obséquieuse unanimité que même Dieu, Allah, n’a jamais eu auprès de ses créatures. Quelle insolence ! Quelle belle connerie !

Après Cheikh Yérim Seck qui veut que l’unanimité consentante soit faite autour de l’action -ou de l’inaction- du chef de l’Etat -donc de l’armée-, c’est Jean Paul Diaz qu’on a aperçu tournoyer au dessus de « la forêt des Bayottes », dédouanant les combattants du MFDC. Et tentant de désigner d’insaisissables « barbares étrangers » qui n’auraient rien à avoir avec la Casamance.

« Egorger, ne fait pas partie de la signature du MFDC« , a déclaré le président du lugubre BCG, un parti politique dont les militants ne se limitent qu’à Jean Paul Diaz, lui-même, et certainement à sa femme ; puisque son seul fils, connu, Barthélémy Diaz, n’a jamais adhéré à ce machin….

De quel MFDC parle Jean-Paul Diaz ? De celui créé le 4 mars 1947 par Ibou Diallo, Emile Badiane, Dembo Coly, Mady Cissokho, Victor Diatta de Mansor et Nialoum etc. Ou bien celui réactivé dans les années 1980 et dirigé par l’Abbé Augustin Diamacoune Senghor, Sidy Badji, Chérifo Bassène, Edmond Bora et dont l’idéologue est Mamadou Nkrumah Sané ?

Il faut savoir de quel MFDC parle Jean Paul Dias. Parce que si le premier MDFC a toujours été pacifiste et purement politique et a aussi permis à Léopold Sédar Senghor de dominer Lamine Guèye, pour prendre le pouvoir à Dakar, le MFDC new-look, lui, a été radical dès ses débuts et après la tuerie perpétrée, par la police, sur ses militants le 26 décembre 1982.

Sécessionniste, belliqueux, le MFDC a marqué sa naissance par le sang. Ahmeth Kounta, sa première victime, a été égorgé comme un poulet. Comble de l’infamie, il a été assassiné devant sa femme et ses enfants, à Lyndiane. Son seul tort est qu’il a été très proche de Mamadou Abdoulaye Sy, l’ancien maire socialiste de Ziguinchor.

Pour justifier cet acte odieux, le MFDC a dit qu’il était impliqué dans des opérations illégale d’attribution de terrains, de Casamançais, à des Nordistes. A la suite de cet assassinat perpétré en février 1983, de nombreux pères de famille ont été tués à l’arme blanche, partout en Casamance.

Dois-je rappeler que le lieutenant de gendarmerie, Amadou Tidiane Gadio, le grand-frère de Cheikh Tidiane Gadio, l’une des toutes premières victimes militaires du Sénégal, a été passé à l’arme blanche à Djabir, en face de ce qu’est devenue aujourd’hui l’université Assane Seck de Ziguinchor ? Alors, si en ce 6 janvier 2018, des hommes ont été égorgés parce qu’ils se sont rendus coupables de « coupe illégale de bois », l’histoire n’a fait que bégayer. Tristement.

L’acte commis à Boffa Bayottes avec l’assassinat de 14 personnes est si ignoble que personne n’osera le revendiquer ouvertement même si des téméraires inconscients essaieront, toujours, de lui trouver des justifications. Parce que sur l’échelle des crimes, il y a des atrocités que même le diable refuse d’endosser la paternité. Ces assassinats perpétrés dans la foret des Bayottes doivent être sanctionnés. Mais, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac.

Il ne faut pas bombarder toute la forêt comme certains voudraient, aujourd’hui, qu’on le fasse. Parce que, quelque part, dans cette forêt touffue des Bayottes, vivent de nombreuses espèces d’animaux rares et protégés, trônent de majestueux arbres millénaires comme de paisibles citoyens sénégalais qui n’ont jamais tué une mouche. Et nous n’accepterons pas qu’ils soient emportés par le souffle des bombes vengeresses de l’armée.

Babacar Touré

Directeur de Publications de Kewoulo

PS : J’ai grandi avec les enfants d’Ahmeth Kounta. Et depuis lors la famille ne s’est jamais remise de cet assassinat barbare que Chérifo Bassène, l’auteur présumé, a toujours nié avoir commandité malgré sa condamnation à la perpétuité.   

 

1 COMMENTAIRE

  1. Waw très jolie article mon frère encore une fois tu viens de prouver ton professionnalisme et la maîtrise des sujets que tu traites. Oui les conflits en Casamance sont comme la france et ces colonies cest le sauve qui peut. Car cette guerre a bien un début et fondement qu’aujourd’hui nous connaissons tous nous fils de la verte et belle Casamance et nous n’accepterons plus jamais qu’elle soit endossée a ces nobles et dignes fils. Nous disons a la tuerie en Casamance. Oui je suis la Casamance, oui je fils, mère et enfants de la Casamance.

Laisser un commentaire