Urgent: Fusillé à bout portant, le jeune Malang Diané est entre la vie et la mort

Urgent: Fusillé à bout portant

Il s’appelle Malang Diané et est âgé d’une vingtaine d’années. Il est actuellement admis dans le service de réanimation de l’hôpital régional de Ziguinchor, après avoir passé des heures au bloc opératoire de cette structure sanitaire de la capitale de la Casamance.

Malang Diané est la dernière victime des hommes armés qui sévissent en Casamance. Originaire du village de Singhère, ce jeune est actuellement en soins intensifs, entre la vie et la mort, après avoir lutté toute la journée de ce dimanche pour rester en ce monde. Et des dernières informations obtenues par Kewoulo.info, auprès de la structure sanitaire, « ses chances de survie sont minces. »

Tout est parti d’une opération de cueillette de noix d’acajou que les jeunes du village de Singhère Baïnouck ont organisé ce matin. Avec un de ses copains, Malang s’est rendu au village de Bilass pour cueillir les noix d’acajou. Et comptaient les vendre aux négociants indiens qui, en cette période de récolte, achètent le kilogramme à 850 FCFA; une grosse économie pour ces jeunes désoeuvrés et pris en tenaille entre l’armée et des hommes armés supposés appartenir aux MFDC. Une économie de guerre pour les rebelles du MFDC.

Village martyr de cette guerre imposée à la Casamance -le terme gentil est crise casamançaise-, Bilass qui est rattaché à la région de Ziguinchor est à la lisière de celle de Sédhiou. Ici, depuis 1991, le village est vidé de ses habitants, éparpillés un peu partout à travers la Casamance, la Gambie et la Guinée Bissau.

Et leurs bétails, leurs demeures comme leurs plantations sont depuis sinon occupés, squattés par des éléments armés supposés appartenir aux MFDC. Et ce sont ces combattants -qui y font des visites inopinées- qui ont surpris la bande de fouineurs, ce matin, vers les coups de 10 heures.

Considérant les jeunes comme des « voleurs » de leur butin de guerre, les combattants du Mouvement des forces démocratiques de Casamance sévissent durement à l’encontre des populations qu’ils accusent sinon de collaboration, de connivence avec l’armée sénégalaise.

Alors, « sans sommation, les rebelles ont ouvert le feu sur nous. Et c’est dans ces conditions que Malang Diané a été touché. » Nous a racontés un compagnon de la victime.

Touché dans le dos, Malang Diané qui ne pouvait pas courir a été abandonné par ses deux  camarades qui étaient avec lui. « Mais, guidé par un sens élevé de survie, le blessé a réussi à se traîner sur plusieurs dizaines mètres avant de s’affaler à l’ombre d’un arbre. » Nous a confiés une source médicale. « Les balles reçues dans le dos sont encore logées dans son corps et le bas-ventre semble avoir été le plus visé« , a déclaré la source médicale.

Parvenue au village, l’information a fait l’effet d’une bombe. Et c’est après de longues heures d’hésitation et malgré la réalité du danger que les populations ont décidé d’aller à la recherche de Malang Diané. Retrouvé dans la forêt de Bissine, grâce aux traces de sang qu’il  a laissés derrière lui, le jeune a été découvert inconscient. Et complément vidé de son sang.

« Nous l’avons conduit à Singhère Moricounda où une ambulance de Goudomp est venue le chercher pour l’évacuer vers Ziguinchor« , a déclaré à Kewoulo.info un proche de la victime. Ce proche, à cause de la sensibilité de la question, a requis l’anonymat.

Considéré comme une zone échappant à la souveraineté de l’Etat du Sénégal, le terroir est considéré comme « très dangereux. » C’est dans ce coupe-gorge, où ne se promènent que des hommes armés, qu’en une journée, le 21 Novembre 2011, une dizaine de personnes avait été tuée.

Les assaillants, depuis lors, n’ont jamais été appréhendés. Et la semaine dernière, ce sont 57 boeufs qui ont été arrachés à leur propriétaire dans le même no man’s land. A chaque fois, les militaires informés tardivement n’ont rien pu faire pour empêcher à ce citoyen de se faire détrousser ainsi.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire