Opinion: Résister et faire face, il n y a pas une autre alternative ! (Par Salmane AF Sow)

L’heure de la révolte a sonné car la résistance à l’oppression plus qu’un droit est aujourd’hui une obligation. Il est plus que jamais temps de tracer le destin de notre cher Sénégal. Macky Sall et son gouvernement doivent dégager. C’est maintenant ou jamais pour le Sénégal de faire face à son printemps démocratique.

Résistance, résistance et résistance il n y a pas une autre alternative que de reprendre le contrôle de la démocratie dans notre pays. Le peuple détient le dernier mot. L’expression de la volonté populaire doit prendre le dessus sur la violation des droits humains et de la liberté sous toutes ses formes. Alors place à la résistance, il faut se battre pour restaurer l’Etat de droit.
À l’image du Mali où le peuple souverain a triomphé récemment en faisant partir le président Ibrahima Boubacar Keita, le Sénégal ne peut rester derrière s’il aspire à un réel changement et un renouveau démocratique. Il y a dix ans, à la même saison, un vent de révolte soufflait en Tunisie, en Égypte et dans beaucoup de pays du Moyen Orient avec le printemps arabe. Sous les jougs de la dictature datant d’au moins deux décennies avec un autoritarisme béant et la privation des droits les plus élémentaires, les peuples tunisien et égyptien se sont levés et pour dire NON à la dictature, basta ! Trop c’est trop.
Ainsi ils prirent leur destin en main après de longues semaines de lutte à la place Tahrir pour l’Égypte et la place d’Al Kasbah pour la Tunisie, berceau de cette révolution historique dans le monde arabe.
Seule la lutte libère.
Nous devons le faire, si le Mali et d’autres pays l’ont réussi !
C’est une urgence car au moment où certains pays avancent et protègent leurs acquis démocratiques, au Sénégal, le piétinement des libertés individuelles et collectives font l’objet d’un constat notoire. Arrestations arbitraires, liquidation d’adversaires politiques, l’étouffement de la liberté d’expression et une insulte à la liberté de la presse sont entre autre le cocktail bouillant que le régime oppresseur de Macky Sall veut faire boire à la population.
Pourtant le 23 Juin 2011 une belle page s’écrivait pour notre démocratie sénégalaise. De vaillants hommes s’étaient battus pour faire triompher la démocratie en faisant respecter le président Abdoulaye Wade la volonté populaire, rejetant ainsi son projet de dévolution monarchique avec le quart bloquant qui donnerait plus de pouvoir à son fils. Ce dernier emprisonné après la chute du régime de son père puis élargi s’est même vu contraint à l’exil il y a quelques années de cela au terme du protocole de Doha conclu avec l’actuel chef oppresseur.
Le 23 juin était un tournant dans notre démocratie occasionnant la deuxième alternance qui a vu l’actuel oppresseur, Macky être élu au second tour malgré le forcing de Wade pour un troisième mandat. Chose que personne ne pouvait accepter. Aujourd’hui c’est encore le même son de cloche. C’est non à un troisième mandat. Le peuple exige le respect de la démocratie et des libertés. Mais le chef oppresseur ne l’entend pas de cette oreille. Obsédé par le pouvoir il emprisonne de dignes citoyens, piétine leurs droits et libertés, et martyrise la démocratie en éliminant des adversaires politiques sur son chemin : Karim Wade et Khalifa Sall en 2019 et éventuellement Ousmane Sonko en 2024. Ce dernier serait le dernier rempart à abattre…. Mais il faudra alors  « qu’il se salisse les mains » car ce sera à coup de sang.
Le 23 juin 2011 n’est à l’heure actuelle qu’un mirage. Il faudra dès à présent penser à écrire une nouvelle page de la démocratie pour le Sénégal. De la démocratie mineure il faut aller à celle majeure et mâture. Nous n’avons qu’une seule option : se battre pour faire triompher la démocratie, la liberté d’expression et les droits humains au risque de capituler définitivement face à la dictature Mackyavelique du Sall planton et ses alliés politiques comme religieux.
La résistance est une obligation, alors il faut user de tout droit légal pour faire entendre la souveraineté populaire. Ceux qui avaient 10 ans en 2011 ont aujourd’hui 20 ans. Ce sont plusieurs générations qui se retrouvent au cœur de cette lutte pour la souveraineté populaire. Il faut savoir que « chaque génération doit dans une relative opacité découvrir sa mission, la remplir ou la trahir » nous fait savoir clairement Franzt Fanon. Alors résistons ensemble et prenons en main notre Sénégal.
#AarSunuDémocratie
#resistance
#MackyDégage

Salmane AF Sow

Laisser un commentaire