Société: Pour avoir reconnu “les qualités” de Ousmane Sonko, l’inspecteur de la jeunesse de Ziguinchor viré

C’est une pratique digne des grandes dictatures staliniennes que le régime du président Macky Sall vient de faire usage. Moins de 24 heures après avoir signifié la fin de son compagnonnage politique avec le ministre Moussa Baldé et soupçonné de vouloir rejoindre Ousmane Sonko, l’inspecteur de la jeunesse de Ziguinchor s’est vu adresser une note de service qui acte sa mutation à Dakar. Désormais, il est envoyé à la réserve du service civique national pour “complément d’effectif”.

S’il y’a des gens qui ne comprennent toujours pas que l’animosité qui anime les autorités sénégalaises à l’endroit de Ousmane Sonko a dépassé la phase de la simple adversité politique, ils peuvent encore continuer à rêver debout. En effet, Kéwoulo, qui a appris la mutation du chef de service de l’inspection régionale de la jeunesse de Ziguinchor, a cherché à comprendre les non dits du départ précipité de Abdoulaye Seydi. Et ce que nous avons découvert est tout simplement ahurissant: à en croire des sources proches de l’administration, Abdoulaye Seydi a été viré pour avoir simplement cru que “Ousmane Sonko était un grand leader et une chance pour le Sénégal.” A les en croire, Abdoulaye Seydi, âgé de 33 ans, et originaire de Kolda n’a pas voulu se taire et assister impuissant au recul démocratique observé tous les jours au Sénégal et surtout l’interdiction notifiée à Yewwi de Ousmane Sonko de participer aux élections législatives de juillet 2022. Et, bien que n’étant pas membre du Pastef, Abdoulaye Seydi était le chargé de communication de la coalition “Sonko Président“, en 2019, à Kolda.

C’est au sortir de cette présidentielle et après le terrible affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr et ses conséquences sur la popularité du régime que le ministre de l’Agriculture, Moussa Baldé, originaire de Kolda, avait senti le besoin de se faire entourer par des jeunes cadres originaires du Fouladou. C’est dans ce contexte-là que Abdoulaye Seydi et d’autres jeunes ont décidé de sceller une alliance avec le ministre. “Toutefois, Abdoulaye Seydi a toujours voulu que les choses soient claires: il n’est pas de l’APR ni de Benno.” Bien que devenu l’allié du ministre Moussa Baldé, Seydi n’avait jamais été convaincu par la politique actuelle du gouvernement. Toutefois, il ne s’est jamais départi de son devoir de loyauté envers son ministre de tutelle, Néné Fatoumata Tall comme envers le gouvernement.

Inspecteur de la jeunesse depuis 2019, Abdoulaye Seydi a rejoint le poste de Ziguinchor en novembre 2020. Et bien que ne militant dans aucun parti, Seydi comme ses soutiens à Kolda étaient à la recherches des meilleures opportunités pour leur région. Et c’est dans ce cadre-là qu’il avait suscité de nombreux débats sociétaux dans le but d’améliorer la qualité de vie des Koldois. “En Aout 2020, Seydi s’était publiquement  offusqué du manque de fauteuil dentaire au sein de l’hôpital régional de Kolda. Et Moussa Baldé qui est le PCA de cet hôpital n’avait pas digéré ce qu’il a considéré comme un affront indigne d’un fonctionnaire.” Ont soutenu des sources koldoises qui ont laissé entendre que le ministre Néné Fatoumata Tall avait été actionnée pour “sanctionner” son “inspecteur rebelle”.

“Mais, des autorités originaires de Kolda s’étaient levées pour dire stop à cette manière mesquine de casser “un jeune visionnaire.” “Finalement, pour soulager les populations, c’est Mame Boye Diao, à ce moment il n’était pas le maire de Kolda, qui est venu au secours des populations. Et le ministre de Néné Fatoumata Tall n’avait exécuté le vœu de son collègue. Cette fois ci les choses sont allés vite. Après avoir, le lundi matin, envoyé sa lettre de “séparation de route” avec le ministre Moussa Baldé, l’inspecteur a reçu le mardi matin une note le relevant de ses fonctions: “Vous devez rejoindre le service civique national pour complément d’effectif.” Un effectif composé presque de militaires uniquement. Contacté par Kéwoulo, le ministre Moussa Baldé a fait savoir qu’il en est pour rien dans cette mutation de son “neveu” Seydi dont l’oncle a été son ami avec lequel il partagé le lit. Pour Moussa Baldé, “Abdoulaye Seydi est libre de ses choix. Il peut partir où il veut en politique.”  

 

Laisser un commentaire