Justice: Assane Diouf transféré de la prison du cap Manuel après le rejet de la chambre d’accusation

Justice: Assane Diouf transféré

L’activiste Assane Diouf va encore devoir rester en prison. Et cela pour quelques semaines voire mois de plus. La chambre d’accusation qui s’est penchée, ce mardi, sur son sort a décidé de le maintenir en prison jusqu’à son jugement.

Suite et pas fin de l’affaire Assane Diouf. L’activiste, arrêté en juin dernier et placé sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt du camp pénal, a vu son dossier plaidé devant la chambre d’accusation du tribunal de Dakar. Son avocat, Me Clédor Ciré Ly qui avait cru avoir décelé des vices de procédures dans le traitement du dossier pénal de son client avait saisi la chambre d’accusation pour faire annuler toute la procédure. Et obtenir la remise en liberté de « l’insulteur public » n°1 du Sénégal.

Convaincu de sa lecture du code de procédure pénale, l’avocat a argué que son client qui est domicilié à Guédiéwaye, arrêté par la police à Guédiéwaye, ne pouvait pas être poursuivi que par le parquet de Guédiéwaye. Et non celui de Dakar, vers lequel Assane Diouf a été transféré. Pour rappel, le tribunal d’instance de Guédiawaye a, depuis mars 2018, été transformé en un tribunal de grande instance. Et en matière de poursuites pénales, le législateur a prévu que « c’est le procureur de la République de la zone de commission des infractions qui doit être territorialement compétent pour poursuivre les auteurs des faits incriminés. »

Non convaincus de la pertinence de cette « ficelle », les juges de la chambre d’accusation ont rejeté la requête de Me Clédor Ciré Ly en lui faisant savoir que « cette disposition ne s’applique pas aux infractions commises par des moyens électroniques, sur internet et les réseaux sociaux. Et, par conséquent, le tribunal a rejeté le « pourvoi en incompétence. » Avec ce rejet, Assane Diouf reste, donc, en prison. Pire, alors qu’il avait commencé à prendre ses repaires au Cap Manuel, il va être transféré à la prison du camp pénal de Dakar. Le temps de son jugement.

Pour sa part, Me Clédor Ciré Ly, qui défend « l’insulteur public » n°1, a fait savoir qu’il allait se pouvoir en cassation contre « cette volonté du parquet de Dakar de le maintenir coûte que coûte en prison et de le voir jugé à Dakar. » Aussi, il a fait savoir qu’il ne tardera pas à déposer une demande de liberté provisoire pour son client. Pour rappel, c’est, encore une fois, pour ses insultes envers les autorités politiques et judiciaires du Sénégal que l’activiste, refoulé des Usa, a été arrêté. Dans son Facebook Live qui a précipité son arrestation, il n’a pas du tout été tendre avec le chef de l’Etat. Comme avec son entourage.

Laisser un commentaire