Guinée Bissau: « Beaucoup de Sénégalais croient que nous ne sommes que des guerriers, il faut que ces stéréotypes cessent », Domingos Simões Pereira

Le président du PAIGC et candidat déclaré au 2nd tour de l’élection présidentielle de la Guinée Bissau est dans nos murs. Arrivé hier à Dakar à la suite d’un petit comité, Domingos Simões Pereira a accordé son premier entretien de futur président à Kewoulo. En exclusivité, il s’est prononcé sur le regard péjoratif qu’ont les Sénégalais de leurs « frères » guinéens. Aussi, celui qui se veut l’espoir de la jeunesse guinéenne voudrait que l’on respecte les lois de la Guinée et considère le peuple guinéen comme majeur. Entretien exclusif.

Invité d’honneur de la rédaction de Kewoulo, Domingos Simões Pereira, le candidat du PAIGC au second tour de la présidentielle est dans la capitale sénégalaise. En prélude au second tour de la campagne présidentielle qui redémarre ce 13 décembre prochain, Domingos Simões Pereira aimerait que la communauté internationale respecte les guinéens dans leur volonté d’émancipation. Et ce vœu commence, à l’en croire, par le respect stricte du mandat communautaire qui avait donné aux forces ouest africaines d’intervenir dans son pays. « Je suis au regret de vous faire constater que le mandat initial des forces de l’Ecomib a été détourné. Les militaires de l’Ecomib avaient été déployées comme une contribution de la CEDEAO, pour stabiliser le pays et mettre en place les réformes. Cela n’a pas été le cas. Aujourd’hui, les forces sont employées pour sécuriser les institutions et les autorités guinéennes. » A déclaré Domingos Simões Pereira.

Pour le patron du PAIGC, c’est l’argent des contribuables communautaires qui est en train d’être jeté par la fenêtre avec la prise en charge de ces militaires. C’est pourquoi Domingos Simões Pereira a fait savoir qu’il rediscutera ce mandat communautaire, une fois élu président de la République. Aussi, même s’il prend des gants pour le dire, DSP croit que les Ouest-africains regardent son pays comme un peuple de guérilleros, « des gens qui font la guerre pour le simple plaisir« , et qui sont incapables de s’entendre autrement que par les armes. Ce serait, pour cette raison, qu’on leur impose, depuis plusieurs années, cette présence militaire étrangère. Pour cet enfant né pendant l’année de la guerre -en 1963- il est temps que son pays redevienne paisible et pacifique. Pour cela, il aimerait que les souffrances du peuple soient écoutées. Et que, contrairement à la grande démagogie que l’on connait aux politiciens, les hommes politiques réfléchissent aux voies et moyens nécessaires à mettre en place pour sortir son peuple de la misère.

Comme l’ancien président américain, Barack Obama, Domingos Simões Pereira voudrait que les pays africains se dotent d’institutions fortes pour faire oublier ces horribles souvenirs d’hommes forts, d’hommes providentiels, seuls capables de gouverner. « Parce que, paraphrasant la constitution américaine, les hommes ne sont pas des anges. » Aussi, celui qui se veut le digne successeur d’Amilcar Cabral a fait savoir que son pays, qui croit que seul Dieu est apte à tuer les humains, n’extraderait jamais un prisonnier ni vers le Sénégal ni vers la Gambie. Parce que au Sénégal la peine de perpétuité existe tandis que en Gambie la peine de mort n’a jamais été abolie. Aussi, Domingos Simões Pereira a demandé aux Sénégalais de s’approcher de son peuple et d’apprendre à le connaitre. « Aujourd’hui, de nombreux Sénégalais pensent que nous ne sommes que des guerriers. Et les Guinéens pensent que tous les Sénégalais sont des commerçants. Il est temps que ces stéréotypes cessent. » A déclaré DSP.

Laisser un commentaire