Naufrage en mer de chine : les impacts sur l’environnement

    Naufrage en mer de chine

    La pollution générée par le naufrage d’un pétrolier, début janvier, prend de l’ampleur en mer de Chine.

    Naufrage en mer de chine : Le navire transportait une forme volatile d’hydrocarbures. Il s’agit du premier accident de ce type dont il est difficile d’évaluer l’impact.

    Faut-il craindre une des pires pollutions maritimes de ces dernières années ? Le 6 janvier, le pétrolier iranien Sanchi a pris feu après une collision avec un navire de fret chinois, en mer de Chine, à environ 300 kilomètres à l’est de la ville de Shanghai. Il a brûlé pendant une semaine avant de couler entièrement, le 14 janvier.

    Le navire transportait 136 000 tonnes de condensat au moment de la collision, un hydrocarbure non-raffiné particulièrement volatile. En plus de cette cargaison, le Sanchi disposait à bord d’environ 1 000 tonnes de diesel lourd pour faire tourner ses machines.

    Des images prises par satellite ont permis de détecter trois nappes s’étalant au total sur 332 km2, a indiqué dimanche 21 janvier, dans un communiqué, l’Administration nationale chinoise des océans. Une surface qui a triplé en l’espace de quatre jours, selon des chiffres du gouvernement chinois.

    Une pollution atmosphérique redoutée

    C’est la première fois qu’un tel accident se produit. Jamais un pétrolier transportant du condensat n’avait brûlé et coulé ainsi, selon les données récoltées par le Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre), basé à Brest.

    Laisser un commentaire