Médina 3: Le quartier assoiffé qui vit à l’ombre du plus grand forage de Kaolack.

0

Comme tous les quartiers périphériques des grandes agglomérations d’Afrique, Médina 3 connaît un sérieux problème d’approvisionnement en eau.

Mais ici, le paradoxe est saisissant, car le lieu abrite l’un des plus grands forages d’eau de la commune de Kaolack. Même si l’adage veut que: » le coordonnier soit le plus mal chaussé « , à Médina 3, ce fatalisme n’est pas partagé, les femmes, principales victimes des corvées d’eau qui durent à longueur de journée, et les jeunes du quartier préparent la première  » révolte de la soif « .
Pour rallier Médina 3, on emprunte  » Tally Rail bi », une route goudronnée qui était jadis la voie ferrée qu’empruntait le célèbre train » Express », d’où son appellation d’aujourd’hui, après la traversée des quartiers Médina Baye, Sam et Darou Rahmaty, dans le Nord de la commune de Kaolack, arrivé au grand terminus des bus Tata, on bifurque de 500 m vers l’Ouest.
L’imposant édifice du forage d’eau qui pointe à l’horizon, semblant narguer les habitants des maisons en construction et autres en pailles, indique qu’on est bien arrivé sur les lieux.  » Un forage creusé devant nos maisons sans qu’on puisse avoir de l’eau, c’est inacceptable. Tirer de l’eau des puits d’une trentaine de mètres de profondeur et en remplir des dizaines de bidons de 20 litres chaque jour, ça épuise nos forces et use notre santé. » se désole Barham Thiam.
« Regardez mes mains, tu vois la couche blanchâtre qui l’enveloppe, tu vois comme elles sont rugueuses, c’est ce calvaire qui est notre quotidien. » Se lamente comme un forcené, le jeune homme, habillé d’un jeans déchiré de partout, dont la couleur bleue n’est plus visible que par endroit, et d’un tee-shirt blanc en haillons qui laisse apparaître une torse squelettique, éprouvée sans doute par les assauts quotidiens de la fatigue.
Avant de terminer notre entretien avec le jeune homme, une horde de femmes, bassines sur la tête, en grande conversation, passent devant nous, elles viennent du puits qui se trouve derrière le quartier. L’une d’elle, Awa Ndao, une dame de teint clair, âgée d’une trentaine d’année, très élancée accepte notre demande d’entretien et nous invite chez elle.
« Chaque jour, on se lève à l’aube pour assurer la fourniture de la maison, dés fois quand les puits se tarissent, même la nuit nous trouve au niveau du point d’eau. Les herbes qui jalonnent le chemin foisonnent de rampants, on y a tué maintes fois des serpents, en saison des pluies comme en saison sèche. » nous confie -t- elle.
Suivant notre conversation de loin, Ousmane, son mari, un quarantenaire de forte corpulence s’approche de nous, un tabouret en main, s’assoit plus près, nous suit du regard, hésite et décide finalement à avouer son désarroi face à ce qu’il qualifie  » de mesquinerie politicienne « .
 » Pendant les dernières élections législatives, on avait décidé de boycotter tout le monde et de renvoyer les politiciens dos à dos. Mais ils ont déposé ici des tuyaux, ont juré que le démarrage des travaux d’adduction d’eau n’attendaient que la fin du vote, très naïfs, on les a crus, mais a l’arrivée ce n’était que du leurre, c’est nuitamment qu’ils sont revenus pour reprendre tous leurs matériaux.  » renseigne- t- il.
Autre fait singulier qui frappe tous les visiteurs de Médina 3, le bruit assourdissant d’une machine placée tout près du mur de façade du forage d’eau.  » C’est une machine de filtrage dont les prouesses ont été chantées ici en grande pompe par le maire de Kaolack Mariama Sarr mais pour nous qui ne pouvons pas obtenir de l’eau pour boire ou se laver, ce ne sont que des promesses chimériques, du bruit qui risque de nous rendre sourd à la longue », nous révèle le vieux Biteye dont la maison est à quelques mètres du forage, avec un brin d’ironie dont seuls les vieux du Saloum ont le secret.
Du côté de Babacar Thiam, l’adjoint du délégué du quartier de Médina 3, on pointe du doigt le défaut de lotissement comme étant la source de toutes les pénuries vécus par ses voisins.  » Du temps de feu de Sa Gounia Mbodji, le défunt délégué, la municipalité avait entamé des séances de repérage pour amorcer des lotissements mais face aux menaces de certains pères de familles dont les maisons étaient susceptibles d’êtres deguerpies, les travaux ont été arrêtés.
Des années après celà nous rattrape, sans lotissement, il nous sera très difficile d’avoir accès à l’eau.  » argue-t- il. Des propos qui n’ont aucun crédit aux yeux de quelques jeunes du quartier qu’on a retrouvé sous un grand manguier à l’extrémité Est du quartier, sirotant leur paisiblement leur thé.
« Que le maire, le délégué de quartier et tous ces politiciens arrêtent de jouer avec notre intelligence. Si l’État mobilisent ses services comme la police, les services du cadastre l’urbanisme, et l’hydraulique, en 24 heures, le quartier sera lotisee, donc qu’il arrêtent de masquer leur manque de volonté politique sous de faux alibis. » Assène Moussa, un jeune étudiant dans un institut privé de Kaolack qui vit dans le quartier avec son père.
À Médina 3, la colère et l’incompréhension des populations grandissent, d’ailleurs ils ont fixé le Maouloud comme étant la date butoire à laquelle les autorités municipales verront la première  » révolt de la soif » à Kaolack, si rien n’est fait pour mettre fin à leur calvaire.

Laisser un commentaire