Fusillade de Bilas: ce que l’on sait du drame de cette partie de la Casamance

Fusillade de Bilas: ce que l'on sait du drame

Toujours en soins intensifs à l’hôpital régional de Ziguinchor, le jeune Malang Diané semble être sorti de la zone rouge même si les chances de retrouver l’intégralité de sa motricité sont minces.

Après avoir passé la nuit à attendre une hypothétique opération chirurgicale qui n’a, finalement, eu lieu que le lendemain, des langues ont commencé à se délier. Et si personne ne prend le risque d’assumer la paternité du shoot du jeune homme, chacun se trouve des excuses.

A LIRE AUSSI: Urgent: Fusillé à bout portant, le jeune Malang Diané est entre la vie et la mort

A Singhère, village Baïnounck, des nombreux témoignages recueillis par kewoulo.info, il ressort que les jeunes avaient toujours été avertis par les éléments des Forces démocratiques de la Casamance à chaque, veille de cueillette des noix d’acajou, de ne pas s’aventurer dans les zones sous leur contrôle. Des villages abandonnés par leurs prioritaires et dont les plantations comme le bétail sont considérés comme des prises de guerre devant servir à nourrir et financer la guerre des sécessionnistes casamançais.

De sources proches du MFDC, même si on ne dément pas être à l’origine des tirs sur le jeune Malang Diané, les combattants se sont trouvés des excuses qui tiennent peu vu la gravité des faits. « Nous savons que des militaires, qui n’ignorent pas que cette zone est sous notre contrôle, utilisent les villageois en éclaireurs. Et, c’est d’abord les jeunes qui viennent chercher les noix d’acajou. Et, si nous les laissons faire, ce sont les militaires qui viennent, après pour les cueillir« , a déclaré un responsable du mouvement rebelle.

De 500 FCFA, on se retrouve à 1000 F le Kg de la noix d’acajou

De ses justifications, on peut retenir que c’est, certainement, pour prévenir les militaires qui voudraient s’adonner à la cueillette des noix d’acajou que Malang Diané a été shooté. Avec l’exemple qu’il doit constituer, de nombreux villageois renonceront, certainement, à s’aventurer dans ces zones désormais contrôlées par des hommes armés et échappant à tout contrôle de l’autorité de l’Etat du Sénégal. Bien que dissuasif, le message pourrait ne pas être saisi; vu le pouvoir d’attraction de la noix d’acajou sur ces populations entièrement démunies et désoeuvrées.

Mais, aussi, sur des militaires qui voudraient arrondir leurs fins de mois. Et quand on sait que, en une matinée, on peut facilement se faire 50Kg de noix d’acajou, dans cette brousse où le produit pourrit sous le soleil, beaucoup de gens sont prêts à courir le risque. Jadis cédé à 400 voire 600 FCFA (1euro) le Kilo, la noix d’acajou est cédé, maintenant, à  950 F CFA. « Et depuis le dimanche après les tirs de Bilas, le kilogramme est vendu à 1000FCFA« , a soutenu notre source proche du MFDC. Et des accrochages auraient opposé des militaires à des fractions du MDFC présentes dans la zone de Goudomp.

Au delà du cas Malang Diané, le vol de bétail qui a cours actuellement dans la zone serait expliqué, en partie, par les cérémonies de circoncision organisées par les Manoj en Guinée Bissau. « Et, pour montrer sa bravoure et prouver qu’il mérite le statut d’homme, un jeune Manoj doit être capable de voler du bétail. Le plus grand troupeau et le mieux gardé, s’il le faut« , a annoncé un chef coutumier de Samine qui a requis l’anonymat.

   Des brigands de grand chemins confondus à des rebelles

Il se trouve que la plupart des troupeaux, aujourd’hui, sont sinon sans berger, gardés par des jeunes de 11 voire 16 ans sans défense. Alors que les Manoj, jadis armés que de simples coupe-coupes et de flèches et qui usaient de subterfuges ou de pouvoirs mystiques pour détrousser leurs victimes, sont aujourd’hui munis de Kalashnikov et n’hésitent pas à ouvrir le feu sur les victimes qui refusent de se laisser voler. Aussi, ces Manoj aidés par des brigands de tous bords n’hésitent pas à sous-traiter certaines de leurs cibles, en faisant appel à des crapules.

C’est ce qui est arrivé, tout dernièrement, à Ngoré-Signou, un patelin couru dans la zone parce que carrefour commercial, à cheval entre la Guinée Bissau et le Sénégal. Deux jeunes Sénégalais -l’un est originaire de Colobane, à Dakar et le second est de Diourbel, au coeur du Baol-, se sont fait arrêter par des populations fatiguées de subir des braquages répétés dans la foret de Maké -coté guinéen tout près de la borne 139 de notre frontière commune-  et attribués aux rebelles du MFDC. Conduits au poste de police, Bissau-guinéen, les deux malfrats ont été gardés à vue pendant plusieurs jours.

Informés à temps, le préfet de Djibanar, au Sénégal, et le commandant de la brigade de gendarmerie de Samine devaient solliciter une entraide judiciaire pour demander l’extradition de ces deux braqueurs qui, pendant des semaines, ont mis la zone sous coupe réglée. « Mais, après 14 jours de détention, chez les Guinéens, et avant même que les autorités sénégalaises ne déclenchent la procédure d’extradition, on a appris que les détenus se seraient évadés. Ils sont depuis lors introuvables. » A déclaré, dépitée, une source administrative.

Laisser un commentaire