« Pour ne pas créer de futurs mendiants professionnels on doit arrêter la mendicité des enfants », Niokhobaye Diouf

"Pour ne pas créer

Niokhobaye DioufDans un entretien exclusif accordé à la rédaction de Kewoulo.info, le directeur est est revenu sur de nombreuses questions qui tournent toutes autour de la protection de l’enfant en situation de précarité.

« La situation des enfants de la rue est une question qu’il faut prendre très au sérieux pour éviter que ces jeunes, en errance, ne soient récupérés par des réseaux terroristes. » Cet avertissement, qui mérite l’attention de tout le monde, est de Niokhobaye Diouf, le directeur de la protection des Droits de l’enfant et des personnes vulnérables. Invité de la rédaction de Kewoulo.info, celui qui a en charge la sensible question du retrait des enfants de la rue et leur retour dans leurs familles s’est dit compris par ses nombreux interlocuteurs: maitre coraniques comme parents des enfants talibés.

Résolument engagé dans sa mission d’assistance et d’aide à l’enfance, celui qui a été propulsé sur les devants de la scène au lendemain de la prise de cette mesure courageuse de retrait définitif des enfants des rues du Sénégal, Niokhobaye Diouf, a déclaré que « le plan d’action d’éradication de la mendicité a été institué au lendemain de la mort par incendie de 9 jeunes talibés à la rue 19X6 à la Médina. »

Quatre ans après cet événement douloureux, les autorités sénégalaises -qui veulent protéger les enfants- ont décidé de donner plus de moyens à la direction de l’enfance pour éviter à ce pays de « fabriquer des mendiants professionnels. » Et l’onction reçue par cette mesure de la part des Sénégalais comme de la communauté internationale semble être un hiatus pour le directeur des Droits des enfants de continuer son combat contre la mendicité infantile.

Aussi, M. Niokhobaye Diouf est d’avis que « il appartient à tous les acteurs de la société de se donner la main pour venir en aide à l’enfance sénégalaise; puisqu’elle constitue l’avenir de pays. » Face à la critique née au lendemain des premières images  d’enfants apeurés courant dans tous les sens pour échapper à la capture, par la brigade des mineurs, d’enfants errant dans les rues de Dakar, le directeur de l’enfance a reconnu une mauvaise interprétation de l’action de ses hommes. « C’est une mesure bénéfique pour les enfants qui, une fois arrivés au centre Guindi, montrent de nouveaux visages loin de ce que nous avions vus. Ils sont pressés de changer de vie. »

 

Laisser un commentaire