Casamance: Après 28 années d’exil, les populations de Bissine, de Bilas et d’Albondi ont retrouvé leur paradis perdu

Casamance: Après 28 d'exil

Fin d’exil pour les populations de Bissine, Bilas et Albondy. Après plus de 28 ans sans la présence de ses habitants, ces 3 villages de Casamance, qui sont devenus des sanctuaires du MFDC et d’hommes armés non identifiés, ont reçu la visite de leurs anciens propriétaires. Revenues dans leurs villages pour reprendre leurs droits à la nature, les populations ont laissé couler des larmes quand elles ont découvert certains endroits remplis de souvenirs du bon temps.

C’est en petits groupes qu’ils sont descendus des camions de l’armée qui les a transportés, hier, sur les lieux. Sur ces terres imaginées -et non imaginaires- dont les uns n’ont de souvenirs que les récits des soirs de grands coups de blues -que les psychologues appellent le traumatisme de l’exil- de leurs anciens évoquant “leur paradis perdu.” Et, alors que tout le monde affichait un large sourire, heureux de s’être retrouvé dans ce village hanté, l’un d’eux s’est arrêté. Et, s’est demandé s’il se trouvait bien sous le plus grand fromager du village de Bissine. Puis, convaincu de s’être retrouvé, il s’est tourné vers ses jeunes accompagnants: “Beau gars, Sambou. Je crois que vous n’étiez jamais venus ici?” Et lorsqu’il a eu l’assurance que c’était la première fois que ses accompagnants venaient sur ces lieux, il s’est lancé dans ce genre de soliloque dans lesquels l’auteur croit parler à des gens qui sont vraiment intéressés par son monologue.

A LIRE AUSSI: Casamance: Reprise des affrontements entre l’armée et des combattants du MFDC

C’est sous cet arbre que nous avons passé notre enfance. C’est le témoin de nos vies“. A, comme une ode au royaume perdu, déclamé cet habitant de Bissine Baïnounck à des jeunes adultes qui ne connaissent de ces villages martyrs que ce que leurs parents, au crépuscule de leur existence et pendant des moments de grands découragements, ont bien accepté laisser suinter de ces douloureux souvenirs qu’ils avaient décidé d’emporter, avec eux, dans leurs tombes. Pour ne pas, davantage, accabler leurs enfants souvent nés loin de ces terres de drame et héritiers, malgré eux, de ces histoires qui sentent la mort et les larmes.

Avant la survenance de ces histoires horribles, les villages de Bissine, de Bilas, d’Albondy, de Singhère et de tous ces petits hameaux hantés aujourd’hui étaient des havres de paix où les hommes cohabitaient avec la nature et les animaux. Des royaumes d’abondance et de paix. Il y avait toute sorte d’arbres fruitier, il n’ avait ni électricité ni télé mais les gens buvaient tout le temps du lait frais. Et on y mangeait à sa faim. Et, alors que personne ne s’y attendait, des hommes armés sont arrivés. Des rebelles du MFDC, d’abord. Puis ceux de l’armée. Ensuite, ce sont les affrontements armées qui y ont éclaté. Les exécutions extrajudiciaires on suivi. Les enlèvements se sont multipliés. Comme ont été érigés en règle des actes de tortures et traitements ignobles infligés, par les deux belligérants, à des pères de famille devant leurs enfants.

A LIRE AUSSI: Casamance: Ce que nous savons des affrontements armés de la forêt de Bissine

Conséquence de la démocratisation de ces crimes impunis, les délations systématiques, les emprisonnements sur la base de faux témoignages et de faux rapports d’enquête sont devenus monnaie courante. Pour ne pas être du lot de ces “victimes du conflit“, les populations sont obligées de partir. C’est le début de l’exil. Il a duré 28 ans, pour certains. D’autres n’en sont jamais revenus. Et quand tout ce beau s’est retrouvés, hier, dans ces villages retournés à la nature sauvage, les larmes ont coulé. “Personne n’avait pensé que ce jour allait arriver. Mais, pour chaque chose Dieu a donné un délai. C’est aujourd’hui le délai que Dieu avait prescrit, pour nous, de retrouver nos villages. Ce qui reste de ces villages.” A confié une dame émue aux larmes.

Au total, ils sont plus de 200 volontaires à avoir osé retourner sur ces terres hantées où de nombreuses personnes avaient, en 1992, assisté à l’égorgement de leurs maris, de leurs enfants; s’ils n’ont pas pris une balle de rafale. Ou tout simplement été emportés, à jamais, par des commandos de la mort. Mais, de tout ça, de nombreuses personnes ont décédé qu’il ne fallait plus en parler aujourd’hui. Pour permettre aux survivants comme à leurs enfants, nés à l’exil, de rêver, un jour au retour à Bilas, Bissine et Albondy; comme on l’a fait pour Singhère Baïnounck et Diola. Et cette fois ci, sous la surveillance permanente de l’armée qui y a érigé un cantonnement.

PARTAGER
Article précédentAffaire des faux billets : Bougazelli libre, ses complices restent en prison
Article suivantDeuxième retour de parquet pour Assane Diouf
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

2 Commentaires

Laisser un commentaire