Plombé par un manque de moyens de fonctionnement: LANAC indexe le ministère du commerce

0

Un vent de révolte souffle sur le laboratoire d’analyse et de contrôle du Sénégal, LANAC. Des employés de cette structure qui dépend du ministre du commerce menacent, une fois de plus, de paralyser le service.

Anciennement laboratoire de la Direction du commerce intérieur, le labo d’analyse qui est chargé de contrôler la qualité des produits au Sénégal est actuellement en arrêt permanent. A l’origine de ces couacs, une révolte interne dirigée par un personnel à majorité composé de contractuels et qui, chaque jour qui passe, se rend compte de la précarité dans laquelle ils travaillent. Sur un effectif de 17 personnes, sont 12 des  contractuels et seulement 5 ont la chance d’être des fonctionnaires.

Et ce personnel composé  d’ingénieurs et de techniciens supérieurs a du mal à assurer le minimum vital à leurs familles respectives. Parce que lorsque leurs maigres salaires -entre 80.000 et 130.000 F CFA- sont disponibles, il est rare qu’ils puissent en disposer avant le 20 du mois courant, comme cela s’est passé en novembre.

Doté d’un budget compris entre 120 et 150 millions de F CFA, le laboratoire a du mal à mettre la main sur l’argent destiné à son fonctionnement quotidien. A en croire des sources proches de la direction de LANAC, « c’est le ministre du commerce qui gère ce budget au sein de son cabinet. »

A en croire ces sources, « ce budget est dépensé à des besoins autres que ceux du Labo. Et c’est le Dage du ministre Alioune Sarr qui le gère. » A Kewoulo, nous avons cherché à obtenir la version du ministre sur le sujet. Mais, comme ses services que nous avons contactés, le ministre a refusé de répondre à nos sollicitations.

Néanmoins, nous avons appris qu’au cours de son magistère, le ministre Alioune Sarr a changé 3 fois de Dage. Et des mal-pensants croient savoir que « le budget du Labo serait à l’origine de nombreux bisbilles entre le patron et ses collaborateurs. Et ce serait cela l’origine de leurs départs. » 

Pour l’exercice 2017, de sources proches du personnel affirment que, « ce sont plus de 5O millions de F CFA seulement qui ont été dépensés pour faire fonctionner le Labo. Et nous manquons de tout actuellement. » La direction du commerce dont dépend le Labo semble dépassée puisque n’ayant aucun moyen pour répondre aux besoins de fonctionnement du Laboratoire d’Analyse et de Controle.

Et de cette situation, les employés n’en veulent plus. Ils aimeraient que, à travers ces couacs notés, l’Etat prenne ses responsabilités et coupe le cordon ombilical avec le ministère comme avec la Direction du Commerce intérieur dont ils dépendent hiérarchiquement. Et qui, dans les faits, ne gère rien.

Au delà du personnel qui se plaint des retards de paiements et de la précarité galopante des employés –parce que certains employés sont là depuis presque 10 ans sans contrat ni perspective d’avenir– ces couacs ont failli causer la perte de l’accréditation de la vitamine A dans les huiles. Le COFAC qui a certifié le travail du LANAC avait menacé de retirer sa certification à cause du retard de paiement du laboratoire. C’est suite à de nombreuses relances, en 2016, que ces factures ont été honorées.

A cela s’ajoute le fait que les grèves intempestives enclenchées par le personnel met en péril la sécurité des populations à Dakar. Parce que, au cœur de ce laboratoire implanté à quelques mètres de sites hautement stratégiques, se trouvent de dangereux produits chimiques comme « le Mercure, le Plomb, l’Aluminium et tous types imaginables d’acide sulfurique comme des SA. »

Laisser un commentaire