Chronique: Matar Bâ, le ridicule d’un ministre spéculateur (Par Babacar Touré)

Chronique: Matar Bâ, le ridicule d'un ministre spéculateur

Accusé de prendre de l’argent à des citoyens pour ne pas, ensuite, respecter ses engagements, le ministère des Sports du Sénégal a jugé bon de monter au créneau et de se défendre. Mais, au lieu de chercher à solder ses comptes avec Gorgui Sy Dieng, ce sont les dénonciateurs de ses honteuses pratiques de bana-bana qui sont accusés de vouloir tirer profit du manque de son manque de crédit.

L’arrivée de Macky Sall à la présidence du Sénégal avait été vue et saluée -par une bonne partie de la population- comme l’accomplissement du combat d’un homme qui, face à la machine je m’en foutiste -je devais dire à la mafia d’Etat- instaurée et bénie par le vieux président, Abdoulaye Wade, devait rendre au citoyen sa dignité. Faire de lui l’Alpha et l’Omega de toutes les mesures prises, en son nom, par les politiques. Et lui permettre d’avoir un contrôle total sur la destinée des fonds que le commun a été obligé de mettre en place. En les lui confiant.

Mais, si le président Macky Sall peut se targuer de ne s’être jamais départi de sa promesse de rétablir la République des Valeurs -même s’il fait le contraire avec la cascade de prédateurs qu’il protège au palais-, le honteux comportement, des hommes et femmes censés rendre visible sa politique, offense notre dignité. Insulte notre intelligence et sème, dans la société, les germes d’une révolte citoyenne qui ne va pas les épargner. Il faut, franchement, être un spéculateur nommé Matar Ba pour ne pas entendre la volonté clairement exprimée des populations d’en finir avec des magouilleurs à col blanc.

Accusé d’avoir emprunté et refusé de rembourser les deniers d’un citoyen qui a eu la noblesse d’âme de vouloir sauver l’honneur du Sénégal au concert des nations, le maire de Fatick n’a rien trouvé de mieux à débiter que de nous dire: « ces spéculations ne peuvent pas me terrasser« . «Makhallah», à force de fréquenter les mastodontes de l’arène, Matar Ba confond les exigences de transparence dans la gestion des affaires publiques avec la lutte avec frappes ; sport dans lequel celui qui cogne, le plus violement, finit toujours par terrasser son adversaire.

Pour lui, tous ceux qui dénoncent sa mauvaise gestion du ministère des Sports, tous ceux qui s’insurgent contre la réputation de mauvais payeur qu’il est en train de façonner à ce ministère, ne sont que de mauvaises langues qui cherchent à le salir. À dénigrer l’Etat -puisqu’il se prend pour l’Etat et non le serviteur de l’Etat. Et pourquoi ne dit-il pas qu’on veut tous lui voler sa place, pendant qu’il y est dans sa vadrouille intellectuelle ?

C’est cette même posture irresponsable et nihiliste qu’il avait adoptée, en début d’année , l’orsque Alassane Diallo, un autre compatriote -qui avait payé les frais d’hôtel de la délégation au Gabon- avait osé réclamer les 30 millions de F CFA que le ministère lui devait.

Au lieu de chercher à comprendre ce qui se passe dans son ministre -au cas où lui-même serait étranger à ces malversations répétées-, il tente de jeter le discrédit sur les autres. Se permettant même la désinvolture de traiter de «spéculateurs» ceux qui dénoncent sa mauvaise gestion du ministère. Et, ainsi, espérer se présenter en victime expiatoire de méchants comploteurs, pousser l’opinion à douter de leurs dénonciateurs.

Avec sa maladroite sortie, d’hier, le ministre des Sports compte entrainer l’opinion -qu’on dit versatile- à penser que de « méchants ennemis » seraient derrière ces cris légitimes de citoyens qui croyaient bien faire, pour leur pays, en prêtant de l’argent à de pauvres types en costumes.

Penser être, ainsi, capable d’amener l’opinion à faire bloc, avec lui, dans sa volonté de nier l’évidence –qui voudrait que au nom de l’Etat du Sénégal des officiels empruntent de l’argent à des citoyens et ne tiennent jamais paroles-, au lieu d’endiguer le mal qui règne en mode de gestion au ministère des Sports, va signer l’hallali du peu crédit que d’illustres devanciers de Matar Ba avait réussi à sauvegarder.

Après les scandales de la dernière CAN du Gabon, les errements dans le choix de l’équipementier Romaï –même si seule la fédération est responsable- quelle sera la prochaine scabreuse affaire à laquelle le ministère des Sports sera mêlé ? Parce que, malheureusement, ce sont toutes ces casseroles qu’il va falloir mettre au bilan de Matar Ba, le jour où, enfin, il quittera le-devant l’actualité sportive nationale.

Laisser un commentaire