Complément d’Enquête: Quand les Bongo deviennent des voyous en France

Complément d'Enquête: Quand les Bongo

0

Après avoir longuement été généreux avec la France et ses dirigeants, les Bongo père et fils sont devenus, aujourd’hui, des anti modèles que les français veulent voir hors du palais présidentiel du Gabon. Hier adulés et protégés, les Bongo sont aujourd’hui présentés comme des voleurs. Retour sur l’origine de la discorde.

Presque « éternels amis » de la France, les Bongo qui avaient participé au financement occulte de toute la classe politique de l’hexagone sont aujourd’hui dans le viseur de la justice française qui a ouvert des enquêtes pour détournements de deniers publics. Après Omar Bongo Ondimba, un pantin utilisé pour sauvegarder les intérets de ELF France et qui a su retourner la situation, en sa faveur, en se rendant incontournable sur l’échiquier politique français, c’était au tour du fils Ali de perpétrer le legs. Mais, ce fils mal aimé du père et héritier de la Françafrique a décidé d’agir autrement: fini la courbette devant les français.

Pur produit de l’école française, Ali Bongo qui a passé toute son enfance entre Alès et Paris est arrivé au pouvoir dans un contexte nouveau: les biens mal acquis ont fait leur apparition sur la scène publique. Et l’opinion française n’accepte plus que des potentats africains volent les derniers publics de leurs pays et viennent les investir en France. ça tombe bien, dès les premières heures de sa prise de pouvoir, Ali Bongo Ondimba prononçant un discours historique à Libreville et devant Nicolas Sarkozy, alors président de la République française, avait déclaré terminée « la générosité gabonaise. »

A partir de ce moment-là, une page scabreuse venait d’être tournée. Et « Ali, le mal aimé des Bongo » que la France a rendu sympathique aux yeux des Gabonais va devenir un pestiféré, un médiocre qui n’aurait obtenu son Bac que grâce à l’entregent de son père -Omar Bongo- à qui la République française ne pouvait rien refuser. Ses réussites sont présentées comme des passe-droits. Et sa vie, la plus belle des arnaques. Comme si elle venait de découvrir des Secrets d’Etat, la France va se lancer dans une traque de ce qu’il est convenu d’appeler, désormais, « Les Biens mal acquis. »

Dans ce numéro Hors Série dénommé Spécial Gabon, de « Complément d’Enquête« , on y découvre une France stupéfaite du train de vie des Bongo. Un folie dépensière réalisée grâce à un système de corruption que cette même « vertueuse République française » avait aidé à mettre en place. Et qui a permis à tous les politiques français de se voir offrir des cadeaux par « Papa Bongo. » Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est un des « frères de sang » du Président Ali Bongo qu’on découvre dans ce film faisant des confidences sur « la haine et la méchanceté du président gabonais. »

Parce que après avoir introduit Ali Bongo auprès de Nicolas Sarkozy, Robert Bourgi, héritier de Mahmoud Bourgi, ce grand délateur et homme de main de la France en Afrique, s’est vu priver de ses privilèges. Le robinet des pétrodollars qui coulaient à flot lui ont été fermés sous le nez. Et cette situation a poussé Robert Bourgi à étaler toute sa « nouvelle haine » des Bongo dans ce film réalisé uniquement à charge.

Laisser un commentaire