Recrutement polémique à la Mairie de Dakar : Les experts en Décentralisation, pas sur la même longueur d’onde

Recrutement polémique à la Mairie de Dakar : Les experts en Décentralisation, pas sur la même longueur d’onde

Le recrutement de Guy Marius Sagna et du Capitaine Touré à la mairie de la ville de Dakar par l’actuel édile de la capitale du Sénégal, Barthélémy Dias, continue de susciter un débat dans le milieu des experts en Décentralisation, qui ne dansent pas sur le même tempo.

Après le texte brandi par “L’As” quotidien, à savoir le décret n°2020-30 du 08 janvier 2020 fixant les organigrammes-types des collectivités territoriales, ou encore la sortie de l’expert en Décentralisation Adama Gueye sur les ondes de la RFM, pour, tous, estimer que le maire de la Ville a violé la loi, c’est au tour d’un autre expert de se faire remarquer, en apportant la contradiction.

Mansour Ciss, cité par le site d’information générale Seneweb.com, lui aussi expert en Décentralisation, estime que Barthélémy Dias n’a pas violé la loi. Il explique : « Barthélémy Dias a bien le droit de recruter un conseiller technique chargé de la sécurité et un autre chargé des questions sociales. Il est le seul apte à définir les besoins de la Ville qu’il dirige et d’y apporter des réponses ».

Mansour Ciss reconnaît que la loi impose un «organigramme pour chaque type de communes mais aussi pour les villes». Cependant, s’empresse-t-il de signaler, cela ne remet pas en cause le pouvoir discrétionnaire des maires en matière de recrutement. «Il n’y a pas de profil établi par l’État», martèle l’expert.

«Les gens font certains amalgames. Tout le personnel des mairies sont pris en charge par les mairies elles-mêmes, sauf le secrétaire général et le secrétaire municipal (qui sont payés par l’État, Ndlr)», n’a pas manqué de préciser Mansour Ciss.

Pour rappel, Barthélémy Dias a recruté Guy Marius Sagna comme Conseiller technique chargé des affaires sociales et de la réinsertion et le capitaine Seydina Oumar Touré en tant que Conseiller technique en charge de la sécurité urbaine. Si le premier est un activiste qui a préféré demander une disponibilité de son poste d’assistant social à Kédougou, le second, radié de la gendarmerie dans l’affaire « Sweet beauty », a perdu son contrat d’enseignement à l’IAM.

Laisser un commentaire